Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Dossiers
Live report :  HELLFEST 2017 - CLISSON, les 16, 17 et 18 juin 2016 – Plus de 160 groupes sur 6 scènes !!!
Date de publication : 09/07/17
Auteur : NOCTUS
VENDREDI 16 JUIN

Cette année, il fait chaud à Clisson, très chaud même, le départ d’une semaine de canicule qui va toucher toute la France. Un soleil qui tape fort et qui oblige à s’hydrater régulièrement. Je pense que le record de consommation de bière sera battu cette année !

Comme chaque année, l’organisation tire les leçons des éditions précédentes et essaie d’améliorer les conditions matérielles du festival. Ainsi l’espace VIP a été décalé vers l’entrée principale ce qui a pour conséquence de dégager de l’espace au niveau des deux scènes principales. Je constate également la présence de plus de WC et de points d’eau. Un énorme effort a été apporté sur l’espace VIP plus grand, plus confortable, avec une piscine ! Un magnifique bar et des décors sublimes.

Je rencontre INGLORIOUS qui a ouvert la Mainstage 2 à 10H30. Colin PARKINSON (basse) et Phil BEAVER (batterie) ont été séduits du très bon retour du public malgré un horaire matinal. Plusieurs concerts en festival sont programmés et ils préparent déjà un troisième album.

Par curiosité je reste devant AVATAR afin de faire ma propre opinion sur ce groupe. J’éprouve beaucoup de difficultés à rentrer dans leur musique plutôt difficile à décrire, assez moderne…Pas conquis du tout.

Direction la scène Altar pour KRISIUN et son brutal death metal. Cela joue vite et très fort, blast beat en pagaille. Le problème est qu’on est toujours sur le même tempo donc on finit par s’ennuyer devant cette brutalité constante. DODHEIMGARD se produit sur la scène Temple. Le black metal des Norvégiens s’avère complexe et très avant gardiste avec chant clair et ambiances. Pendant ce temps POWERWOLF attire les foules grâce à son heavy metal mélodique bien qu’un peu trop cliché à mon goût. MINISTRY représente une valeur sure du metal indus mais aujourd’hui ne produit pas un son correct ce qui ternit leur prestation.

CORVUS CORAX constitue la découverte de ce vendredi. Leurs cornemuses et autres instruments médiévaux envoient un folk metal très entraînant, je passe un excellent moment ! BEHEMOTH se produit sur une des scènes principales. Le groupe de Nergal sort le grand jeu en décors de scène, le son est bon, bien carré, une valeur sure du death metal européen.

J’ai envie de voir DEEP PURPLE (une dernière fois?). Don AIREY remplace John LORD à l’orgue hammond. Le line-up quasi mythique assure encore en 2017. Ainsi la section rythmique Ian PAICE (batterie) – Roger GLOVER (basse) propose un socle de qualité sur lequel Steve MORSE (guitare) pose ses mélodies. Ian GILLAN (71 ans !) chante bien ce soir, une leçon de longévité à faire méditer les plus jeunes… Setlist équilibrée entre nouveaux morceaux et vieux titres (Smoke On The Water, Lazy,…), une recette obligatoire que ne suivra pas hélas notre légende française du hard rock (TRUST, le lendemain !).

OBITUARY a tout compris. Le death metal n’est pas qu’une question de technique, de vitesse ou de brutalité mais de groove, de changement de rythme et d’ambiance spécifique. Trevor PERES me l’a expliqué quelques heures avant leur show. Un groupe pro, un son massif et un chanteur (John TARDY) qui ne s’économise pas. A noter la présence de Terry BUTLER à la basse qui a joué dans les albums cultes du death que sont les premiers SIX FEET UNDER, les Leprosy et Spiritual Healing de DEATH ainsi que dans MASSACRE.

Je loupe volontairement SABATON et son heavy metal simpliste, surcoté à mon goût afin de prendre une dose de metal extrême. MARDUK toujours présent depuis sa création en 1990 par Morgan ne prend pas plusieurs chemins et envoie son black metal direct sans concession (Baptisme By Fire extrait de leur emblématique Panzer Division Marduk).

ROB ZOMBIE est l’une des têtes d’affiche de cette première journée du Hellfest. Décor soigné, gros son, images glauques à l’écran, je pénètre rapidement dans l’ambiance metal indus développée par ce passionné de film d’horreur. John 5 montre ses talents de guitariste grâce à un jeu propre et efficace. Sans surprise, les titres de Hellbilly Deluxe remportent un franc succès. Je trouve la prestation de ROB ZOMBIE plus carrée que celle de 2014 et de 2011 qui avait été complètement loupée. Après, n’étant pas un gros fan, je me lasse un peu du côté répétitif de leur musique. Je préfèrerais même Rob en réalisateur de films d’horreur (le remake d’Halloweeen, La Maison Des 1000 Morts et The Devil’s Rejects demeurent des incontournables du genre) que le musicien.

Un petit tour du coté de la Altar pour écouter AUTOPSY. Particularité du groupe, un chanteur batteur. Le son grésille méchamment… Leur vieux doom death reste réservé aux connaisseurs. Je possède deux albums de ce groupe qui ne m'a jamais totalement emballé, je ne sais pas pourquoi...

IN FLAMES clôture la première journée mais son orientation trop neo metal en début de concert me pousse à aller me coucher. En m’éloignant du festival je reconnais un morceau du magique The Jester Race et je remémore les formidables premiers albums de death metal mélodiques produits par les suédois au milieu des années 90.

SAMEDI 17 JUIN

La journée la plus intéressante selon moi, principalement axée sur le hard rock !

J’arrive sur le final d’ ULTRA VOMIT, excellent groupe de death metal parodique français, sous estimé. J’aurai l’occasion de vous parler de leur dernier disque Panzer Surprise! très prochainement. Accueil très chaleureux de la foule assez fournie malgré l’heure, il est 13h30.

UGLY KID JOE ne me convainc pas, pas assez tranché et ce n’est pas leur classique Everything About You qui va me faire changer d’avis.

PRETTY MAIDS se produit sur la Mainstage. Mon pote me demande quel style joue ce groupe danois ? C’est du heavy mélodique car au niveau guitare cela envoie, une pointe de Hard FM dans les mélodies et des claviers. Ronnie ATKINS éprouve quelques difficultés avec sa voix au début du concert. Avec son expérience il compense facilement grâce à une technique de chant irréprochable. Cela va s’améliorer progressivement. Choix des morceaux judicieux avec des extraits des deux derniers et excellents Kingmaker et Motherland et des classiques de la trempe de Future World, Mission réussie pour PRETTY MAIDS.

STEEL PANTHER va mettre le feu, c’est certain. Leur conférence de presse annonce déjà la couleur, ça rigole, ça plaisante avec les journalistes et chante même a cappella. Les quatre musiciens ne se prennent pas la tête, juste du fun. Leur concert génère immédiatement un enthousiasme général, une envie de faire la fête à l’écoute des ses hymnes hard rock glam des années 80’s. Le soleil de 17h plombe , les filles se lâchent et tombent le soutif. Certaines vont même jusqu’à slammer les seins à l’air. Cela devient très très chaud quand Michael STARR fait monter une cinquantaine de filles (au moins) sur la scène pour 17 Girls In A Row. Opération nichons de partout, quelle ambiance mes amis !!! Musicalement, le son est bon, comme sur album, je prends un pied pas possible sur ce concert. Seul bémol, un discours de 10 minutes qui aurait pu être écourté au bénéfice d’un titre supplémentaire. Lower The Bar, leur dernier disque se trouve bien représenté. STEEL PANTHER, la grosse satisfaction de ce Hellfest 2017, très très chaud en live, je le répète.

WASP a annulé sa participation au Hellfest 2017, dommage.

30 ans de metal et hard rock et jamais vu TRUST en live. Faut en profiter car il y a Nono et Bernie. Grosse déception pour moi dans le choix des morceaux à la limite d’une faute professionnelle. Ou sont passés les classiques ? Attendre 50 minutes avant un Antisocial culte allongé, c’est cher payé. J’allais oublié le sulfureux L’élite mais après…TRUST s’est complètement planté dans le choix de ses morceaux faisant la part aux titres récents et même un nouveau Démocratie, plutôt moyen. Que vient faire la nouvelle chanson L’Archange en ouverture ? Bernie BONVOISIN en bob et chemise de plage ne parait pas impliqué, il n’a pas la rage, dynamité merde ! Il termine son show par la phrase « restez en colère », on en voulait un peu plus Bernie, vraiment. Surtout que le line-up est solide et le son carré. Décevant. A revoir en province sur leur tournée française fin 2017 avec une durée de concert plus longue afin de se faire une autre opinion.

SAXON fait le boulot, je me repose devant leur heavy metal que j’aime et que j’ai écouté et vu une dizaine de fois.

AIRBOURNE attire de plus en plus de monde, Joel O’KEEFFLE toujours aussi déjanté, le nouveau Angus YOUNG et les dignes successeurs d’ AC/DC.

AEROSMITH en tournée d’adieu ? Officiellement oui, donc je profite de voir cette légende du hard rock us une dernière fois en France. Et comme lors de son passage à Clisson en 2014, la bande à Steven TYLER fait le show, gros son, spectacle à l’américaine. Comment font-ils à plus de 65 ans pour avoir cette pêche? Écouter Joe PERRY à la guitare est un régal quant à la batterie puissante de Joey KRAMER elle amène un vrai punch. Setlist équilibrée avec tous les classiques de Pump notamment mais également les titres des années 70 et l’incontournable power ballad Dream On. Pas déçu, au contraire, un super concert, bravo.

DIMANCHE 18 JUIN

Sur le papier, la troisième et dernière journée semble être la moins intéressante sur le plan musical. Mais le Hellfest, c’est aussi des rencontres, de somptueux décors, un Extrem Market où l’on peut acheter T-shirts, CDs et produits divers. On peut donc aussi prendre le temps de profiter de cet environnement unique sans courir d’une scène à l’autre de 10H30 à 2H du matin. Et puis la fatigue se fait un peu sentir sur ce marathon du metal.

J’ai la chance d’interviewer DEVIANT d’ARKHON INFAUSTUS après leur concert sous la Temple. Il est accompagné de son batteur SKVM (également batteur de TEMPLE OF BAAL) qui me reconnait car je les avais rencontrés lors de l’édition 2014, ça fait toujours plaisir. DEVIANT a décidé de relancer le groupe sur Les Acteurs de l’Ombre Productions. Il en a eu besoin. Je ressens un artiste portant un regard sombre sur sa propre vie et possédant de fortes convictions. Nous parcourons ensemble l’ensemble de la discographie d’ARKHON INFAUSTUS, ni black, ni death metal mais terriblement extrême. Nous revenons sur les débuts du groupe et le côté hyper choquant et provocateur (on se rappellera des scènes mélangeant fellation et religion) de leur show. Cela a engendré beaucoup de critiques que n’a jamais compris DEVIANT qui proposait un spectacle extrême à l’image de sa musique et de ses textes. En 2017, ARKHON INFAUSTUS se concentre sur la musique, le décor de scène reste très épuré. Le musicien insiste sur la multitude de prises de guitares d’où la nécessité de trois guitaristes sur scène. Il est agacé par les petits problèmes techniques de son qui ont perturbé leur concert. Un mini album est en en cours de préparation pour une sortie en fin d’année.

DEVIL DRIVER jouit d’une excellente réputation en France, le public se masse devant la Mainstage. Energie, groove et modernité caractérisent la musique du groupe de Dez FARARA même si trop souvent dans la même tonalité, les morceaux tendent à trop se ressembler.
ALTERBRIDGE en suivant fait aussi le plein. Je dois dire que Myles KENNEDY chante super bien et son metal rock moderne contient tous les atouts pour passer en radio. Je file écouter la fin de BLUE ÖYSTER CULT sous la Valley et les classqiues que sont devenus Don’t Fear The Reaper et Godzilla : superbe son à signaler !

Définir METAL CHURCH n’est pas facile. Heavy metal ? Oui, c’est mélodique mais beaucoup plus rapide. Thrash metal? Oui, dans les rythmiques en béton armé mais ce n’est pas aussi saccadé qu’un METALLICA ou MEGADETH. C’est toute la problématique de ce vieux groupe existant depuis 1983 et abonné aux seconds rôles. Et pourtant le chanteur Mike HOWE se démène dans les aigus tandis que le vétéran et fondateur Kurdt VANDERHOOF assure à la guitare. C’est propre, bien fait, mais pas exceptionnel et il n’y a pas grosse foule, seulement les fans les plus die hard. Il y en avait et ils ont aimé !

EMPEROR attire beaucoup plus de monde dans la Temple à l’occasion du vingtième anniversaire de Anthems To The Welkin At Dusk. L’un des meilleurs concerts black metal du festival.

CORONER a le statut de groupe culte en France. Je rencontre le trio dans l’espace presse avant leur concert en tête d’affiche de l’Altar. Marquis Marky ne fait plus partie du groupe, c’est Diego RAPACCHIETTI, musicien de studio, batteur de VENTURIA, qui le remplace derrière les fûts. Et d’après le guitariste Tommy T. BARON son excellent niveau va permettre au groupe de franchir une étape supplémentaire, un beau compliment. On sent que Tommy est un peu le leader de CORONER car il répond facilement à toutes mes questions sur la discographie complète de CORONER. R.I.P. a permis de montrer « ce dont était capable le groupe à l’époque ». Punishment For Decadence est marqué par une meilleure production. No More Color installe le groupe parmi les maitres du thrash metal technique. Mental Vortex poursuit dans ce style avec réussite. Tommy est également très fier de Grin où il s’est complètement exprimé. Cet album sera d’ailleurs bien représenté dans leur concert du Hellfest. Ron ROYCE se montre plus discret mais quel bassiste technique et sans médiator. Et sa voix froide et robotique n’a rien perdu de son efficacité. Leur concert est pour moi un plaisir total. Il ne fallait pas les louper, culte je vous dis.

Comme le dit l'un de mes camarades, SLAYER en live ce n’est jamais mauvais. Tom ARAYA possède une barbe blanche de Père Noël mais fait toujours le job. La paire Gary HOLT - Kerry KING se complète facilement. Les classiques s’enchaînent avec un son plutôt bon (une constante chez SLAYER) même si une heure de concert ça passe trop vite.

Je termine ce Hellfest 2017 devant PERTUBATOR. La grosse surprise pour moi, je viens d’ailleurs de commander son dernier album, The Uncanny Valley 2016. James KENT, membre unique, a d’abord joué du black metal dans plusieurs groupes avant de développer une musique electro axée sur les bandes originales de film des années 80, avec une noirceur et du rythme que l’on peut retrouver dans le metal. Son show reste très visuel, proche d’un DAFT PUNK (débuts) avec lumière et ambiance retro futuristes. On parle de dark synth wave... Je pense à KAVINSKY en plus sombre, Jean-Michel JARRE pour les puissantes mélodies, moi cela me plait !

Malgré une affiche 2017 que je trouve moins prestigieuse que 2016, je retiendrai une très bonne organisation, une météo très agréable et de belles rencontres.

Rendez-vous déjà pris pour 2018 où VAN HALEN serait pour moi une vraie tête d’affiche…!

REMERCIEMENTS

Organisation espace presse : Roger, Nico.
Nuclear Blast / Century Media: Valérie.
H.I.M. Media Elodie.
Solstice Promotion : Noemy

CORONER et Daniel MICHEL, OBITUARY et Jan SCHWERS.

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur le dossier
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Rémifm Le lundi 10 juillet 2017

Ville : Chambéry
Merci pour cet excellent report et les photos Noctus !
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur le dossier
Enregistrer le dossier au format .PDF
Afficher la version imprimable du dossier
Envoyer le dossier par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur le dossier
Signaler une erreur
Dossiers du même type (Live report)
- SAVOIE ROCK FEST 2010
- HARD ROCK SESSION 2017 - COLMAR - 06/08/2017
- MEGADETH et SLAYER live - European Carnage Tour (Paris, le Zenith, 26 mars 2011)
Dossiers du même auteur
- HELLFEST 2014 - CLISSON, les 20, 21 et 22 juin 2014 – Plus de 150 groupes sur 6 scènes !!!
- EDGUY au Rock School Barbey, Bordeaux – 15 octobre 2014
- W.A.S.P. - The Crimson Idol 25th Anniversary World Tour - Dimanche 5 novembre 2017 - CC John Lennon - Limoges
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente