Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
PRESTO BALLET - The lost art of time travel

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  CD - Année : 2008
Provenance du disque : Acheté
7titre(s) - 60minute(s)

Site(s) Internet : 
PRESTO BALLET WEBSITE
PRESTO BALLET MYSPACE 

Label(s) :
SPV
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 28/03/09
Chapeau, colonel kurdt !
Le premier opus de PRESTO BALLET, Peace Among the Ruins, sorti en 2005, était une franche réussite pour son leader-guitariste-compositeur-producteur Kurdt VANDERHOOF. Le créateur de METAL CHURCH s'y ébattait dans un heavy metal très influencé par les années 70. Il remet aujourd'hui le couvert avec The Lost Art of Time Travel encore plus progressif. Sur sept compositions, seule You're Alive émarge en-dessous de la barre des cinq minutes ; sinon, on est souvent au-delà des neuf minutes. Sûr de bénéficier de tout le temps nécessaire pour s'épanouir, l'instrumentation développe de nombreux thèmes, tout entier basés sur une gémellité parfaite entre les claviers très 70's (sonorités d'orgue Hammond et de mellotron à foison, de synthés d'avantage fin 70's-début 80's également) et la guitare à la fois impériale et concise du maestro.

Ces longues compositions sont riches en rebondissements rythmiques et thématiques mais, en vieux routier, Kurdt VANDERHOOF laisse le temps à chaque partie de s'installer et de se développer, avant d'opérer une transition toujours intelligente et pertinente avec la suivante. Ce faisant, il évite l'écueil de la technicité à tout va et des morceaux sans trame véritable, qui sont la plaie des groupes de progressif en général, de prog metal en particulier (même DREAM THEATER n'y échappe pas !).

Autre tare que VANDERHOOF esquive : le très gros son heavy qui ne laisse aucun espace libre. S'il rend indéniablement hommage aux grands groupes des seventies (notamment le KANSAS le moins commercial), le guitariste a pourvu cet album d'un son moderne mais suffisamment aéré, là où des SYMPHONY X bâtissent des murs du son un peu stériles, à force de se vouloir body buildés et impressionnants. Du coup, on entend ici chaque détail, chaque nuance instrumentale. Et le très correct chanteur Scott ALBRIGHT n'a pas besoin de s'époumoner pour surnager dans le mix.
Assurément du grand art.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
PHYSALIA
L'écume des nuits
STREAM OF PASSION
The flame within
NEVERDREAM
The circle
PROG AROUND THE WORLD
Prog around the world
PHOENIX AGAIN
Unexplored
Chroniques du même auteur
SKRAECKOEDLAN
Äppelträdet
OLDE CRONE
Olde crone
FREE FALL
Power & volume
OBSIDIAN SEA
Between two deserts
SPIRITUAL BEGGARS
Earth blues
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente