15 / 20
04/08/18
All heed the black god
SAINT KARLOFF
 
A l'instar de centaines d'autres formations, ce trio norvégien place sa musique sous les auspices de la toute fin des années 60 et des années 70. Le nom du groupe constitue un indice puisqu'il faut allusion à l'acteur Boris Karloff qui joua dans le film italien Les Trois visages de la peur (de Mario Bava, 1963), dont le titre anglophone était... Black Sabbath !!! C'est devenu une banalité, le gang de IOMMI et consorts représente une influence majeure pour SAINT KARLOFF.

Même goût pour les riffs charbonneux, pour les lignes de basse épaisses et souples à la fois, pour un jeu de batterie puissant mais pas avare de swing, même goût pour les structures riches en breaks. Même le chant est filtré par un effet qui confère aux lignes vocales un aspect lancinant, avec un rendu global plutôt sinistre. Rien de nouveau dans le cimetière, objecterez-vous peut-être. Certes, mais il faut avouer que SAINT KARLOFF maîtrise à merveille ce type de répertoire et l'on décèle à de nombreuses reprises une belle capacité proposer des séquences accrocheuses, que ce soit du fait de rythmiques ou de mélodies.

Pour autant, un faisceau d'éléments permet de complexifier quelque peu le spectre des influences du trio. Quand elle adopte des tonalités moins graves et une approche plus tranchante, quand elle se pare d'oripeaux acides, la guitare sort quelque peu du domaine strict du Heavy Metal pour injecter un feeling Rock psychédélique qui peut s'avérer tour à tour tranchant et plus flottant et trouble. Cette capacité à marier Metal originel, Rock et psychédélique se trouve révélée au grand jour par une reprise du mythique Free Bird de LYNYRD SKYNYRD qui ne figure pas sur cet album mais que vous pouvez déguster ici : cliquez ici. Incontestablement, on ne peut qu'inciter SAINT KARLOFF à approfondir cet équilibre juteux dans ses prochains enregistrements. En attendant, All Heed The Black God constitue un début solide et attrayant.

Vidéos de Ghost Smoker cliquez ici et de Spellburn cliquez ici
Alain
Date de publication : samedi 4 août 2018