Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
MILLENIUM - Awakening

Style : Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2017
Provenance du disque : Reçu du label
11titre(s) - 48minute(s)

Site(s) Internet : 
MILLENIUM FACEBOOK

Label(s) :
Auto Production
 (17/20)

Auteur : Jan
Date de publication : 28/02/18
Une excellente surprise !
L’archipel britannique est une contrée extrêmement prolifique en terme de musique amplifiée. En effet, loin de voir ses ressources culturelles s’épuiser, il nous a littéralement inondé(e)s de talents plus ou moins connus depuis plus d’un demi-siècle. Il y a d’abord eu la vague pop avec les BEATLES, puis celle-ci s’est progressivement endurcie avec les ROLLING STONES, LED ZEPPELIN, puis BLACK SABBATH, ce dernier groupe étant incontestablement à l’origine du heavy metal, courant musical qui regroupe un très grand nombre de sous-genres quand même assez fourre-tout, bien que la base reste toutefois ancrée dans les trois pays qualitativement parlant les plus productifs dans le style que sont l’Angleterre, les USA et l’Allemagne. Suite à l’émergence de JUDAS PRIEST, d’autre musiciens se laissèrent tenter par l’irrésistible appel de la gloire. C’est ainsi que naquirent des légendes vivantes comme IRON MAIDEN, SAXON, MOTÖRHEAD, SATAN, GRIM REAPER ou DIAMOND HEAD, dont la virtuosité n’est plus à prouver à l’écoute de leurs pépites respectives. Cependant, quelques combos plus obscurs tentèrent tant bien que mal de se frayer un chemin vers la célébrité. Malheureusement, beaucoup d’entre eux connurent de multiples déboires, plus ou moins dramatiques, souvent liés, la plupart du temps, à des soucis de trésorerie.

C’est ainsi que MILLENNIUM tombât aux oubliettes, malgré un très bon premier opus éponyme. Formé en 1982 par le vocaliste Mark DUFFY et le guitariste Pete MCARDIE, le duo de choc ne mit pas très longtemps à compléter son line-up avec Dave MERRINGTON en tant que second gratteux, le quatre-cordiste Dave PRICE et le frappeur de fûts Steve MENNELL. Dans la foulée, le quintet s’attaqua à l’enregistrement d’un split et d’une paire de démos afin de les présenter au label Guardian Records dans l’espoir de pouvoir mettre en boîte Millennium en 1983, qui paraîtra un an plus tard. Peu après, Dave cédera sa place à Mike MUSKETT, qui n’aura pas eu la chance d’apposer ses riffs sur un LP, puisque MILLENNIUM n’aura immortalisé que trois démos avant de mettre un terme à sa carrière à cause, notamment, de problèmes financiers. Cela est assez compréhensible si l’on se place dans le contexte de l’époque, avec une impitoyable Margaret Thatcher à la tête du Royaume-Uni ayant quasiment ruiné socialement un pays déjà bien au bord du précipice économique, et partisane d’un conservatisme nauséabond qui a quelque peu freiné les ardeurs pourtant revigorantes d’une scène métallique prête à se rebeller contre l’ordre établi par des politiciens peu scrupuleux de casser de l’ouvrier, alors que la majorité des formations heavy metal naquirent dans ce milieu des travailleurs manuels de l’industrie.

Il a fallu attendre près de deux décennies, une réédition du debut-album ainsi que la mise en bac d’une collection de titres écrits en 1985 réunis sous un, techniquement, deuxième album en 2016, intitulé Caught In A Warzone, pour apercevoir à nouveau Mark et ses collègues sous le feu des projecteurs. Cependant et après avoir relancé la machine MILLENNIUM, Pete et Steve firent face à des imprévus embêtants, le premier à cause d’une santé vacillante, le second à cause d’engagements professionnels, ce qui obligeât Mark à recruter d’autres instrumentistes, à savoir Will PHILPOTT et Louis ASBURY au branlage de manches, Andy FISHER à la basse et Darren MOORE à la batterie. Une fois la bande recomposée, la formation se mit au boulot et, après quelques semaines d’un travail acharné, MILLENNIUM (plutôt Mark en solo) pût enfin avoir la fierté de présenter au monde son dernier-né, l’excellent Awakening.

Car du début à la fin, ça pète constamment. Même si certaines comparaisons avec d’autres hordes de la NWOBHM ne peuvent être forcément évitées. Comme sur False Reality, dont le riff d’intro me fait carrément penser à celui de English Man O’War de SAXON. Je ne parlerai pas de copie conforme, ce riff étant arrangé différemment, sûrement pour ne pas porter l’auditeur/trice en confusion. Cela dit, il est nécessaire de le préciser pour vous éviter de traverser le plafond si vous êtes des puristes jusqu’au-boutistes. Le reste du titre est, fort heureusement, plus personnel, grâce à la voix qui rock un max et se situe dans des tonalités médium, à la manière d’un James HETFIELD, même si Mark DUFFY parvient assez aisément dans des notes plus haut perchées. L’ensemble de cette chanson est un pur régal de heavy à l’ancienne, surtout sur les soli en harmonie que ne renieraient pas Paul QINN et Doug SCARRATT, les compères de Biff BYFORD. Rise Above lorgnerait plus du côté JUDAS PRIEST avec son bref passage à la batterie, sur lequel Darren s’éclate comme un petit fou, comme Dave HOLLAND sur Exciter et Scott TRAVIS sur Painkiller. Comme quoi, les fûts, ça excite un max. Surtout s’ils sont remplis de bière. Mais bon, là, ce n’est pas le cas. Sinon, les toms et la grosse caisse ne sonneraient pas aussi bien. Voire pas du tout. Là aussi, l’identité de MILLENNIUM ressort clairement. MILLENNIUM démontre encore sa capacité à se renouveler et à botter les fesses. Le sang frais, ça aide beaucoup. Et Mark a su drôlement bien s’entourer. La hargne des débuts est à nouveau là. Tandis que Searching possède une structure similaire aux premiers MAIDEN, avec ce petit côté punk pas désagréable et ses lignes de guitares hyper mélodiques. Incontestablement l’une des meilleures compos sur la rondelle. Avant d’entamer les hostilités avec une énième fois l’éponyme Awakening, les ménestrels se lancent dans un court prélude, The Spell, qui présente calmement le titre suivant que je viens de nommer. Awakening et sa mélodie orientalisante et sa rythmique à la Resurrection de VENOM font de ce morceau un moment de bravoure que j’ai rarement entendu ces derniers temps. Puissant et quasiment thrashy, Awakening m’évoque plus l’œuvre d’une horde teutonne que d’une équipe so british. Nonobstant à quelques détails prêts des points de croix caractéristiques encore et toujours de SAXON entremêlés ici et là. Suivant le même scénario, Lies All Lies semble relativement loucher sur KREATOR et DESTRUCTION avec cette succession de riffs thrashy et de soli harmoniques plaisants. Vocalement, pas de grognements, mais un Mark très en forme, cependant ponctuellement un peu monocorde sur les couplets et les refrains. Tout comme le groupe qui suit un schéma similaire de bout en bout, comme sur une ritournelle. Cela dit, cet effet de style colle parfaitement à la thématique du morceau qui parle des mensonges proférés par les gens et qui, très souvent, se réitèrent de jour en jour. The Calling, quant à lui est à la fois branché sur le côté mélodies hybrides à la MAIDEN sur la partie électro-acoustique et KREATOR sur les passages électriques, une sorte de pont structurel entre Dover et Hambourg. Le tout reste malgré tout dans une veine NWOBHM perceptible. Tandis que Witch Hunt, mid-tempo efficient semble un poil au-dessus de son prédécesseur qualitativement, avant un When Mad Men Rule qui se lance sur un riff assez black metal dans l’âme avec son atmosphère issue des forêts glaciales des sphères boréales (qui ne dépareillerait pas non plus sur l’œuvre phonique d’une réunion d’adeptes de réjouissances folkloriques) en prélude à des échanges guitaristiques germaniques appréciés de Mille PETROZZA (comparez ce titre à ceux de Gods Of Violence du gratouilleur outre-Rhénan et vous comprendrez mon raisonnement). Quant aux deux compositions qui referment successivement ce Awakening, elles font vraiment honneur à MILLENNIUM et aux groupes de la NWOBHM qui n’ont pas eu assez de veine pour finir repérés au moins par la lampe de chez Pixar. Revolution Calls, un émouvant mais timide pamphlet à la gloire du changement global, devançant un survitaminé Possessed et sa rythmique frénétique sur les couplets, raisonnable sur les choruses, puis ses interludes harmoniques, marque de fabrique de la musique amplifiée britannique des eighties.

Comme quoi, il n’est pas nécessaire de s’appeler Steve HARRIS ou Biff BYFORD pour écrire de la bonne musique sans prise de tête. Il suffit juste d’un peu d’inspiration, d’expérience, de ténacité et de hargne pour ce faire. MILLENNIUM (qui, en réalité, devrait s’appeller MARK DUFFY’S MILLENNIUM, vu son organisation interne) a su, sans mal, conjuguer toutes ces qualités pour réaliser cet album qui aurait dû arriver quelques printemps plus tôt si seulement le sort ne s’était pas malencontreusement acharné sur cette bande de talentueux musiciens. Fort heureusement, et exit Pete et Steve, Mark a réussi à se dépatouiller de tous les tracas pécuniaires et relancer la carrière de son combo pour d’abord se faire plaisir à lui-même et ensuite raviver les vieux souvenirs tout en parvenant à en créer de nouveaux. Outre l’inspiration qui était au rendez-vous, ce qui fait aussi le très bon aloi de cette galette est sans aucun doute l’expatriation temporaire de la formation de par chez nous. A Hesdin, plus précisément, havre de paix dans lequel les cinq citoyens britanniques ont pu se poser quelques semaines le temps de mettre en boîte cet album et le mixer partiellement en compagnie de Paul MADDEN, avant de finaliser le processus par un mastering à Darlington, UK. Joliment illustré par BLOODBATH, ce troisième « tome » des aventures de MILLENIUM définit à lui seul la teneur à l’origine de ce Awakening, à savoir un heavy metal classique interprété par un « revenant » (Mark DUFFY) et ses deux acolytes, Pete MCARDIE et Steve MENNELL, volontairement auto-éclipsés, qui se vont vu pousser des ailes en cette deuxième partie de seconde décennie du vingt-et-unième siècle et ont littéralement retrouvé l’appétit métallique de leur jeunesse. D’où, peut-être, la métaphore présente dans cette toile virtuelle monstrueuse et attirante. La palette chromatique, par contre, est un peu glauque, mais colle idéalement à cette vision apocalyptique allégorie insufflée par la volonté des instrumentistes de tout dévaster sur leur passage. Pari quasiment réussi. Du moins, cette résurrection inattendue a labouré les champs de la mémoire collective pour faire ressurgir en nous un brin de nostalgie. Ainsi, je peux, bien évidemment, définir cet aspect comme un armageddon sentimental, moins comme un cataclysme métallique. Toutefois, bien que MILLENNIUM ne révolutionnera pas le courant musical qu’il pratique avec un Amour non dissimulé, Awakening s’écoute avec énormément de plaisir et réveille bien comme il faut le matin et maintient éveillé(e) toute la journée. En fin de compte, Awakening est une cuve de smoothie qui revigore grandement et met en lumière l’habileté naguère voilée d’un groupe qui n’a jamais eu les possibilités suffisantes de prouver de quoi il était vraiment fait. A force de ténacité et de patience, Mark DUFFY (et ses anciens compagnons de bal musette, j’ai nommé Steve MENNELL et Pete MCARDIE) a réussi son pari : redonner un second souffle à son bébé en le propulsant aux côtés des leaders de la NWOBHM, tels que SAXON, IRON MAIDEN ou CLOVEN HOOF. Bien que l’on soit loin d’un Brave New World, d’un Battering Ram ou d’un Resist Or Serve, Awakening s’avère très prenant et démontre tout le potentiel de gars qui ont été privés d’un succès pourtant bien mérité. Ce troisième rejeton discographique est une excellente surprise, tout comme d’autres rondelles du même genre qui feront aussi l’objet de ma prose dans les semaines à venir.


Line-up :

Mark DUFFY (chant)
Will PHILPOTT (guitares)
Louis ASBURY (guitares)
Andy FISHER (basse)
Darren MOORE (batterie)


Equipe technique :

MILLENNIUM (production, enregistrement, mixage, mastering)
Paul MADDEN (enregistrement)
BLOODBATH (artwork)


Studios :

Enregistré et partiellement mixé au sein des studios Coach House (Hesdin, France)
Mixé et masterisé au sein des studios Ritual (Darlington, Royaume-Uni)


Tracklist :

1) False Reality
2) Rise Above
3) Searching
4) The Spell
5) Awakening
6) Lies All Lies
7) The Calling
8) Witch Hunt
9) When Mad Men Rule
10) Revolution Calls
11) Possessed

Durée totale : 48 minutes environs.


Discographie :

Pure Overkill [Split] (1983)
Millennium (1984)
Demo [Demo] (1985)
Metal Era [Demo] (1986)
Demo 1987 [Demo] (1987)
Caught In A Warzone (2016)
Awakening (2017)


Date de sortie :

Mercredi 25 Octobre 2017


False Reality (Lyric Vidéo Officielle) : cliquez ici

Rise Above (Clip Officiel) : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Jan Le mercredi 7 mars 2018
Bien entendu, vous aurez compris qu'il s'agissait de Millennium et non de Millenium. Désolée pour cette faute dans le nom du groupe... Of course, you understood that it's Millennium and not Millenium. Sorry for this mistake in the name of the band...
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
HIDDEN SIN
Ramses
KRYZEES
Unchained
SANTA CRUZ
Bad blood rising
METALIAN
Wasteland
W.A.S.P.
Golgotha
Chroniques du même auteur
CITRON
Rebelie rebelů
KREATOR
Gods of violence
SYR DARIA
Voices
WISDOM
Rise of the wise
CRYSTAL VIPER
Queen of the witches
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente