Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Dossiers
Reportage :  Un entretien avec:
THE DEAD DAISIES - rencontre avec Richard FORTUS (guitare) et Dizzy REED (claviers) , Paris, le 15 juin 2015
( THE DEAD DAISIES )
Date de publication : 17/07/15
Auteur : metalmp
Rencontre avec Richard FORTUS (guitare) et Dizzy REED (claviers)
Entretien réalisé à Paris le 15 juin 2015

A la veille de leur concert parisien en ouverture de KISS avec qui tourne leur groupe, Richard FORTUS et Dizzy REED, deux des membres de THE DEAD DAISIES fraichement arrivés (à 5h du matin) du Download où ils ont joué la veille, nous ont accueilli au sein des locaux de Gibson France pour parler de Revolucion, leur nouvel album très orienté 70's. Récapitulatif d'une rencontre avec des musiciens un peu fatigués mais toujours passionnés.

METAL INTEGRAL : Nous découvrons depuis peu en France THE DEAD DAISIES, alors commençons par une question classique : pouvez-vous brièvement présenter l’histoire du groupe ?
Dizzy REED : J’ai intégré le groupe il y a environ deux ans. Richard m’a appelé, je connaissais déjà le groupe puisqu’il en faisait partie, et je connaissais la plupart des gars du groupe, des gars avec qui j’ai toujours eu envie de jouer. Ça m’avait l’air fun.
Richard FORTUS : Dizzy et moi jouons ensemble depuis plus de 14 ans au sein de GUNS ‘N ROSES. J’ai intégré THE DEAD DAISIES par le biais de Charley DRAYTON (NdMP : ex-batteur du groupe) qui m’a appelé. C’est un de mes bons amis et un de mes musiciens préférés… Marco MENDOZA (basse) avions joués ensemble dans THIN LIZZY, tandis que John CORABI (chant) et Dizzy se connaissent depuis longtemps, tout comme Brian TICHY (batterie) et David LOWY (guitare).

METAL INTEGRAL : Pouvez-vous m’expliquer le secret du nom du groupe, THE DEAD DAISIES? J’imagine que ça n’a rien à voir avec l’univers des personnages de Disney
Dizzy REED : Non! (rires) Mais quand je joue avec THE DEAD DAISIES, on me surnomme “Dizzy the dead daisy”…
Richard FORTUS : Je… je ne crois pas qu’il y ait un sens à ce nom… Ca sonnait bien, simplement. Rien de plus. Rien de profond…

METAL INTEGRAL : J’ai eu l’opportunité d’écouter l’album un seule fois, et ma première impression est qu’il est très inspiré par les années 70 J’entends du LED ZEPPELIN, du GRATEFUL DEAD, du Classic US Hard Rock. Parfois même, John chante comme Joe COCKER. Qu’elle a été votre objectif, votre intention musicale avec cet album ?
Richard FORTUS : Je pense que cet album est simplement "classique". On n’essaie pas de faire quelque chose de foncièrement et radicalement différent. Il reflète vraiment d’où nous venons, les groupes avec lesquels nous avons grandis.
Dizzy REED (méditatif et s’adressant à Richard) : Tu sais quoi ? J’étais un Deadhead (NdMP : surnom donné aux fans de GRATEFUL DEAD) quand j’étais gamin. C’est sans doute de là que ça vient.
Richard FORTUS : Voilà, c’est la faute de Dizzy !
Dizzy REED : Mais j’adore ce groupe ! Peut-être est-ce dû aux drogues que je prenais plus jeune !

METAL INTEGRAL : Qu’avez-vous mis dans cet album ?
Dizzy REED : Chacun a apporté ce qu’il avait, pouvait.
Richard FORTUS : Nous avons beaucoup d’influences en commun, nous avons grandi en écoutant les mêmes choses.
Dizzy REED : On ne s’est jamais dit : « ok, faisons un truc qui sonne comme ça ». C’était plutôt « tiens, voilà un riff, tu en penses quoi ? » Et ça fonctionne plutôt bien.
Richard FORTUS : Le résultat sonne de façon assez naturelle, je trouve.

METAL INTEGRAL : ça sonne très naturel, en effet.
Richard FORTUS : Tout s’est mis en place de façon très… organique, rapidement.

METAL INTEGRAL : En combien de temps avez-vous finalisé le travail?
Richard FORTUS : Nous avons enregistré 16 chansons…
Dizzy REED : … en 5 semaines. Sans jours de repos ! Ils nous ont enfermés dans le studio jusqu’à ce que tout soit terminé! (rires)

METAL INTEGRAL : D’après ce que je sais, l’album a été enregistré à Sydney et à Cuba. Deux chansons y ont été enregistrées. Sydney et Cuba sont deux univers radicalement différents; en quoi ces ambiances ont-elles influencé le processus d’enregistrement, selon vous ? Quel impact ont eu ces studios sur les chansons que vous y avez enregistrées ?
Dizzy REED : Je crois que c’est une véritable experience d’aller à Cuba pour la première fois et y jouer. Rencontrer des gens et jouer avec ces musiciens simplement fabuleux, ce sont certains des meilleurs musiciens que j’ai rencontrés. Ça nous a certainement influencés, mais, d’un autre côté, nos chansons étaient déjà écrites et prêtes. Le reste coule. On a passé un bon moment, mais nous y étions pour le boulot, aussi!

METAL INTEGRAL : en tant que citoyens américains, que pensez-vous des mesures de Barack OBAMA visant à améliorer les relations diplomatiques et économiques entre les USA et Cuba ?
Dizzy REED : il y a encore plein de choses qui bloquent, qui empêchent les portes de s’ouvrir en grand, mais, je crois que c’est un bon début.
Richard FORTUS : Personnellement, je pense que ça fait longtemps que ça aurait dû se faire. On aurait dû entamer des relations avec Cuba il y a longtemps. Mais je ne m’en mêle pas, je ne joue que des claviers…

METAL INTEGRAL : Comment avez-vous été accueillis lors de votre séjour à Cuba?
Richard FORTUS : Très bien! Les gens ont été très chaleureux, vraiment.

METAL INTEGRAL : J’imagine que vous avez pu découvrir leurs cigares et leur rhum… Qu’avez-vous retenu de leur mode de vie, en comparaison du votre?
Dizzy REED : Nous y étions en tant que groupe de Rock. Nous avons rencontré plein de gens, de jeunes musiciens qui nous posaient plein de questions. La plupart du temps, c’était simplement rassurant de savoir que le Rock, sur cette île, est bel et bien vivant.
Richard FORTUS : Ce qui est extraordinaire quand tu rencontres d’autres musiciens, même s’ils ont un mode de vie radicalement différent, c’est la passion qui nous anime, tous.
Dizzy REED : Et c’est valable où que tu te trouves dans le monde

METAL INTEGRAL : Ce qui donne tout son sens à l’universalité du langage de la musique, du Rock...
Dizzy REED : Exactement

METAL INTEGRAL : D’après ce que j’ai compris, le line up de THE DEAD DAISIES varie en fonction de différents facteurs, dont la disponibilité de chacun d'entre-vous. J’imagine que ça peut être assez stressant de ne pas savoir avec qui vous allez jouer à tel ou tel moment, mais que ça peut également être assez rafraichissant dans le sens où celà vous éloigne de la routine quotidienne qui affecte souvent les groupes.
Richard FORTUS : Chaque musicien apporte quelque chose de différent à table. C’est toujours très inspirant de comprendre ce que chacun apporte, comment ils abordent une chanson. C'est ce qui rend la musique intéressante.
Dizzy REED : Il y a pas mal de gars dans ce groupe avec qui j’ai bossé sur d’autres projets, avec qui je travaille depuis des années, et il y en a qui n’aurait sans doute pas eu l’opportunité de faire quelque chose comme ça, comme Charlie, par exemple. On a toujours voulu faire quelque chose ensemble, et c’est une opportunité que de se retrouver dans ce groupe. C’est simplement géant ! Chaque jour, chaque concert, on s’amuse vraiment.

METAL INTEGRAL : Donc il n’y a pas de routine ?
Richard FORTUS : Non, pas tant que nous continuons d’apprendre les uns des autres.
Dizzy REED : Et, comme tu le disais, il y a la disponibilité de chacun, qui est libre ou pas. Nous avons toujours la possibilité de faire venir quelqu’un d’autre.

METAL INTEGRAL : Cela influence-t-il votre processus de composition ?
Richard FORTUS : Quand tu travailles avec des nouvelles têtes, le processus est… neuf et très fertile, parce que tu donnes et tu reçois. C’est une conversation. La musique est une conversation, et nous communiquons ainsi. Quand tu rencontres quelqu’un pour la première fois, il y a tant de choses à dire : tu veux découvrir la personne, qui veut aussi te comprendre. Contrairement à quand tu connais quelqu’un depuis très longtemps.

METAL INTEGRAL : Vous ouvrez actuellement pour KISS au cours de la deuxième année dfêtant leur 40ème anniversaire. Comment vous êtes-vous retrouvés sur cette affiche ?
Richard FORTUS : Ce sont des amis, nous avons déjà tourney avec eux et, oui… nous avons été invités

METAL INTEGRAL : Combien de shows avez vous donés en Europe jusqu’à present, et quelle a été la réponse du public?
Dizzy REED : Environ 10 concerts, je crois. Tu sais, nous avons tourné avec KISS l’an dernier, et…
Richard FORTUS : Il y a une résonance avec leur public
Dizzy REED : Ce n’est pas quelque chose que j’avais prévu, mais ça a fonctionné !

METAL INTEGRAL : Comment vous l’expliquez?
Richard FORTUS : Je ne sais pas… Historiquement, les groupes qui ont ouvert pour KISS ont en général eu du mal. Les fans de KISS sont assez exclusifs, et peuvent n’aimer aucun autre groupe. Mais pour nous, ça a bien fonctionné, nous avons rencontré plein de monde, nous sommes fait plein de nouveaux amis.

METAL INTEGRAL : J’ai lu que John (CORABI, chant) était impatient de venir jouer à Paris. Et vous, comment vous sentez-vous alors que vous jouez demain ?Richard FORTUS : John est excité? Il n’en donne pas l’impression (rires). Je crois que nous sommes tous impatients de jouer ici, c’est toujours excitant. Paris est toujours une ville où on veut s’arrêter. En voiture pour venir ici, Dizzy et moi nous rappelions quelques souvenirs d’expériences passées ici. Nous avons vraiment vécu de bons moments dans cette ville.
Dizzy REED : Venir à Paris est toujours excitant. Il y a tant à faire !

METAL INTEGRAL : Vous trouvez du temps, pendant cette période de promo, pour vous balader, faire des choses pour vous?
Richard FORTUS : En fait, nous ne sommes même pas hébergés en ville. Nous sommes à Versailles ! On ne pouvait pas trouver d’hôtel à Paris… Nous ne sommes jamais allés à Versailles, et c’est magnifique ! Incroyable. Je me suis promené dans les jardins du château, aujourd’hui, c’est simplement extraordinaire !

METAL INTEGRAL : Vous avez tous plus de 40 ans ? Est-il vraiment sérieux poru des gars de plus de 40 ans de continuer de jouer dans un groupe de Rock en ressemblant à des hippies ?
Dizzy REED (Rires) : Je n’ai pas vraiment le choix, en fait…
Richard FORTUS : Moi non plus. J’ai fait ça toute ma vie. Et c’est ce que je suis !

METAL INTEGRAL : Quelle est votre point de vue concernant la musique aujoud’hui, ce que la radio propose?
Dizzy REED : Il y a tant de musique, plus que jamais… Il n’y a plus de filter. Quand nous étions gamins, les maisons de disques servaient de filtres. Il fallait passer par là. Aujourd’hui, effectivement, n’importe qui peut enregistrer et mettre sa musique à disposition.
Richard FORTUS : Mais même à l’époque, il n’y avait pas moyen d’empêcher quelqu’un de proposer sa musique à un magasin de disque, de la diffuser par d’autres biais, de la jouer. Ça ne change pas et ne changera pas, ce sont simplement les outils qui changent.

METAL INTEGRAL : Pour terminer: pouvez-vous penser à deux questions que vous voudriez vraiment qu’un journaliste vous pose un jour? (tous deux prennent un peu de temps pour réfléchir).
Dizzy REED : … Ah! “C’est une banane que tu as dans ta poche ou tu es vraiment heureux de me voir?”

METAL INTEGRAL : Oh, là! Il va falloir que je puisse la placer celle-là! Ça va être problématique !
Richard FORTUS : Je préfère des questions plus techniques, portant sur les instruments, comme “Quelle est ton millésime préféré de Télécaster” ou ce genre de chose. C’est toujours un sujet sympa.

En complément de l'itw de Metal Intégral, retrouvez l'itw vidéo que John CORABI et Marco MENDOZA ont accordée à nos amis et désormais partenaires de TV Rock Live.
Pour voir cette interview, cliquez ici



COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur le dossier
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté ce dossier.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur le dossier
Enregistrer le dossier au format .PDF
Afficher la version imprimable du dossier
Envoyer le dossier par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur le dossier
Signaler une erreur
Dossiers du même type (Reportage)
- HELLOWEEN TOURNEE 7 SINNERS : DE PARIS A LYON... GROS PLAN SUR TRICK OR TREAT (1ère Partie)
- BAR/PUB REPORT - Rock' n' Eat (Lyon)
- AVANTASIA - PRATTELN - 13 AVRIL 2013 - LIVE REPORT + INTERVIEW
Dossiers du même auteur
- HEAVINTAGEHEMORAGYEVIL ONEARES Pacific Rock, Cergy (95), le 10 janvier 2010
- MANIGANCE et ADX live à Paris - le Divan du Monde, le 24 janvier 2015
- SAVAGE GRACE, HURLEMENT, ARES, EVIL ONE, Pacific Rock (Cergy, 95) le 11 avril 2010
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente