19 / 20
05/05/19
Shehili
MYRATH
 
Quand un groupe, quel qu’il soit, créé une telle attente avant la sortie d’un nouvel album, c’est qu’il a conquis le cœur de ses fans...et atteint un certain sommet…
Depuis 2001, MYRATH gravit les marches du succès et vient encore de franchir un cap dans sa carrière…
3 ans que j’attends avec gourmandise la suite de Legacy, qui, si vous lisez notre site m’avait complètement conquis. cliquez ici
J’ai apprécié par 2 fois le groupe sur scène…
N’étant pas adepte de musiques extrêmes, j’ai laissé volontiers les premières productions du groupe pour commencer à en apprécier toutes les subtilités en 2011 avec l’album Tales Of The Sand.
Le virage plus pop et symphonique de Legacy se retrouve sur ce délicieux Shehili mais cède du terrain à un métal progressif plus organique retrouvant les terres de Tales Of The Sand.
Je dirai que Shehili est un excellent mix entre ces deux albums.
L’album, fort bien mixé et produit me permet de féliciter une fois encore les hommes de l’ombre qui permettent un rendu aussi efficace… Ont œuvré Eike FREESE (DEEP PURPLE, GAMMA RAY) pour l’incroyable travail de batterie de Morgan BERTHET (Enregistré à Hambourg en Allemagne). J’adore le jeu de ce batteur qui, par sa frappe, sa musicalité, apporte une assise délicieuse à l’édifice. Il y a beaucoup de subtilités dans son jeu… Kevin CODFERT (ADAGIO) a parfaitement capté la section de cordes de l’Orchestre National Tunisien. Et délivre des parties de piano absolument délectable ! Quelques notes venant parfois surprendre et caresser mon oreille sur tels ou tels titres ou s’exprimant pleinement sur le magique Stardust
Shehili offre aussi à entendre, pour mon plus grand plaisir, de nouveaux instruments traditionnels, (Oud, Darbouka, Clarinette tunisienne, etc.).
Jens BOGREN (OPETH, PAIN OF SALVATION, ORPHANED LAND, etc.), déjà impliqué sur Legacy, a également apporté son expertise à Shehili.
Le groupe se permet également de repenser et réinterpréter Lili Twil, énorme succès de la musique moyen-orientale originellement enregistré par les Frères MEGRI en 1972 et chanté en darija, dialecte marocain.
Vous retrouverez aussi un superbe duo entre Zaher ZORGATI et le ténor Lofti BOUCHNAK, qui compte parmi les plus grands chanteurs de variété du monde arabe. (Mersal).
Zaher est à nouveau éblouissant sur ce Shehili, sa voix s’adaptant aux différentes ambiances et apportant beaucoup d’émotions avec des lignes de chant mélodiques.
Les claviers ont l’intelligence habituel dans l’écriture du groupe, Elyes BOUCHOUCHA maîtrise à nouveau à la perfection ses sons et son jeu habile aux keyboards vient embellir avec finesse les compositions du groupe.
Côté guitares, Malek BEN ARBIA nous livre quelques rythmiques endiablées et des soli fort bien sentis dont lui seul à le secret. La basse joue elle aussi parfaitement son rôle...(Anis JOUINI).
Le souffle orientale et son message de paix vient à nouveau délicatement balayer les terres musicales de MYRATH, (Shehili est un vent venu des dunes du Sahara également connu sous l’appellation Sirocco). Mais attention, pas un seul grain de sable ne s’est invité dans les rouages bien huilés de ce métal progressif aux couleurs de l’Orient.
Je gage qu’avec Shehili, MYRATH, dont les musiciens se sont à nouveau magnifiquement appliqués à l’ouvrage, va rencontrer un succès mérité et conquérir de nouveaux fans !
A écouter au casque pour en percevoir toutes les subtilités d’écritures, les mille et une saveurs...
Bravo à tous ! 19,5/20

Dance : cliquez ici

No Holding Back : cliquez ici
Rémifm
Date de publication : dimanche 5 mai 2019