20 / 20
28/08/19
Dying breed
BLACKRAIN
 
La carrière de BLACKRAIN commencée il y a déjà plus de 10 ans se poursuit en cet été 2019 avec la sortie de Dying Breed, chez SPV, et ce à notre plus grande joie. Certes après 5 albums dont mes préférés sont License To Thrill en 2008 et Released en 2016, de nombreux concerts notamment au Hellfest en 2019 et un travail acharné, leur fidélité à cette musique festive, mélange de glam et de rock, fait toujours plaisir. Leur stabilité au niveau line-up (hormis des changements de batteur) font que Swan HELLION (chant, guitare,) Max 2 (lead guitare), Matthieu de la ROCHE (basse) et Frank F. (batterie) ont acquis une expérience incontestable dans le domaine, rehaussée aussi par leur producteur Jack DOUGLAS (AEROSMITH), sur les 2 derniers albums : It Begins en 2013 et Released en 2016.

Dying Breed est un album entièrement composé et enregistré en Suède sous la houlette de Chris LANEY, qui avait déjà oeuvré sur License To Thrill. C’est donc un véritable retour aux sources que le groupe enclenche avec les 10 titres de ce nouvel opus. A la minute où cette galette se pose sur le lecteur, l’impatience de votre serviteur est à son apogée et sera comblée dès une entame forte, jouissive, festive et décapante avec le titre Dying Breed (cliquez ici), qui annonce déjà un album de haute tenue. Le glam rock de BLACKRAIN est à son apogée avec ce titre, bourré de chœurs et d’une mélodie entraînante. Et la suite va confirmer mes dires : titres incisifs, gros riffs de guitare sur Hellfire, une rythmique épatante et un je ne sais quoi de percutant, de jouissif, un état rock permanent et qui fait taper du pied, et même chavirer, bref le bon temps des 80’s façon BLACKRAIN est ressuscité de façon terriblement efficace. Les soli de guitare éclatent de ci de là, la voix très rocailleuse et bien hargneuse de Swan me fait frissonner et la prestation de chaque musicien est magique, vraiment !

Les chœurs jouent un rôle prépondérant sur chaque titre et font inévitablement penser à ce hard US des 80’s, la production de Chris LANEY fait le reste pour donner de la puissance, de la joie et une incroyable envie de bouger. Pour exemple Blast Me Up est du pur délire, assommant en diable et incarnation de ce rock percutant que l’on aime, suivi du rapide et détonant Nobody Can Change. La basse de Mathieu de la ROCHE excelle sur Like Me, titre superbe, plutôt mid-tempo mais d’une énergie retenue et d’une efficacité redoutable. A la moitié de l’album, le rock endiablé de BLACKRAIN, d’une étonnante diversité et d’une qualité de composition élevée a déjà conquis le fan que je suis et il me semble même retrouver le bon vieux temps de ce fameux concert au Klub, à Paris, à leurs débuts en 2009 !

Et la surprise vient ensuite avec All Angels Have Gone, une ballade romantique et mélancolique sur laquelle Swan chante à merveille, les larmes et les émotions de ce titre sont inqualifiables, absolument retentissant ce titre avec des guitares déchirantes, la merveille de ce Dying Breed, vraiment ! Et ce qui est remarquable avec cet album c’est que l’intensité rock et la force de composition des titres ne faiblissent pas, cela reste à un niveau réellement élevé, We Are The Mayhem et Rock Radio poursuivant la débauche rock et joyeuse de la musique de BLACKRAIN.

Dying Breed se termine avec 2 titres puissants, encore plus rock, Public Enemy, exaltant et énorme à la fois, un vrai hymne qui fera de l’effet en live et A Call From The Inside, tout en subtilité et d’une grande qualité mélodique, un autre sommet du disque. Ah BLACKRAIN est revenu réellement aux sources de ce rock adulé et chéri des 80’s, la joie m’étreint sur ce disque monumental, si si, les musiciens au top ont vraiment leur musique dans le sang et ils tutoient le grands groupes de ce genre comme CRAZY LIXX par exemple. FABULEUX tout simplement !!!

Hellfire : cliquez ici
rebel51
Date de publication : mercredi 28 août 2019