15 / 20
03/02/19
Coming of age
GODSLEEP
 
Le quatuor GODSLEEP donne enfin un successeur à son premier album, Thousand Sons Of Sleep, paru en 2015. Avant de s'attarder sur l'essentiel, à savoir la musique, saluons l'initiative du groupe qui a choisi un artwork se distinguant nettement des imageries rebattues, à telle enseigne que l'on pourrait s'attendre à un groupe de musique électronique.

Il n'en est rien car GODSLEEP s'inscrit sans vergogne dans la grande tradition du Stoner Rock : grosses lignes de basse rebondies, riffs compressés, alternance de passages plutôt lents et d'accélérations relatives, en mode Boogie éléphantesque, solos de guitare au phrasé Bluesy et au rendu saturé... Tout l'attirail est aligné et, s'il ne recèle guère d'innovation, n'en est pas moins très bien maîtrisé et mis en œuvre par GODSLEEP. On apprécie tout particulièrement que l'écriture des compositions préserve des plages plus aérées, contrairement à trop de formations s'adonnant au Stoner pour mieux asphyxier l'auditeur. En la matière, on peut citer le bref instrumental du genre Blues spatial Puku Dom. Ou encore l'introduction a capella de Basic (The Fundamentals Of Craving), l'introduction progressive et planante de Karma Is A Kid.

Bref, GODSLEEP ne mise pas tout sur le côté musculeux et c'est heureux. De même, le pan vocal du groupe échappe en grande part aux clichés du Stoner Rock. Ici, point d'imitation fétichiste de John GARCIA, pas plus de vocaux rauques. Et pour cause, le micro est tenue par une chanteuse, Amie MAKRIS, qui fait confiance à la tessiture naturelle de sa voix, soit un registre médium, excellemment modulé et subtilement expressifs. La performance de la chanteuse apporte sans conteste un supplément d'âme, une profondeur, par moments une certaine chaleur. A telle enseigne que le Stoner de GODSLEEP se trouve susceptible d'intéresser également les fans d'un certain Grunge porté sur l'expressivité vocale autant que sur les rythmiques plombées (SOUNDGARDEN et ALICE IN CHAINS viennent en tête).

Avec de tels atouts dans sa manche, GODSLEEP peut envisager sereinement ses développements discographiques futurs, surtout s'il souhaite s'éloigner de la doxa basique du Stoner pour explorer encore plus les atmosphères contrastées et accentuer son potentiel psychédélique.

Vidéos de Unlearn cliquez ici et de Basic (Fundamentals Of Craving) cliquez ici.
Alain
Date de publication : dimanche 3 février 2019