Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
GIANTS DWARFS AND BLACK HOLES - Everwill

Style : Hard Rock
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
5titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
GIANTS DWARFS AND BLACK HOLES BANDCAMP
GIANTS DWARFS AND BLACK HOLES FACEBOOK

Label(s) :
Galactic Smokehouse
Interstellar Smoke records
 (16/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 07/02/21
Le souffle des 70's
GIANTS DWARFS AND BLACK HOLES est un quartette d'outre-Rhin formé en 2019, motivé par un amour commun pour les années 70. Si les amateurs de Stoner peuvent sans ambages trouver leur compte dans les riffs charbonneux, dans les lignes de basse tendues et dans le jeu de batterie relativement agile, il n'en faut pas moins retourner aux sources pour apprécier pleinement les multiples facettes de la musique proposée par le groupe. Or, qu'est-ce qui caractérisait les premiers soubresauts du Hard Rock, si ce n'est une affinité profonde pour le Blues, des prolongements de l'ère psychédélique, sans omettre, facteur essentiel, une propension à accentuer lourdeur et épaisseur.

Effectivement, je trouve sur ce premier album tout ce qui caractérise le Heavy Rock à la naissance des années 70 : des riffs gras, des solos de guitare construits et gorgés de feeling bluesy, une section rythmique qui combine lourdeur et mobilité. Et puis, il y a le chant ample, puissant et modulé de la vocaliste Luzzi, dont le timbre nasal, le registre clair et, surtout, les intonations passionnées n'est pas sans rappeler les grandes heures d'Inga RUMPF au sein de FRUMPY, puis d'ATLANTIS. Elle apporte indéniablement une touche personnelle au répertoire.

L'autre caractéristique réside dans la capacité dont fait montre le quartette à se lancer dans des improvisations maîtrisées, dans un esprit qui rappelle les digressions propres au Rock psychédélique. Ce caractère aventureux explique sûrement que trois compositions sur un total de cinq affichent des durées conséquentes (entre huit et quinze minutes). Exemptes d'excès démonstratifs, ces plages de liberté contrôlée permettent de varier les plaisirs, d'alterner moments intenses et plages plus aérées, avec des développements dramatiques de bon aloi.

Everwill constitue donc un début plus qu'intéressant et, d'ores et déjà, je prends date en prévision d'un second album que j'espère à la fois plus efficace et plus aventureux encore.

Vidéo de December Bloom en version étendue : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
STALA & SO
It is so
THE STICKY BOYS
Rock'n'roll nation
OUTLOUD
More catastrophe
FRONTBACK
Heart of a lion
XTASY
Eye of the storm
Chroniques du même auteur
BLACK SABBATH
The rules of hell
ARMORED SAINT
Punching the sky
KARMA TO BURN / SONS OF ALPHA CENTAURI
The definitive 7" trilogy
SKRAECKOEDLAN
Äppelträdet
SYRON VANES
Evil redux
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente