Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
RAMMSTEIN - Zeit

Style : Metal
Support :  CD - Année : 2022
Provenance du disque : Acheté
11titre(s) - 44minute(s)

Site(s) Internet : 
RAMMSTEIN FACEBOOK
RAMMSTEIN WEBSITE

Label(s) :
Universal
 (19/20)

Auteur : Rémifm
Date de publication : 13/06/2022
Le "zeit" est un ami...
Que celles et ceux qui ont aimé Rammstein (cliquez ici), l’album de 2019, lisent cette chronique, les autres peuvent aller se promener. RAMMSTEIN est revenu plus mélodique que jamais, avec plus de claviers et d’arrangements orchestraux que jamais sur ce Zeit. Les fans de guimauve allemande dans mon style s’en trouvent tout retournés, là ou le puristes des guitares saccadées et du chant plus agressif réécouteront certains précédents albums.
À la base, je ne suis pas un "métalleux" mais un hard-rockeur venu au métal pour ses aspects les plus mélodiques. Je suis comblé ! RAMMSTEIN les propose ici à leur apogée. N’empêche que sous certains aspects, je peux rapprocher quelques titres des Sehnsucht (1997) voire Mutter (2001). Petit tour du propriétaire… Armée Der Tristen, Angst, Giftig, Zick Zack sont d’inspiration Sehnsucht et Mutter, structure des compositions, guitares rythmiques carrées, puissance générale, mélodies, un vrai bonheur pour votre serviteur. Si RAMMSTEIN, même si un tout petit peu moins sur ce Zeit comparé à Rammstein, usent encore une fois un peu trop des ballades et mid-tempo, le titre Zeit en plage 2 n’en demeure pas moins un des meilleurs titres composée par le groupe. Quelle intensité ! Dommage, le mid-tempo Schwarz qui suit, et me paraît le titre le moins intéressant de l’album, plombe un peu un fantastique début d’album. Ce sera mon seul bémol car le reste, même si un peu en manque d’agressivité n’en révèle pas moins un sens inné de la composition et une approche musicale d’une mélodicité impressionnante. Les claviers n’ont presque jamais été aussi présents avec des sons toujours inventifs (fantastique Giftig !). Zick Zack et son refrain entraînant donne envie de danser et chanter… Je suis fan ! Des chœurs d’église démarrent sur Ok, suivent des claviers aériens, qui me donnent envie de manger une religieuse… La suite est un festival métal un rien malsain…sons de guitare à l’appui… Till a vraiment sorti la machine à ligne de chants imparables… Les claviers sont pas loin d’un DEPECHE MODEMeine Tränen démarre comme une musique de film d’horreur voire taillée pour les films de TARANTINO. La rythmique très lourde en mid-tempo apporte encore plus d’oppression au chant déjà plombé de Till… Le refrain aère tout cela subtilement ! L’orchestration apaise un peu ce sentiment d’étouffement ! Angst, cité plus haut me fait le plus grand bien avant l’arrivée du surprenant Dicke Titten et ses passages fanfare délicieux. À la première écoute, je n’étais pas préparé, ça passe beaucoup mieux maintenant…même si le pont presque Pop me surprend à chaque passage ! Les guitares restent plombées et fonctionnent à merveille comme contre-poids à la mélodie presque simpliste de la fanfare… Magnifique audace ! Lügen arrive, toujours en mid-tempo a créer un malaise en moi. Titre malsain où la folie de Till s’exprime à son apothéose avec une voix passé à l’ « autotune »… Surprenant mais ça passe car sans excès… L’album se termine par un Adieu poignant, la mélodie prend aux tripes, « goodbye, adieu, auf Wiedersehen »… Je suis rincé, RAMMSTEIN m’a encore bousculé. Le groupe conserve sa qualité d’écriture et autour s’est déployée une kyrielle de talents pour travailler sur les arrangements de chœurs et orchestraux (Sven HELBIG), Friedmann SCHULZ et Martin FISCHER pour enregistrer et diriger le « KONZERTCHOR » de Dresde, (Allemagne), Wilheim KEITEL, Dzmitry KARSHAKEVICH, Siarhai CHAIKA pour le « ACADEMIC CHOIR OF THE NATIONAL TELEVISION AND RADIO COMPANY OF BELARUS, Minsk). Le SÄCHSISCHE STAATSKAPELLE de Dresde fut aussi mis à contribution, ainsi que Wolfram GROSSE pour des sons de clarinette et Bernd SCHOBER pour le haut-bois. Mon admiration est totale pour l’enregistrement du groupe (à La Fabrique de Saint-Rémy De Provence) réalisé une fois encore par le doué Olsen INVOLTINI, accompagné de Daniel CAYOTTE. Olsen mixe avec une précision chirurgicale l’album qu’il co-produit avec brio avec les musiciens de RAMMSTEIN ! Quel son, mais quel son ! Mastering par Jens DREESEN. Enfin, les photos du "booklet" ont été réalisées par Bryan ADAMS. "Artwork" par Bürd Dick RUDULPH ! Que de talents !
Merci RAMMSTEIN !

Zeit : cliquez ici

Zick Zack : cliquez ici

Angst : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
SHATTERED DESTINY
Fragments
SWEDISH HITZ GOES METAL
Swedish hitz goes metal
LORDI
Monstereophonic (theaterror vs demonarchy)
HELLFEST 2013
Hellfest 2013
THUNDERSTONE
Veterans of the universe
Chroniques du même auteur
CRAZY LIXX
Crazy lixx
BROTHER FIRETRIBE
Sunbound
SHOTGUN SYMPHONY
Shotgun symphony
BONFIRE
Cry for help
CROWN OF THORNS
Faith
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /