15 / 20
07/02/19
Steel alive
CRYING STEEL
 
Mille mercis au label Jolly Roger de publier cette copieuse compilation consacrée à CRYING STEEL, en forme de double CD. Seuls les plus anciens férus de Heavy Metal underground se rappellent peut-être les premiers pas discographiques de ce groupe formé en 1982 à Bologne. En premier lieu, un mini-album de cinq titres vit le jour en 1985 sur le label Metal Eye, suivi deux ans plus tard d'un premier album baptisé On The Prowl (chez LM records). Après quoi, le groupe se sépara et sa discographie ne connut de suites qu'à partir de 2007 (The Steel Is Back !), avec des réitérations en 2013 (Time Stands Steel) et 2018 (Stay Steel).

Le premier CD comporte les enregistrements officiels des années 80, soit le mini-album Crying Steel et l'album On The Prowl. Au total, quatorze compositions qui situait CRYING STEEL aux confins du Heavy Metal carré, chromé et nerveux d'un JUDAS PRIEST et du Hard Rock échevelé à la VAN HALEN, ponctué d'étincelantes interventions de la guitare solo. Déjà en 1985 et 1987, le groupe ne pouvait pas prétendre étonner par une personnalité musicale affirmée, surtout en plein contexte partagé entre Hair Metal et tendances radicales. Ceci dit, le combo faisait preuve d'une maturité dans l'interprétation et d'une solidité dans l'écriture. On note notamment une section rythmique particulièrement remuante et puissante, des riffs acérés, des solos brillants et un très bon chanteur, Luca BONZAGNI, capable de partir dans les aigus sans dérailler.

Dans ce programme à la fois varié et cohérent, on sursaute toutefois en entendant le Hard ouvertement commercial du bien nommé Changing The Direction, signe que le groupe cherchait à élargir son public, tout en demeurant fidèle à sa vocation première tournée vers le Heavy Metal profilé et le Hard Rock remuant. A cette tentative trop outrancièrement charmeuse, on préférera le Hard lourd et racé des mid-tempos Upright Smile, Alone Again (avec les sonorités si caractéristiques d'une talk box) et Struggling Along, tout aussi entêtants et mélodiques mais autrement plus musclés. Même la ballade un peu guimauve Shining sonne de manière plus subtile.
Quant à moi, je valide complètement les exercices de Power Metal débridé que sont Thundergods et No One's Crying.

Même si le son d'époque était quelque peu étouffé, il n'en évitait pas moins les sons trop aigrelets de bon nombre de groupe de Hard et de Heavy de l'époque.

Le second CD propose la captation scénique d'un concert donné à Bologne en 2016, comportant la totalité des titres de Crying Steel et de On The Prowl. Même si la formation a notablement évolué quant à son personnel, on découvre un groupe plus puissant, tout en maîtrise, porté par des guitares solos virevoltantes et le chant impeccable du nouvel entrant Ramon SONATO. Clairement, il ne s'agit d'un triste bonus passéiste mais bien d'une revivification réussie d'un patrimoine agréable.

Vidéo de Runnin' Like A Wolf cliquez ici et de l'album On The Prowl cliquez ici
Alain
Date de publication : jeudi 7 février 2019