16 / 20
23/09/19
The nothing
KORN
 
Le néant, le vide immense que l’on peut ressentir suite à un décès de l’un de ses proches… L’ex-femme de Jonathan DAVIS décède en 2018 à 39 ans suite à une overdose de drogues et de médicaments laissant deux enfants sans leur maman. Une épreuve extrêmement douloureuse pour le chanteur de KORN qui a besoin de l’écriture comme thérapie. The Nothing constitue donc un reflet musical du deuil exprimé par KORN. Ainsi You’ll Never Find Me et ses samples délicats possèdent un côté sombre et mélancolique. La vie propose des épreuves et surmonter ces moments difficiles apporte de la force et de l’espoir. Finally Free démarre sur une coloration triste mais évolue sur un refrain dégageant un certain optimisme. KORN alterne également dans le même morceau le blanc et le noir comme par exemple sur Can You Hear Me dont j’adore la subtilité des samples en équilibre avec les grosses guitares.

KORN n’a pas changé les fondamentaux de sa musique, les riffs surpuissants dominent en rouleau compresseur (The Darkness, Gravity Of Discomfort ou This Loss). La production de Nick RASKULINECZ (ALICE IN CHAINS, RUSH, STONE SOUR,…) , mixage Josh WILBUR (LAMB OF GOD) leur confère un son monstrueux. La basse s’exprime avec beaucoup de groove. Cold doté d’un chant d’abord scandé typiquement neo metal puis d’un refrain clair ultra efficace montre une grande maîtrise de KORN. Jonathan DAVIS possède à présent une palette vocale très diversifiée. The Nothing présente des éléments qui ont déjà fonctionné par le passé comme cette magnifique intro The End Begins en cornemuse se terminant par des pleurs et cris lointains.

En résumé, The Nothing montre un KORN inspiré et nuancé, jouant sur les ambiances, utilisant les recettes qui ont fonctionné tout en faisant preuve de modernité, retour réussi !

You’ll Never Find Me : cliquez ici
NOCTUS
Date de publication : lundi 23 septembre 2019