17 / 20
29/10/08
Licht
DIE APOKALYPTISCHEN REITER
 
Fort d'un nouveau line-up, (avec une cavalière du surnom de Lady Cat-Man), les Allemands plus aliénés que jamais transcendent leurs auditeurs avec un Licht (la lumière) à la hauteur de nos attentes. Ce septième opus en treize ans d'existence semble être l'aboutissement de ce que pouvaient nous offrir les REITER.

Licht est un concentré de folie douce car ils n'ont pas hésité cette fois-ci à intégrer des ballades à leur tracklist. (Nach Der Ebbe, Der Elende). Alors pour les puristes, ce ne sera plus l'apocalypse, mais n'éxagérons rien. Es Wird Schlimmer démarre l'album en trombe avec gros riffs qui tabassent, roulement de batterie et refrain imparable juste pour se démonter les cervicales.

Les fans seront en terrain archi connu et ce n'est pas FUCHS, le chanteur aux multiples voix qui oserait dire le contraire. Wir Sind Das Licht continue dans la lancée et là aussi mélodies décapantes seront au rendez-vous. Aud Die Liebe sera le morceau le plus folklorique de l'ensemble et c'est ici qu'on retrouvera les hymnes à « la REITER » avec un refrain digne du Das Lied der Deutschen patriotique.

Adrenalin alterne le speed grâce à la rythmique, et temporise via un chant à la fois en exergue et retenu ; d'ailleurs, on croirait écouter TILL le chanteur des RAMMSTEIN, leurs populaires compatriotes. Wir Hoffen « punkisé » par la rythmique possède une approche différente des autres titres et se voit gratifier d'un solo déjanté par une guitare folle. On comprend enfin pourquoi Der Weg a fait office de single car il s'avère être le morceau le plus accessible de « Licht » pour les néophytes en mal de découvertes.

En effet, cet album pourrait tout à fait être une référence pour les métalleux avides de sensations fortes. Même si l'ensemble reste un peu moins « foldingo » que les opus précédents, Licht s'écoute avec plaisir et l'envie d'enfourcher sa monture pour rejoindre les cavaliers de l'apocalypse se fait ressentir à l'écoute du dernier titre.
Audrey
Date de publication : mercredi 29 octobre 2008