17 / 20
18/06/18
Double vision
ARENA
 
Si l’excellent et inspiré The Unquiet Sky (2015) célébrait les 20 ans d’existence d’ARENA, le groupe anglais a choisi cette fois-ci, à travers son nouvel album studio (et la tournée qui va suivre), de fêter les 20 ans de l’un de ses (son ?) albums cardinaux : The Visitor. Anniversaire illustré par de nombreux clins d’oeil : du jeu de piste lettré (les premières lettres des 7 sous-titres de la longue composition finale forment le mot « visitor », mais aussi le nom de chaque musicien est décliné dans les textes de la même manière), des motifs de l’artwork de The Visitor repris dans le livret (le Grand Bi) jusqu’au titre de l’album, Double Vision
Mick POINTER (batterie) et Clive NOLAN (claviers), les pères fondateurs du groupe, sont de nouveau accompagnés par John MITCHELL (guitares), Paul MANZI (chant) et Kylan AMOS (basse).
Le son de Double Vision comme son artwork (quelque peu troublant non ?) sont soignés et accomplis.
Au delà de ces célébrations (commémorations ?), la musique de ce 9ème album studio pioche, de nouveau, par enluminures harmoniques et touches d’écriture plus ou moins diluées et successives, dans l’ensemble de la discographie du groupe. Un patchwork où le rock coloré, chaud et parfois théâtral du groupe s’exprime pleinement à travers des mélodies toujours aussi prégnantes et attachantes (Zhivago Wolf, The Mirror Lies, Paradise Of Thieves, Red Eyes), des ambiances accrocheuses et pourvoyeuses d’émotions épidermiques (Poisoned).
Certes, les 56 minutes rutilantes de l’album sont conformes à l’univers musical d’ARENA, qui ne révolutionne en rien son écriture, son trajet résonnant et ses habitudes harmoniques. Mais l’énergie et l’envie sont toujours là : Clive et sa palette de sons de claviers, Mick avec son jeu musclé (entendus quelques incartades de double-pédale)… Si John semble quelque peu en retrait sur cet album (quoique ces quelques rares longs soli (Scars) sont toujours aussi goûteux !), une mention spéciale peut facilement être décerner à Paul, envoûtant et lumineux au chant, ainsi qu’à Kylan qui pose des lignes de basse phénoménales. La grande classe !
Sans vraiment se réinventer, les 5 musiciens actuels d’ARENA s’embarquent pour la première fois dans le développement d’une longue composition de plus de 22 minutes (The Legend Of Elijah Shade), divisé en 7 parties. Alternant les tempo avec des rythmes énervés et passages apaisés, le voyage est plutôt réussi, agréable et mobilisateur. Il ne souffre pas d’effets maniérés et boursouflés ni de remplissages masturbatoires parfois entendus dans cet exercice de style.
Alors oui, ARENA sculpte, confectionne, charpente et dresse du ARENA. Et depuis plus de 20 ans, la magie de son rock mélodique, la qualité de ses compositions et leurs exécutions, ainsi que le plaisir d’écoutes fonctionnent toujours. Double Vision est donc un motif de satisfaction de plus, comme le sont les épreuves précédentes. De la constance dans la continuité, avec cette égale qualité !

L’album Double Vision est distribué en France par BUILT BY FRANCE. Il est disponible en ligne ici : cliquez ici

Double Vision :
01 : Zhivago Wolf – 02 : The Mirror Lies – 03 : Scars – 04 : Paradise Of Thieves – 05 : Red Eyes – 06 : Poisoned – 07 : The Legend Of Elijah Shade
Ben
Date de publication : lundi 18 juin 2018