16 / 20
25/06/18
Dayburner
HAUNTED
 
En 2016, le premier album sans titre de cette formation sicilienne avait recueilli des avis favorables, tant le mélange entre la lourdeur du Doom Metal et l'épaisseur du Stoner Metal semblait bien fonctionner. Il n'y a pas de raison valable pour que l'accueil soit moins laudateur avec ce Dayburner tout aussi impressionnant.

HAUNTED n'aime rien tant que l'aspect massif des choses. En premier lieu, pas moins de six compositions sur huit affichent des durées conséquentes, voire imposantes (comprendre entre huit et treize minutes !). Certes, de tels gabarits permettent de mettre tranquillement en place plusieurs séquences successives (comme la longue et douce introduction acoustique du titre éponyme). Mais cela permet surtout de dérouler encore et encore des rythmiques, avec un rendu forcément hypnotique.
D'autant plus que ces rythmiques sont systématiquement... massives ! Il y a tout d'abord cette basse saturée au possible qui émet des bourdonnements froids et intenses. Par dessus, viennent se greffer les guitares qui lâchent des riffs laconiques et tout aussi saturés, sans pour autant verser dans une masse indistincte. Bien souvent, l'une des guitares sillonne ce magma en traçant des motifs mélodiques qui, pour primitifs qu'ils soient, n'en représentent pas moins un bon moyen d'aérer l'ensemble, tout en renforçant le côté hypnotique.

En fait, la principale aération n'est pas de nature instrumentale mais vocale puisque la chanteuse Cristina CHIMIRRI n'a de cesse de développer des lignes de chant envoûtantes, claires, posées, puissantes et mélodiques. Sa diction très articulée et le débit plutôt lent contribue une fois de plus à renforcer l'atmosphère brumeuse et entêtante.

L'écoute de Dayburner doit à mon sens s'appréhender comme un voyage que l'on effectue d'une seule traite hallucinée, sans avoir peur de se perdre dans l'épaisse fumée qui couvre le paysage.

Vidéos de Waterdawn cliquez ici et Mourning Sun cliquez ici
Alain
Date de publication : lundi 25 juin 2018