18 / 20
12/11/19
Heydays
KEEN HUE
 
Les Suédois de KEEN HUE ont à leur actif 2 albums : Ogre King (1985) et Juicy Fruit Lucy (1993). Issus des 80’s, ils ont aussi pas mal tourné à cette époque mais le groupe a vu son chanteur quitter le navire en 1989, et malgré la sortie de leur second album en 1993 avec un autre chanteur, l’histoire de KEEN HUE s’arrêta là, au début des 90’s. Et ce n’est que l’an passé que le guitariste Stefan MOREN eut l’idée de mettre en boite de vieux titres écrits dans la période 1981-1989 et il réussit à réunir Lars-Ake NILSSON (vocaliste originel), Ake NYSTRÖM (guitare), Kent JANSSON (basse) et Peter YTTERBERG (batterie), pour enregistrer ce Heydays, donnant ainsi une vraie vie à ces vieux titres.

Alors bien sûr, s’ils ont signé chez AOR HEAVEN, cela garantit une qualité musicale certaine, et le hard rock mélodique prôné par KEEN HUE explose dès l’entame de ce Heydays, par un excellent titre, Fly Away Honey, typiquement scandinave et hyper alléchant. La voix aiguë de Lars-Ake NILSSON mais en adéquation avec les gros riffs de guitare exprime des émotions palpables, rehaussées par ces chœurs divins, qui vont d’ailleurs déferler tout au long de l’album. Blue Girls très musclé me ravit complètement, la batterie rythmant parfaitement la puissance éclatante de ce titre. Stay Around lui me penser à du ALIEN aussi, par sa construction mais il est clair que le parfum très 80’s ressort clairement, forcément puisque les compositions datent de cette époque. Les faire vivre maintenant est une heureuse initiative, car le son est excellent, la production claire et bien énergique, les Suédois se sont bien investis pour sortir ce Heydays, décapant, excitant en diable, ce qui ravive évidemment une nostalgie sous-jacente.

Les titres incisifs (moins de 4 minutes) ont du tonus et si Crossfire (déjà sur l’album Ogre King mais complètement revisité) me fait penser à du SCORPIONS, la voix de Lars-Ake NILSSON y étant pour beaucoup, les mélodies attachantes accaparent déjà l’auditeur et le plaisir d’écoute reste constant. Ce Heydays possède ce grain de folie rock sur chaque titre et aucun temps mort ne vient perturber cette galette exaltante, comme sur Gimme Love, un des sommets de l’album, par sa qualité instrumentale et sa féroce énergie.

Take It Or Leave It, jolie ballade romantique avec un piano somptueux, calme un peu les esprits avec un aplomb et une richesse parfaites, un peu de magie des 80’s emplit ce titre, c’est clair ! Le très heavy mais rythmé The Doctors Crying (issu lui aussi de Ogre King de 1985) dépareille un peu cet ensemble mais sans plus, il est suivi d’un mid-tempo lourd et classique, We Don’t Need War, doté d’un sens mélodique incontestable et avec une guitare rythmique étincelante. Heydays propose finament des titres variés même s’ils authentifient cette glorieuse période des 80’s, et les entendre procureront encore et encore, je l’espère, une vive adhésion à ce projet mené de maître par des Suédois survitaminés.

Malgré un titre un peu passe-partout (Wasted Time), Heydays se termine par Ogre King (de l’album du même nom mais complètement réenregistré) très accrocheur et lorgnant vers du progressif, mais toujours diablement rythmé et démontrant finalement que leur musique hard rock reste solide et inventive. Si votre serviteur a été plutôt enchanté du début de l’album, il ne reste pas moins vrai que la seconde partie est un peu moins rutilante voire moins attachante. Mais Heydays reste une belle prouesse, ancré dans les 80’s certes mais avec, je le répète, cette pointe de nostalgie très agréable. En un mot : passionnant !!!

Fly Away Honey : cliquez ici
rebel51
Date de publication : mardi 12 novembre 2019