Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
SANHEDRIN - The poisoner

Style : Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2019
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 42minute(s)

Site(s) Internet : 
SANHEDRIN FACEBOOK
SANHEDRIN BANDCAMP

Label(s) :
Cruz Del Sur
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 06/03/19
Metal sacré
Initialement auto-publié en 2017 et ressorti par Cruz del Sur l'année suivante, A Funeral For The World, le premier album du trio new-yorkais SANHEDRIN, nous avait fait une fort bonne impression (cliquez ici). Son successeur The Poisoner ne déçoit aucunement, toujours entièrement dédié à la cause d'un Heavy Metal pur et dur, tel qu'il se pratiquait dans les années 80 (on pense bien sûr à JUDAS PRIEST).

Les auditeurs habitués aux productions cliniques actuelles en seront pour leur frais, le son général de The Poisoner s'avérant immanquablement dépouillé et sec, sans fioritures, symbole du souci de SANHEDRIN d'aller encore et toujours à l'essentiel et de ne pas se dissimuler derrière des artifices. Les composantes du style SANHEDRIN demeurent simples : de petits riffs acérés soutenus par de grosses lignes de basse, une batterie sèche comme un coup de trique mais au jeu mobile (Nathan HONOR aux baguettes), des solos incisifs et mélodiques (Jeremy SOSVILLE, également membre de BLACK ANVIL, à la manoeuvre) et, bien entendu, le chant ô combien expressif de la bassiste Erica STOLTZ. Sans aucune acrobatie vocale, elle parvient à moduler ses lignes de chant vers des aigus raisonnables, avec à la clé un apport émotionnel conséquent.

Surtout, là où trop de groupes participant au revival du Heavy Metal des années 80 se contentent de singer leurs modèles, SANHEDRIN se fait fort de développer une écriture crédible. C'est ainsi que l'on trouve des compositions concises et nerveuses (For The Wicked, Blood From The Stone, Saints And Sinners), une longue ballade Heavy et torturée (The Poisoner) et même un mid-tempo mélodique à souhait (The Getaway), deux titres plus longs et plus épiques (In From The Outside, Meditation (All My Gods Are Gone)), conçus selon un savant agencement de multiples séquences.
L'équilibre entre l'efficacité rythmique et les accroches mélodiques rend l'écoute de cet album réellement addictive.
SANHEDRIN, un groupe passionné et sincère. The Poisoner, un album prenant et fort.

Vidéo d'annonce de l'album : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
NIGHTMARE
The aftermath
STONELAKE
Monolith
UNISONIC
Unisonic
FOREWORD
Blind fate
CRYSTAL VIPER
Crimen excepta
Chroniques du même auteur
MONOLITH CULT
Gospel of despair
OBLIVIOUS
Creating meaning
METSATÖLL
Äio
DEVIL TO PAY
Fate is your muse
SONS OF MORPHEUS
The wooden house session
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente