15 / 20
18/12/19
Tales of fire and ice
CRYSTAL VIPER
 
En 2007, un groupe polonais conduit par la chanteuse Martha GABRIEL publie son premier album,The Curse Of Crystal Viper, chaleureusement accueilli comme un manifeste d'un Heavy Metal fougueux, farouchement fidèle à ce qui se fit de mieux en la matière durant les années 80. Depuis, le groupe a maintenu cette fidélité à des racines classiques, proposant avec régularité cinq autres albums studio. La qualité demeurait constante mais plus aucune surprise n'était à attendre, surtout étant donné le classicisme intrinsèque du style pratiqué.

Pour le coup, l'orientation générale de ce septième album propose une changement de perspective suffisamment net pour que l'on salue la prise de risque. En fait, ce n'est pas tant l'écriture de CRYSTAL VIPER qui a changé puisqu'on retrouve inlassablement des titres brefs et concis (entre trois et cinq minutes), construits selon une fort classique alternance introduction-couplet-refrain-solo, basés sur des riffs secs et nets, le tout porté par une section rythmique pour le moins carrée. Toujours pas d'originalité particulière donc en la matière...

Cependant, c'est le son général de Tales Of Fire And Ice qui témoigne d'une orientation stratégiquement tournée vers la mélodie. Tout y concourt : la production léchée, le mixage mettant en avant le chant, les arrangements de claviers, les lignes vocales modulées au millimètre, le timbre vocal clair, percutant mais jamais agressif. Même les solos de guitare, acérés et raisonnablement virevoltants, veillent à demeurer brefs et surtout... mélodiques !

Il est clair que les fans de la première heure trouveront que l'armure brille certes de mille feux mais que la lame est passablement émoussée. Cela dit, on ne peut tout de même pas reprocher à CRYSTAL VIPER de tenter un relatif changement de paramètre à ce stade de sa carrière. D'autant plus que le tout sonne de manière irréprochablement professionnelle, avec un souci d'efficacité permanent.

A noter que le CD contient en bonus une reprise de Dream Warriors, morceau de DOKKEN figurant initialement sur l'album Back For The Attack (1987) ; tout un symbole puisque, par le passé, CRYSTAL VIPER préférait rendre hommage à des groupes comme AGENT STEEL, MANILLA ROAD, VIRGIN STEELE, VADER, RIOT, GRIM REAPER, WASP (mais aussi des plus pondérés QUARTZ, mais c'est anecdotique).

Vidéos de Still Alive cliquez ici et de Bright Lights cliquez ici
Alain
Date de publication : mercredi 18 décembre 2019