Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
OLD MAN WIZARD - Kill your servants quietly

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du groupe
10titre(s) - 46minute(s)

Site(s) Internet : 
OLD MAN WIZARD BANDCAMP
OLD MAN WIZARD FACEBOOK
OLD MAN WIZARD TWITTER

Label(s) :
Auto Production
 (19/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 01/09/2021
Le génie de la mélodie et un bon grain de folie
Il arrive que des artistes émergent et remettent les pendules à l’heure en ouvrant une voie inexplorée malgré un style loin des tendances ordinaires souvent aussi extrêmes que convenues. OLD MAN WIZARD, ce trio heavy prog de San Diego, est précurseur dans la magnification de recettes anciennes, dans la réhabilitation de la mélodie, dans la genèse d’un progressif qui parle directement à l’âme sans morceaux tarabiscotés, sans frime démonstrative, sans intellectualisme abscond. OLD MAN WIZARD a une autre qualité rare : une approche totalement décomplexée de multiples genres musicaux.

Les 10 titres de Kill your servants quietly font ainsi appel à une large palette sonore et une grande diversité rythmique.

Très harmonieux et mélodique dans le chant, I Prayed procède d’un groove lent qui crée ce déséquilibre poussant l’auditeur en avant jusqu’à ce qu’il se fasse prendre au piège d’un solo de guitare beau à pleurer et d’un final avec une montée en puissance juste magique.
Kill Your Servants a une attaque aussi dramatique que du Devin TOWNSEND au meilleur de sa forme, et puis s’engage sur un chant pop aussi clair et mélodique que du Paul McCARTNEY.
Les premiers accords ne font aucun doute, God Is Your Friend emprunte un obscur chemin tracé par BLACK SABBATH. Cependant, à mi-parcours les harmonies vocales apportent une lumière et une douceur que l’on n’espérait plus. Le refrain est d’une beauté à couper le souffle. Un conseil en passant, vrai pour ce morceau mais pour d’autres également, concentrez-vous un instant sur la ligne de basse… Waouh !
Changement d’univers : le tempo se fait plus enjoué sur I Wanna Know et l’ambiance lorgnerait presque du côté des BEACH BOYS – bon, là j’exagère mais pas tant que cela, imaginez que vous retiriez les distorsions de la rythmique et… Oh ! Vous n’auriez pas vu ma planche de surf ?
La section rythmique est partie vivre sa vie pendant que sur Your Life, Francis ROBERTS nous emmène dans une belle promenade folk à la guitare sèche.
L’électricité est revenue et les distorsions de la guitare aussi. Today est un mid-tempo avec une basse qui sonne méchamment disco et une guitare rythmique qui vire au funk. Un morceau superbement exécuté, mais un peu trop sucré à mon goût.
Ouf ! retour d’un gros riff sur Soldier’s Winter. Je me retrouve dans mon élément bien que cette chanson soit déroutante par le saisissant contraste entre le riff heavy appuyé et des couplets et refrain limite fleur bleue. Il va certainement falloir que je l’écoute à de nombreuses reprises pour totalement apprivoiser cet ovni.
Les affaires sérieuses reprennent avec Parasite, un bon riff, une mélodie attachante et un son de basse distordu et profond.
Falling Star, a une construction aussi originale que variée et offre des parties basse-batterie purement jouissives – un de mes titres favori de l’album.
Je ne me suis pas fait avoir avec Live Forever, j’ai senti tout de suite que ce titre « bien propre sur lui » allait partir en vrille et ça n’a pas manqué. Il est en effet orné d’un délire psychédélique très puissant en son cœur, avant que la jolie chanson ne se réinstalle jusqu’à un final qui clôture l’album tout en douceur.

Kill your servants quietly est donc le troisième et dernier incroyable album de ce trio de brillants musiciens. Il ravira autant les fans de GHINZU que ceux de Steven WILSON mais… mais ? Sérieux ? Un dernier album ? Je panique. Il n’y en aura plus après ? Le groupe arrête ? Qu’est-ce que cela veut dire ?
- Francis ROBERTS, ne dissipant pas mes craintes : « Cela signifie que nous ne ferons plus d’albums studio après celui-ci. »

Et là, j’ai juste envie de pleurer ou de sortir flinguer tous les directeurs artistiques des majors labels dont on se demande bien à quoi ils servent.

Regardant la pochette de l’album : « Je vois Don Quichotte qui, après les merveilleuses aventures vécues en trois albums, rentre chez lui, las, renonçant à se battre contre des moulins à vent. »

- Francis ROBERTS : « Je pense que c'est une excellente interprétation. Je ne suis pas tout à fait sûr de ce que l'artiste visuel avait en tête, mais j'ai aimé cette image car à la suite des deux premières pochettes, elle ressemble à la troisième case d'une bande dessinée. Ouverte à l'interprétation, mais avec une trajectoire claire.
Tu sais, j'aimerais continuer à faire des albums, mais dans le monde d'aujourd'hui, les albums empêchent de sortir de la musique. Les labels avec qui j'ai parlé ont tendance à se concentrer sur le streaming. Je veux présenter
OLD MAN WIZARD presque comme une série télévisée, avec des vidéos narratives pour chaque chanson. Je pense qu'au fur et à mesure que le groupe continuera, nous essaierons d'adopter ce type d'approche, et qui sait, peut-être que nous changerons d'avis et reviendrons aux albums.
Il faut aussi comprendre que j’ai écrit certaines des chansons de cet album il y a 4 ou 5 ans, or je n'aime tout simplement pas attendre des années la sortie du LP. Se focaliser sur les singles permettra de sortir de la musique au fur et à mesure que je l'écris. »


Soyez sans crainte, vous n’aurez pas des années à attendre pour vous procurer cet album que je classe déjà parmi les incontournables de l’année mais il vous faudra un peu de patience jusqu’au 5 novembre.

***


OLD MAN WIZARD est composé de :
- Francis ROBERTS : Chant, guitare, synthé, sampler ;
- Andre BELLER: Chœurs, basse, violon ;
- Kris CABALIO : Chœurs, batterie, percussions.


***

Extraits de Kill your servants quietly :
- Kill Your Servants : Cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
PALLAS
The cross and the crucible
THE GREAT DISCORD
The rabbit hole
VISION DIVINE
Destination set to nowhere
CEPHEE LYRA
A sinner's loneliness
FOREIGN
The symphony of the wandering jew part ii
Chroniques du même auteur
INDIGO RAVEN
Looking for transcendence
ELEFANT TALK
Elefant talk
AGAINST EVIL
End of the line
BRIGHT
Bright
QUEEN(ARES)
From this ground, from this sea
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente