Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
CARONTE - Yoni

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2017
Provenance du disque : Reçu du label
7titre(s) - 49minute(s)

Site(s) Internet : 
CARONTE FACEBOOK

Label(s) :
VAN Records
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 05/09/17
Le nautier assure la traversée
Troisième album de ce groupe italien, Yoni clôt une trilogie initiée avec Ascension (2012), poursuivie avec Church Of Shamanic Goetia (2014, retrouvez la chronique ici : cliquez ici). Une trilogie donc, qui s'achève sept ans après la formation de CARONTE, la boucle étant parfaitement bouclée puisque Yoni (qui signifie utérus en sanskrit) est composé de sept titres. Esprits vifs et déductifs que vous êtes, vous aurez compris que CARONTE (au fait, le nom du groupe se traduit en français par Charon, le célèbre nocher qui, selon la mythologie grecque, faisait passer le fleuve Achéron aux âmes des défunts) aime en vrac les religions et le symbolisme, surtout dans leur versant ésotérique.

Voilà pour le décorum qui, il faut bien en convenir, s'harmonise à merveille avec la musique pratiquée (et inversement). En l'occurrence, CARONTE est demeuré fidèle à la formule affichée précédemment, à savoir un Doom Metal qui, sans être révolutionnaire, refuse de se laisser enfermer dans des normes trop restrictives. Fort classiquement, les riffs de guitare sont simples, laconiques, granitiques, avec un rendu austère, voire lugubre. Quoique plus agiles, les lignes de basse donnent tout de même dans le gros son funèbre. Sans être particulièrement riant, le jeu de batterie tranche toutefois avec l'austérité instrumentale décrite à l'instant ; en dépit de la lenteur du tempo général (au mieux, on attend le mid-tempo), les roulements de toms et un bon usage des cymbales assure une animation dynamique qui contraste avec les autres constituantes rythmiques.

Dépouillés, reposant avec tout sur des principes mélodiques simples, les solos de guitare sont autant de points émettant une lumière trouble plutôt que rassurante.
Un peu à la manière d'un Glenn DANZIG, le chant demeure clair, grave, très articulé, convenablement modulé. Ces vocaux dégagent une puissante sensation de mélancolie gothique, troublée ponctuellement par des intonations plus colériques.

D'une durée étagée entre six et huit minutes, les compositions de Yoni sont de surcroît solidement structurées et arrangées, de manière à ce que la lassitude ne s'installe jamais. Comme hypnotisé par ces rythmiques primitives et lourdes, ce chant d'outre-tombe, cette batterie tribale, l'auditeur n'a d'autre choix que de succomber au rituel qui s'opère et de succomber à l'ambiance délétère qui hante littéralement l'album. On ne peut que saluer un tel pouvoir évocateur qui ne passe pas par une surenchère d'effets.

Reste maintenant à espérer que nous ne devrons pas attendre sept ans pour entendre la suite de cette première trilogie...

Vidéo de Abraxas Troisième album de ce groupe italien, Yoni clôt une trilogie initiée avec Ascension (2012), poursuivie avec Church Of Shamanic Goetia (2014, retrouvez la chronique ici : cliquez ici). Une trilogie donc, qui s'achève sept ans après la formation de CARONTE, la boucle étant parfaitement bouclée puisque Yoni (qui signifie utérus en sanskrit) est composé de sept titres. Esprits vifs et déductifs que vous êtes, vous aurez compris que CARONTE (au fait, le nom du groupe se traduit en français par Charon, le célèbre nocher qui, selon la mythologie grecque, faisait passer le fleuve Achéron aux âmes des défunts) aime en vrac les religions et le symbolisme, surtout dans leur versant ésotérique.

Voilà pour le décorum qui, il faut bien en convenir, s'harmonise à merveille avec la musique pratiquée (et inversement). En l'occurrence, CARONTE est demeuré fidèle à la formule affichée précédemment, à savoir un Doom Metal qui, sans être révolutionnaire, refuse de se laisser enfermer dans des normes trop restrictives. Fort classiquement, les riffs de guitare sont simples, laconiques, granitiques, avec un rendu austère, voire lugubre. Quoique plus agiles, les lignes de basse donnent tout de même dans le gros son funèbre. Sans être particulièrement riant, le jeu de batterie tranche toutefois avec l'austérité instrumentale décrite à l'instant ; en dépit de la lenteur du tempo général (au mieux, on attend le mid-tempo), les roulements de toms et un bon usage des cymbales assure une animation dynamique qui contraste avec les autres constituantes rythmiques.

Dépouillés, reposant avec tout sur des principes mélodiques simples, les solos de guitare sont autant de points émettant une lumière trouble plutôt que rassurante.
Un peu à la manière d'un Glenn DANZIG, le chant demeure clair, grave, très articulé, convenablement modulé. Ces vocaux dégagent une puissante sensation de mélancolie gothique, troublée ponctuellement par des intonations plus colériques.

D'une durée étagée entre six et huit minutes, les compositions de Yoni sont de surcroît solidement structurées et arrangées, de manière à ce que la lassitude ne s'installe jamais. Comme hypnotisé par ces rythmiques primitives et lourdes, ce chant d'outre-tombe, cette batterie tribale, l'auditeur n'a d'autre choix que de succomber au rituel qui s'opère et de succomber à l'ambiance délétère qui hante littéralement l'album. On ne peut que saluer un tel pouvoir évocateur qui ne passe pas par une surenchère d'effets.

Reste maintenant à espérer que nous ne devrons pas attendre sept ans pour entendre la suite de cette première trilogie...

Vidéo de Abraxas : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
CRESENT
Cresent
SURTR
Pulvis et umbra
THE BOTTLE DOOM LAZY BAND
Blood for the blood king
CROM
Vengeance
THE HOWLING VOID
The triumph of ruin
Chroniques du même auteur
CIRCLE OF SILENCE
The blackened halo
DESOLATE PATHWAY
Of gods and heroes
ROTE MARE
Serpents of the church
LUCIFER'S FALL
Lucifer's fall
LEWIS & THE STRANGE MAGICS
Evade your soul
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente