15 / 20
19/07/19
The smokeless fires
LUNAR SHADOW
 
Les années 80 fascinent les jeunes formations pratiquant l'art du Metal, la cause est entendue, quand bien même le résultat laisse souvent à désirer : pas assez de bonnes compositions, un fétichisme qui pousse le vice jusqu'à reproduire les déficiences fondamentales du Heavy Metal originel, des interprètes appliqués mais trop peu inventifs... Halte au feu ! Certes, LUNAR SHADOW s'inspire principalement, voire exclusivement des années 80 mais, contrairement à bon nombre de groupes penchant pour le passé, parvient à un résultat qui ne se résume pas à une copie.

Le premier opus de la formation allemande, Far From Light, avait globalement recueilli un très bon accueil, principalement pour la raison évoquée ci-dessus, ainsi que pour l'expressivité de son Heavy Metal. Pour ma part, j'avais été loin d'être pleinement convaincu. Certes on entendait de belles parties de guitares, certes encore les influences étaient relativement variées, certes derechef un effort était patent quant aux mélodies, certes enfin le son était limpide. Mais, ce même son manquait cruellement d'épaisseur et de puissance, les riffs pêchaient par manque d'impact et, surtout, le chant, sonnait de manière par trop faiblarde.

Pour ce second album, LUNAR SHADOW a opéré un changement tactique important puisque Robert RÖTTIG assure le chant, en lieu et place de Alex VORNAM, avec à la clé une amélioration certaine, quand bien même on demeure loin des critères de puissance requis pour un Heavy Metal qui se veut épique. Cependant, le nouvel officiant peut adopter des tournures un brin plaintives ou, au contraire plus rauques et agressives, et même se laisser aller à quelques piaillements.
Le son général demeure limpide, un peu rêche encore, mais plus percutant, plus tranchant.

Pour autant, l'atout principal de LUNAR SHADOW demeure d'une part la qualité de ses plans de guitares, qu'il s'agisse des solos ou des plans jumeaux, mais également des nombreuses aérations acoustiques. La durée confortable de la majorité des compositions (entre six et huit minutes) permet aux guitares, portées par la section rythmique nerveuse, de multiplier les séquences et de jouer sur les contrastes. Dans ce dispositif, les guitares se trouvent fort habilement complétées par des arrangements mélodiques (piano, bruitages), dont l'apport dramaturgique s'avère finement dosé.

Il est certain que les fans de IRON MAIDEN pourront trouver leur comptant d'émotions sur ce second album de LUNAR SHADOW, ainsi que les amateurs éclairés de Heavy Metal assez complexe et passablement épique (FATES WARNING, PAGAN ALTAR) et, pourquoi pas, les amateurs de Speed Metal et de Power Metal tempérés.

Vidéo de Red Nails (For The Pillars Of Death) : cliquez ici
Alain
Date de publication : vendredi 19 juillet 2019