14 / 20
18/09/19
Into the empty
LAMASSU
 
Composé de membres actifs de la scène Doom-Stoner australienne (notamment MOTHERSLUG, dont nous avions chroniqué le second album : cliquez ici), LAMASSU livre un premier album auto-produit, aux confins de plusieurs styles musicaux.

Le chant articulé et modulé de Chris FISHER, ainsi que les guitares accordées dans les graves et les ambiances dépressives, évoquent immanquablement le Grunge dans son versant le plus lourd, comprenez celui emprunté par ALICE IN CHAINS et SOUNDGARDEN. Histoire de renforcer cette référence, on relève de nombreuses harmonies vocales, orchestrées par un chanteur dont le timbre et le phrasé évoquent nettement ceux du défunt Chris CORNELL.

Comme bien souvent, ces riffs ventrus, soutenus par une basse tendue, s'avèrent tout à fait compatible avec les attentes des aficionados de Stoner Rock musclé. On peut même pousser l'affaire un brin plus loin en conviant les mordus de Doom Metal traditionnel (d'obédience THE OBSESSED, SPIRIT CARAVAN) à parcourir ces tempos lents et ces rythmiques épaisses.
On sent les musiciens et le chanteur parfaitement maîtres des registres qu'ils convoquent, l'impression de lourdeur poisseuse étant parfaitement mise en œuvre.

Pour autant, quasiment aucune composition ne parvient à caractériser les traits de personnalités propres à LAMASSU , l'album sonnant globalement de manière très compétente, l'impression d'ensemble demeure certes homogène, mais domine surtout un rendu monocorde. En somme, le groupe gagnerait à transcender ses influences afin de pouvoir de distinguer de la masse proliférante des combos Stoner.
Alain
Date de publication : mercredi 18 septembre 2019