14 / 20
19/06/18
Rise
GUILD OF AGES
 
La surprise de l’été 2018 est le retour au 1er plan de la scène mélodique de GUILD OF AGES. Connu sous le nom de CAUGHT IN THE ACT à la fin des 90’s pour leur 2 albums très FM, et au succès mérité même : Act 1 - Relapse Of Reason en 1995 et Heat Of Emotion en 1996, les Américains ont ensuite changé de nom et ont sorti 3 albums : One en 1998, excellent hard rock exprimant un grand savoir-faire, puis Vox Dominatas en 1999 et Citadel en 2001, malheureusement moins prisés des fans de mélodique. Alors imaginez l’état de votre serviteur devant ce 5ème effort Rise qui se prend à rêver d’un album digne de leurs débuts ou de One ! De plus c’est le même line-up, stable depuis Heat Of Emotion, que l’on retrouve avec le plus grand plaisir : Anthony TRUJILLO (guitare, claviers, choeurs), Danny MARTINEZ Jr. (chant, guitare), James LOSTETTER (basse) et Steve STUNTZ (batterie, choeurs). Pour la petite histoire, le groupe a été invité au Firefest en 2014 et ensuite, après plusieurs gigs ensemble, il fut évident que le groupe avait conservé cette alchimie musicale et que leur reformation était inéluctable, pour la plus grande joie des fans.

Il est vrai que le visuel de l’album est magnifique et l’explosion du 1er titre tout bonnement intitulé Intro met déjà en exergue les grosses guitares du sieur TRUJILLO et mélodiquement parlant, c’est relativement emballant. Puis l’envol des claviers sur Deep In Heaven, relayé par les guitares pour un riff éclatant, berce déjà le fan que je suis, dans un registre hard FM de bon aloi. La voix de Danny MARTINEZ se pose alors sur ce titre dynamique et bourré de feeling, elle emporte tout sur son passage et le solo de guitare amplifie encore cette impression, bref une entrée en matière royale de plus de 7 minutes !

Les Américains ont vraiment la fibre hard rock et un art de composition affûté : suivent le percutant Around The Sun, plus hard et plus énergique encore, avec un son à la hauteur, le mid-tempo Addicted, un peu déstabilisant, tantôt lourd tantôt lent et surtout moins mélodique, sur lequel Danny MARTINEZ ne chante pas dans son registre habituel, titre un brin décevant. Certes le groupe revient à ses amours avec ce petit bijou qu’est Every Road Leads Me Home, semi-ballade proche de ce que le groupe proposait sous le nom de CAUGHT IN THE ACT dans les 90’s, avec un léger souffle blues.

Avec All Fall Down à l’intro magnifique au piano, le groupe relance la machine mélodique, même si je dois concéder une certaine propension à abuser des gros riffs bien heavy, ce qui peut nuire à l’ensemble. A mi-parcours, il faut reconnaître que le fan sera un peu déçu, à part le début tonitruant, le soufflé retombe ensuite, pas grand-chose de remarquable à se mettre entre les oreilles, pour un groupe de cette ampleur. Cette déception s’amplifie avec Awaken pas très inspiré et plus démonstratif que mélodique.

Les quatre derniers titres de ce Rise ne font hélas pas vraiment emballer les amoureux de mélodique, et les caractéristiques décrites ci-dessus seront toujours à l’ordre du jour, malheureusement. Il manque de la fraîcheur, du renouveau et même si je parlais d’une qualité de composition en début d’album, elle va s’étioler au fur et à mesure des titres. Les guitares sont dominantes par rapport aux mélodies et par rapport au chant, car Danny MARTINEZ s’efface aussi peu à peu et cela est dommageable pour un tel groupe. Il n’y a guère que Rise Another Day qui peut prétendre à être mis en avant sur cette fin d’album, par son allant et son rythme plus proche de la force mélodique dont est capable le groupe.

Et la ballade, j’allais dire habituelle, Hearts Collide qui clôt Rise, n’apportera pas plus d’émotions pour un album assez décevant, je le souligne, pour les fans du groupe. Mais les compositions de Rise sont peut-être les prémices d’autres projets musicaux, c’est le souhait que je formule pour GUILD OF AGES. Un retour pas très florissant pour des musiciens capables de beaucoup mieux !
rebel51
Date de publication : mardi 19 juin 2018