17 / 20
14/09/18
Destructive knowledge
ERESIS
 
Découvert en 2010 avec un premier EP éponyme (cliquez ici), les 5 musiciens d’ERESIS proposent ensuite une poignée d’années plus tard un premier long métrage, Shedding Madness (cliquez ici). La performance technique, le soin apporté à l’écriture et aux harmonies montrent une évolution qualitative et une maturité grandissante, récompensées par des retours médiatiques engageants. Ayant la très bonne idée de ne pas s’arrêter en si bon chemin, ERESIS revient cet automne 2018 avec un nouvel album correctement autoproduit.
Et c’est avec un line up notoirement modifié que le groupe présente Destructive Knowledge, le clavier Rémi BARDENET ayant quitté le groupe, remplacé par Vincent LARTAUD (toutefois non crédité sur l’album). Autre changement manifeste, le chanteur Nicolas CUDORGE a cédé sa place à Carole RAINSARD. La Reine des étoiles a ainsi trouvé sa muse.

Effectivement, le chant de Carole soulève une toute autre densité vocale, séduisant avec sa large tessiture, capable d’offrir un chant à la fois lyrique, fonçant dans les graves ou grimpant dans les aigus. Hautement maîtrisé, plein de caractère, technique, il ouvre, oriente la musique du groupe vers un espace symphonique du meilleur effet (l’intro. au mouvement cinématographique de Countdown On Earth, la 3ème partie de l'épique One Divided, ainsi que les violons de sa 5ème partie).
Tout aussi performants et maintenant aguerris, les instrumentistes prolongent fidèlement, avec cette fougue et cette qualité technique, l’univers musical créé et choisi à ses débuts. L’écriture de ce concept album (construit autour d’une « histoire de dieux renégats fuyant une guerre et trouvant refuge sur une planète lointaine. Planète occupée par un peuple vivant en harmonie avec la nature. Ces dieux s’emparent alors du pouvoir ») devise dans un style heavy metal flamboyant aux atours progressifs (même s’il est quelque peu réducteur d’enfermer la musique du groupe dans ce genre restreint). Si le groupe a oublié ses orientations death entendues auparavant, il a gardé ses infléchissements plus ou moins jazzy [le bigarré et groovy As Somebody Civilized, Absence, Visions (cliquez ici)], qui sont l’un des traits de sa musique. Destructive Knowledge alterne passages effrénés et plages apaisées (Test Subjects), ou appuie vélocement sur les tempi (la première partie de One Divided), laisse avec subtilité la place à chacun d’exposer ses talents (les soli de guitares (A Brand New Age) entre autres). L’album mène sa charge durant 70 minutes, avec des harmonies ouvragées et profondes, aboutissement d’un travail collectif engagé depuis 2013 et l’arrivée de Carole.
Ainsi, la Reine des étoiles, avec sa 3ème réalisation sincère et attachante, aux thèmes philosophico-humanistes, peut de nouveau briller et se positionner avantageusement sur la scène heavy metal / metal progressive française. Qui se porte divinement bien !

Destructive Knowledge :
01 : Countdown On Earth- 02 : Test Subjects – 03 : As Somebody Civilized – 04 : A Brand New Age - 05 : Absence – 06 : Visions – 07 : One Divided : Part 1 : Call From The Dark Part 2 : Innocence LostPart 3 : Inside The FirePart 4 : Two Worlds Collide Part 5 : Revelation Part 6 : The Final Stroke
Ben
Date de publication : vendredi 14 septembre 2018