17 / 20
26/09/19
Wizard rifle
WIZARD RIFLE
 
WIZARD RIFLE est un duo composé de Max DAMERON, en charge du chant et des guitares, et de Sam FORD, occupé à la batterie mais également au chant. Deux albums ont d'ores et déjà vu le jour : Speak Loud Say Nothing (2012) et Here In The Deadlight (2014), dorénavant rejoint par ce troisième opus sans titre. Je ne sais s'il s'agit du fruit d'une approche conceptuelle ou du hasard, mais, à l'instar des deux premiers disques du tandem, celui-ci ne comporte que cinq compositions. Par contre, on se situe sur des durées relativement conséquentes puisque trois titres durent entre sept et plus de huit minutes, V les dépasse en excédant les neuf minutes et Funeral Of The Sun domine le tout du haut de ses 12'20.

Il faut dire que de telles durées s'avèrent indispensables afin de caser toutes les influences qui irriguent l'inspiration des deux compères : Sludge progressif à la MASTODON, Hardcore tendu et technique (NO MEANS NO, VICTIMS FAMILY en ligne de mire), rondeurs Stoner, motifs mélodiques entêtants à la QUEENS OF THE STONE AGE, éclectisme énervé à la FAITH NO MORE, lourdeur bruitiste à la MELVINS, effluves psychédéliques et dérapages Space Rock... WIZARD RIFLE fait feu de tout bois, agençant ce bric-à-brac au fil de schémas rythmiques complexes mais rigoureusement mis en place. Surtout, ces longues pièces riches en breaks et en changements de rythmes et d'ambiances se trouvent littéralement vivifiées par une interprétation au taquet, génératrice d'une tension permanente, même dans les parties volontairement répétitives et hypnotiques. De même, la dualité vocale permet une cohabitation entre registre énervé et écorché d'une part, approche plus claire et posée d'autre part, avec à la clé des contrastes et de la diversité.

On sort passablement étourdi de ce maelstrom extrêmement dense, hautement excentrique, viscéralement passionné, un peu comme en sortant d'une attraction foraine particulièrement remuante. Pour autant, masochistes que nous sommes, nous retournons volontiers reprendre un ticket pour refaire le plein de sensations vertigineuses.

Matez le clip de Rocket To Hell : cliquez ici
Alain
Date de publication : jeudi 26 septembre 2019