18 / 20
17/12/19
The healing
ENLIGHTENED
 
Depuis 2015 et la parution d'un EP quatre titres appétissant (Until The End, chroniqué ici : cliquez ici), le quartette nantais ENLIGHTENED n'avait plus donné signe de vie sur le plan discographie. Il faut rappeler que le premier album, Discover The Path, remonte tout de même à 2013, soit une éternité en ces temps de consommation immédiate et de production par les groupes de formats courts (singles, EP), compatibles avec internet et les plate-formes d'écoute musicale. Un tel délai de gestation pour The Healing évoque la fidélité du groupe au principe de l'album et l'écoute des neuf compositions (soit plus d'une heure de musique) témoigne de l'ambition qui sous-tend cette œuvre, au même titre qu'elle valide le soin qui fut apporté à son écriture, aux arrangements et à son enregistrement.

Hormis l'instrumental introductif de deux minutes Voices et le morceau conclusif éponyme (sur lequel nous reviendrons), les sept autres compositions affichent des durées s'échelonnant entre six et un peu moins de huit minutes. Un format qui permet tout à la fois de maintenir une concision relative, gage d'efficacité, et de bâtir des structures progressives, basées sur une alternance de séquences multiples. Aussi chaque titre s'apparente à une déambulation dynamique de séquence en séquence, avec de nombreux changements de rythmes, de tempos mais aussi d'ambiances.
ENLIGHTENED manie avec maestria les grosses rythmiques Metal, tendues et épaisses, mais peut tout aussi bien faire montre de subtilité lors de plages plus atmosphériques et mélodiques. On relève en outre quelques arrangements pertinents aux consonances orientales.

Sur le plan vocal, on retrouve cette dichotomie entre rudesse et mélodie, avec des vocaux rauques et colériques qui alternent avec des lignes vocales claires, modulées, porteuses d'émotions plus nuancées. Il faut en la matière saluer le travail d'arrangements des parties les plus mélodiques qui dégagent des harmonies vibrantes.

Véritable incarnation de la vocation progressive de cet album, le titre The Healing dépasse le quart d'heure et se trouve divisé en trois parties : tout un programme ! A priori, quand il est question de Progressif et que l'on aborde des durées aussi conséquentes, on peut craindre plusieurs écueils, la complaisance, l'excès de complexité, le manque de points de repère, la démonstration technique. Or, ENLIGHTENED parvient à éviter de sombrer dans ces travers et propose ni plus ni moins qu'un voyage maîtrisé et équilibré, entre puissance et douceur, entre complexité et efficacité.

Pour finir, évoquons le son qui préserve un rendu vivant et parvient à concilier exigence de clarté et impératifs de puissance. Peut-être qu'un peu plus de profondeur dans l'architecture sonore aurait été bénéfique sur certains passages mais, avec les moyens en présence, ENLIGHTENED n'a pas à rougir du résultat.

Cet album dense et ambitieux évoque tour à tour PAIN OF SALVATION, FATES WARNING, PANTERA (dans les phases les plus percutantes) ou encore ALICE IN CHAINS (du fait de la combinaison d'harmonies vocales mélancoliques et de guitares lourdes). Pour autant, ENLIGHTENED ne saurait se résumer à une addition d'influences, tant on sent une formation attachée à développer une personnalité qui lui est propre.

Vidéo de The Old Scroll cliquez ici
Alain
Date de publication : mardi 17 décembre 2019