15 / 20
28/10/18
I am the rock
PROFESSOR BLACK
 
Mais qui diantre est ce professeur qui se réclame de la plus sombre des couleurs ? Ni plus ni moins que l'âme du projet HIGH SPIRITS, dont notre site vous rendait compte dès 2011 à l'occasion de la publication d'une compilation de ses deux deux premières démos (cliquez ici). Depuis, HIGH SPIRITS a publié trois albums (Another Night en 2011 , You Are Here en 2014 et Motivator en 2016) et des formats courts. Pour une raison qui lui est propre, Chris Black, l'esprit suprême de ce projet, s'est lancé dans une autre perspective, incarnée sous le nom de PROFESSOR BLACK. Avec à la clef pas moins de trois albums paraissant simultanément.

Le premier d'entre eux, I Am The Rock, révèle ses intentions dès l'artwork : nom du projet en lettrage gothique, figure grimaçante en liquéfaction : n'allez pas me dire que vous n'avez pas identifié d'entrée de jeu des codes de l'univers de MOTÖRHEAD !? Et effectivement, les onze compositions de I Am The Rock adoptent une approche concise (entre deux et cinq minutes) et rugueuse qui aurait sans souci reçu l'onction suprême du père Lemmy. Pourtant, il est impossible de résumer cet album à un exercice de copie de MOTÖRHEAD, tant le propos s'inspire du fameux trio, sans jamais s'y résoudre. Forcément, des titres comme Dance Of Death, Get It On, Whatch What You Say, End Of The Line et une pelletée d'autres reprennent les hostilités là où le trio britannique les avait laissées en plan en 1981-1983. Swing de la rythmique, riffs Rock'n'Roll, vocaux rauques (sans pour autant atteindre le degré abrasif de Lemmy) : tout va à l'essentiel, avec cette vibration essentielle qui caractérisa les enregistrements de GIRLSCHOOL, TANK ou encore VARDIS.
Au niveau de la guitare, on constate un équilibre entre rythmique laconique et parties solos gorgées d'un feeling Blues Rock porté à incandescence. Le genre de construction qui trouva son acmé en 1980 sur Ace Of Spades.

Pour un album à la manière de, I Am The Rock affiche une assurance et une crédibilité troublantes. Pour ce qui me concerne, étant contemporain des sources d'inspiration de PROFESSOR BLACK, je ne peux que souscrire à la démarche, tout en intégrant les limites inhérentes à ce type d'exercice de style.

Vidéo de I Am The Rock cliquez ici
Alain
Date de publication : dimanche 28 octobre 2018