15 / 20
23/05/20
Pale blue dot
KUGELBLITZ
 
On est parfois découragé à l'avance de se compter fort peu nombreux pour mettre en œuvre tel ou tel projet. Fort heureusement, le duo qui compose le groupe francilien KUGELBLITZ ne s'est pas senti a priori invalidé par son maigre effectif. Il faut dire que les préceptes de base de ce tandem s'avèrent suffisamment solides pour permettre une construction en configuration restreinte et une mise en œuvre volontariste.

Avant d'aller plus avant dans l'appréciation de la musique proposée, il est nécessaire de détailler le dispositif particulier mis en place, à savoir un musicien dédié à la basse six cordes et au chant, un autre à la batterie. On en déduira assez aisément que le propos de KUGELBLITZ demeure relativement rythmique, ce qui est tout à fait exact, à condition de préciser que le duo n'aime rien tant que des rythmiques ponctuées de nombreux breaks, fidèle en cela à ses influences revendiquées (MESHUGGAH, MASTODON, GOJIRA) auxquelles on se permettra d'ajouter VOIVOD. Je ne suis pas convaincu que l'étiquette Doom Sludge circonscrive totalement et parfaitement l'équation mise en place ici, mais il est un fait que nous retrouvons un goût avéré pour la lourdeur et un sens inné des rythmiques crasseuses, sans parler des ambiances glauques, voire malsaines.

En l'absence de guitare, avec le déficit relatif de tranchant que cela implique, l'attaque très frontale des six cordes de la basse assure un rendu tellurique et crépitant largement suffisant, appuyé par la frappe très sèche et mobile du batteur. Il s'agit pour le duo de racler jusqu'à l'os, de donner de l'épaisseur à partir d'un matériau sec au possible (si tant est que l'écoute sur une plate-forme permette de réellement juger du son d'un groupe... vaste débat).

A partir de là, sont autorisés et invités à converger les amateurs de MASTODON, de CONAN, de VOIVOD, de PRONG, éventuellement de NEUROSIS et ISIS (les fans du versant le plus radical de KILLING JOKE peuvent également tenter l'expérience) ; histoire de faire bref, tous les amateurs de Sludge maladif, de Post Metal et de Post Hardcore peuvent converger. Au-delà de ce référentiel élogieux mais un brin étouffant, KUGELBLITZ a l'intelligence de ponctuer son Sludge étouffant et rythmiquement articulé d'ambiances moins fondamentalement orageuses, toutefois angoissantes : brève introduction du morceau inaugural First Among Equals, les instrumentaux Laniakea et S50014+81, le début de Kathedräal, la toute fin de Lords Of Nothingness...

Sur de telles bases, KUGELBLITZ peut indubitablement développer un corpus musical fortement référencé mais nettement personnalisé.

Vidéos de Cosmic Convulsion cliquez ici et de S50014+81 cliquez ici
Alain
Date de publication : samedi 23 mai 2020