14 / 20
16/06/18
Roses for the dead
LORDS OF THE STONE
 
LORDS OF THE STONE fut une formation hollandaise dont l'existence s'étala au cours de la décennie 1990, laps de temps qui lui permit de produire, outre des formats courts, un seul album, Nightflowers, publié en 1997 par Massacre records. Le label Vic records propose aujourd'hui une compilation copieuse des démos du groupe. Il s'agit ici de proposer un florilège de Doom Metal teinté de Death Metal, avec un prisme underground certain.

S'agissant de démos, la qualité sonore est variable, souvent très honorable mais manquant de relief et de puissance. Pour autant, ceux qui feront l'acquisition de cette compilation seront sûrement des fans d'antan ou des explorateurs de l'underground, rompus aux imperfections formelles et adeptes de ce charme trouble propre aux créations imparfaites.

Du point de vue stylistique, le Doom Metal s'impose comme la constante de ces compositions qui s'étalent sur une huitaine d'années. On parle ici d'un Doom Metal forcément lent et lourd, sinueux et torturé, à mi-chemin entre CANDLEMASS (pour les riffs et les solos de guitare lumineux) et les postures douloureuses et gothiques de MY DYING BRIDE, avec ce zeste de bizarrerie qu'affectionnait CELTIC FROST. Le chant alternait entre le registre majoritaire, rauque et maladif de André DIJKSTRA, et celui, limpide et clair, de Martine van LOON (qui exerça ses talents au sein de THE GATHERING et de ORPHANAGE). S'agissant, rappelons-le de démos, la coordination entre les deux registres laissent par moments à désirer, de même que les deux vocalistes se laissent séparément aller à quelques approximations.

Les compositions les plus anciennes sont proches du Doom Death Metal, particulièrement en vogue dans les années 90. Plus on avance dans la carrière du groupe, plus on constate un raccourcissement des morceaux et, surtout, un recul de la valeur Death Metal au profit d'un Doom plus majestueux, plus mélodique, par moments plus aérien.

A défaut de pouvoir prétendre à un quelconque rôle décisif dans l'histoire du Doom Metal, il n'en reste pas moins que cette compilation permet de redécouvrir un groupe honnête qui, tout au long de son existence, chercha à en proposer une mouture personnelle, non sans une certaine réussite.
Alain
Date de publication : samedi 16 juin 2018