Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
METALLICA - …and justice for all remaster 2018

Style : Thrash
Support :  2CD - Année : 2018
Provenance du disque : Reçu du label
30titre(s) - 203minute(s)

Site(s) Internet : 
METALLICA WEBSITE

Label(s) :
Universal
 (18/20)

Auteur : NOCTUS
Date de publication : 23/11/18
Que justice soit rendue à ce classique du thrash metal !
Il y a énormément de choses à dire sur ce …And Justice For All, qui fut au départ largement décrié par les fans. Jugé trop technique, trop progressif avec de multiples changements de tempi et des titres dépassant presque tous les six minutes. Une production de METALLICA et Flemming RASMUSSEN proposant un son ultra sec, froid et clinique avec une quasi absence des parties de basse jouées par le nouveau venu, Jason NEWSTED. Un album composé et enregistré juste après le décès du bassiste Cliff BURTON. On peut se demander si cette volonté de mettre la basse en retrait n’a pas été un choix délibéré de James HETFIELD (chanteur, guitariste) et de Lars ULRICH, comme une sorte de déni de cette tragique mort accidentelle… Le son de ce disque créa une polémique (celui de la caisse claire !), un constat qui sera parfois récurrent chez METALLICA, comme ce son sale et casserole sur St. Anger ou ultra saturé et grésillant sur Death Magnetic. METALLICA a toujours voulu innover mais cette originalité et prise de risque restent parfois surprenantes voire incompréhensibles étant donné la stature de ce groupe… Ce remaster ne va pas solutionner le problème de manque de basse car le mix de l’époque reste inchangé. Toutefois, je peux signaler que le son a nettement gagné en puissance, c’est un bon point !

En 1988, METALLICA arrive au sommet de son art et de sa maîtrise du thrash metal dont il a largement contribué au développement. Ainsi, je trouve les compostions de …And Justice For All vraiment sublimes. Ce disque a bien résisté aux 20 ans, les critiques ayant presque disparu, il reste encore très apprécié, signe d’une œuvre réussie. Ce quatrième album se présente comme un pavé et s’écoute d’un bloc. Il est dominé par des rythmiques entêtantes, je peux citer Blackened ou Harverster Of Sorrow comme exemples. Les thèmes développés parlent de la souffrance et de l’injustice. La guerre aussi, que l’on retrouve sur l’un des plus beaux morceaux de METALLICA : One, une power ballad démarrant sur des arpèges puis s’accélérant sur des riffs puissants, un refrain chargé de colère, un solo magique et des textes poignants, un chef d’œuvre ! Avec le recul, je maintiens à dire que …And Justice For All symbolise le point culminant créatif de METALLICA. De même, l’imagerie et l’artwork autour de ce disque demeurent extrêmement soignés.

Le deuxième CD de la version deluxe comprend des versions démos et basiques des futures chansons de ...And Justice for All. Lorsque l’on connaît parfaitement les versions finales, c’est toujours amusant et intéressant d’écouter les premières ébauches contenant imperfections et sonorités différentes. Sur Blackened, on entend un peu mieux la basse, on constate également que les parties vocales seront bien améliorées par la suite. ...And Justice for All présenté ici sans le chant va encore beaucoup évolué de même que Eye Of The Beholder. Ces démos qui suivent exactement le track list final vont sans aucun doute fortement intéresser les fans. La démo de One s’avère bien proche de la définitive, preuve que METALLICA avait déjà largement bossé dessus. En résumé, une façon de se replonger avec le groupe dans ses répétions de studio en 1988.

Le troisième disque illustre le fameux Damage Justice Tour, peut être l’une des plus grandes tournées de METALLICA en terme de performance et de visuel. Le Live Shit : Binge and Purge de 1993 nous a donné une image et un son du METALLICA impressionnant de l’époque (que j’ai eu la chance de voir la première fois en 1991 aux Monsters Of Rock, avant AC/DC). Les titres joués ici en 1988 et 1989, interprétés de façon légèrement plus rapide, dégagent la même énergie. La qualité s’avère variable : For Whom The Bell Tolls et Leper Messiah captés à Long Beach dotés d’un son assez moyen, à l’inverse des enregistrements de Londres, Welcome Home (Sanitarium), Harvester of Sorrow, Eye of the Beholder plutôt bons. Coup de cœur sur la version One en live avec un public bien présent, on s’y croirait ! Mais ce titre figure déjà sur le Live Shit. Enfin, deux vieux titres du furieux Kill ‘Em All, Seek & Destroy et Whiplash, joués à deux cents à l’heure, quel bonheur, malgré un son brut de décoffrage !

Très très belle réédition, encore une fois.

One : cliquez ici

Blackened Live Seattle 1989 : cliquez ici

Disc 1: ...And Justice for All (Remastered)

Blackened
...And Justice for All
Eye of the Beholder
One
The Shortest Straw
Harvester of Sorrow
The Frayed Ends of Sanity
To Live Is to Die
Dyers Eve

Remasterisé par Reuben Cohen aux Lurssen Mastering, Los Angeles, Californie.

Disc 2 : Demos & Rough Mixes
Previously Unreleased

Blackened (November 1987 Demo)
...And Justice for All (November 1987, Writing in Progress)
Eye of the Beholder (November 1987, Writing in Progress)
One (Work in Progress Rough Mix)
The Shortest Straw (December 1987, Writing in Progress)
Harvester of Sorrow (Work in Progress Rough Mix)
The Frayed Ends of Sanity (November 1987 Demo)
To Live Is to Die (Work in Progress Rough Mix)
Dyers Eve (January 1988 Demo)

Disc 3: Live from the Damaged Justice Tour
Previously Unreleased except where noted below

Blackened (Live – Seattle ’89)
Previously released on Live Shit: Binge & Purge. Remixed by Greg Fidelman.
For Whom the Bell Tolls (Live at Long Beach Arena, Long Beach, CA – December 7th, 1988)
Welcome Home (Sanitarium) (Live at Hammersmith Odeon, London, England – October 10th, 1988)
Leper Messiah (Live at Long Beach Arena, Long Beach, CA – December 7th, 1988)
Harvester of Sorrow (Live at Hammersmith Odeon, London, England – October 10th, 1988)
Eye of the Beholder (Live at Hammersmith Odeon, London, England – October 10th, 1988)
Seek & Destroy (Live at the Troubadour, West Hollywood, CA – May 24th, 1988)
Creeping Death (Live at Reunion Arena, Dallas, TX – February 5th, 1989)
Previously released as a b-side to one of the many singles for One. Newly remastered.
One (Live – Seattle ’89)
Previously released on Live Shit: Binge & Purge. Remixed by Greg Fidelman.
…And Justice for All (Live at Long Beach Arena, Long Beach, CA – December 7th, 1988)
Whiplash (Live at the Troubadour, West Hollywood, CA – May 24th, 1988)
Breadfan (Live at Seattle Coliseum, Seattle, WA – August 30th, 1989)
Previously released on The 6 1/2 Year Anniversary EP as part of The Good, The Bad & The Live box set. Newly remastered.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
NEURASTHENIA
Your omen
DISCONNECTED BRAIN
Descent into hell
TANKARD
Thirst
SENTENCES
Obscur
TESTOR
Animal killstinct
Chroniques du même auteur
TRIUMPH
Live at sweden rock festival
NEAL SCHÖN
The calling
SLASH
Apocalyptic love
VAN HALEN
Tokyo dome live in concert
BOSTON
Life, love and hope
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente