15 / 20
13/03/19
Treading water is not enough
COBALT
 
Le COBALT dont il est présentement question ne doit pas être confondu avec ses multiples homonymes : celui-ci est implanté dans la région lyonnaise et a apposé sur sa musique l'étiquette de Swamp Metal. Concernant cette dernière appellation, il ne faut en déduire hâtivement que les rives du Rhône sont devenus à ce point bourbeuses qu'elles s'apparentent à des marais. L'explication doit davantage être cherchée du côté des influences ou références revendiquées par le groupe, à savoir BLACK SABBATH, ALICE IN CHAINS, DOWN et CORROSION OF CONFORMITY.

C'est donc sans surprise que ce premier album propose un Metal tout emprunt d'épaisseur, de reptations sournoises, de noirceur malsaine mais aussi d'une certaine langueur mélancolique. COBALT adopte la plupart des codes propres au Sludge, tel qu'il est pratiqué par les deux formations de la Nouvelle Orléans citées, c'est-à-dire avec ce côté Bluesy poisseux et lourd, mais prenant bien soin de préserver une clarté dans l'exposition des motifs rythmiques et mélodiques. Donc, pas de distorsion outrancière, pas de mur du son rythmique, les compositions de COBALT respirent et possèdent une réelle profondeur, aussi bien grâce à l'écriture qu'à la mise en son.

Le côté bayou se trouve souligné à plusieurs reprises par des arrangements d'harmonica, de steel guitar et de banjo qui projettent l'auditeur dans le Sud profond des Etats-Unis. Les solos de guitare misent avant tout sur un feeling bluesy qui rappelle bien sûr le style du maître IOMMI, sans parler des riffs bien charbonneux et des lignes de basse bien audibles, grondantes et mobiles qui renvoient pour partie aux œuvres de Geezer BUTLER.

Reste à explorer le versant Grunge de l'affaire, lequel réside principalement dans une facette du chant. Celui-ci se situe certes majoritairement dans un style raisonnablement rauque et agressif ; pour autant, certains passages se présentent sous un jour plus clair, plus modulé, plus mélodique. On n'évolue clairement pas au niveau des harmonies vocales qui caractérisent ALICE IN CHAINS mais la tendance est sous-jacente. Une composition comme Closed Room mélange guitare acoustique et arrangements Metal et assure un trait d'union entre la formation de Seattle, le METALLICA mid-tempo ou le DOWN de Bury Me In Smoke.

Enfin, COBALT se montre ponctuellement plus féroce, plus rapide et plus percutant dans son propos, évoquant le Metal burné de PANTERA, voire le Hardcore. Au total, l'équation propre à COBALT s'avère suffisamment riche pour ne pas se résumer à ses influences et dénote une saine ambition de bâtir à partir de celles-ci. Fans de Sludge, de Stoner, de Grunge et de Metal lourd, n'hésitez pas à vous intéresser à Treading Water Is Not Enough.
Alain
Date de publication : mercredi 13 mars 2019