Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
galerie photos
SCORPIONS, les adieux à Orléans (Zénith, le 27 nov 2012) ( SCORPIONSELECTRIC DUCKS )
Date de prise de vue :  27/11/12
Lieu :  ORLEANS, Zénith
Photographe :  Marc-Patrick "metalmp" GATLING
Date de publication : 30/11/12
Catégorie : Concert
Effectuant une tournée interminable s'il en est, les Allemands de SCORPIONS ont posé leurs flight cases le temps d'un concert (parmi les 9 prévus chez nous. Certains devraient en prendre exemple !) au Zénith d'Orléans devant quelque 5.000 spectateurs ravis de voir le groupe au meilleur de sa forme offrir un spectacle mémorable.

Les Français de ELECTRIC DUCKS ont été retenus pour assurer les premières parties françaises de cette nouvelle étape de la tournée d'adieux de SCORPIONS. Les sudistes vont, pendant une courte demie-heure, tout faire pour surprendre le public.

L'influence d'ACDC est tellement évidente, tant dans la musique que dans certaines attitudes de Stéphane ADAM (guitare rythmique) ou de Guilhem CONSTANS (chant) qui rappellent Malcolm YOUNG ou Bon SCOTT, que l'on peut se demander si ELECTRIC DUCKS est un groupe hommage ou, au contraire, un simple ersatz sans originalité des Australiens... La réponse vient de la scène : les gars se font simplement plaisir et cherchent à s'éclater devant un public qui semble réceptif aux différents amusements et gimmicks que nous proposent les DUCKS : un "solo" de batterie à deux, rythmé pour faire réagir la foule, un solo de guitare joué avec une baguette de batterie et, clou du spectacle (qui aura eu le mérite de secouer un public orléanais assez peu démonstratif), un Boys Are Coming pendant lequel le guitariste Yannick DEVEAUX, sans doute cette fois-ci, inspiré par les trublions de RED HOT CHILI PEPPERS, déboule sur scène uniquement vêtu d'une angélique paire d'ailes et de sa guitare... Le regard ébahi des spectateurs indique que le groupe vient de faire mouche.

Alors "ACDC clone" ou "ACDC clown", peu importe au final... Le show a été assuré dans une ambiance chaleureuse et a marqué le public désormais plus que prêt à accueillir les vedettes du soir.

Setlist ELECTRIC DUCKS: She Has A Hold Over Me, Take It Or Leave It, Make It Up, Charming Man, Boys Are Coming

Le kit de batterie s'élève dans les airs et les poursuites auréolent un Rudolf SCHENKER qui attaque les premiers accords de Sting In The Tail avant que le reste du groupe ne déboule sur scène. Continuant sa tournée démarrée il y a trois bonnes années, SCORPIONS semble décidé à quitter son public de la meilleure des façons. Le show proposé ce soir est simplement impeccable, tant par la judicieuse sélection des titres interprétés (qui ne peuvent rendre justice à 40 ans de carrière - ce qui nécessiterait deux bonnes heures de plus...) que par le spectacle lui même.

SCORPIONS alterne grands classiques (Make It Real, Is There Anybody There ?, The Zoo, Blackout, Big City Nights) et titres plus récents ainsi que titres rock, mid-tempos et ballades sur fond d'éclairages brillants et chaleureux, mettant toujours son public au cœur de sa prestation grâce à une avancée de scène jamais - ou presque - délaissée, plaçant chaque musicien au plus près de fans, aux anges. Coast To Coast voit même Klaus MEINE se saisir d'une guitare, et, accompagné des trois autres manieurs de manche, venir porter l'estocade - pas encore finale - aux premiers rangs.

Les musiciens affichent une forme que nombre de futurs retraités leur envieraient. Rudy, Klaus et Matthias JABBS s'affairent d'un bout à l'autre de la scène, affichant sourires complices et attitudes bienveillantes envers le public. Elle est bien loin cette époque où SCORPIONS offrait des spectacles trop préparés, trop carrés et, parfois, sans assez d'âme ni tripes. Ce soir, les cinq laissent parler leur coeur. Après Loving You Sunday Morning, Klaus s'adresse au public tout d'abord en français ("Nous sommes tellement heureux d'être de retour en France !") avant de continuer, en anglais, expliquant que cette tournée approche de son terme et qu'il semble difficile de trouver la porte de sortie... Un sous entendu quant à l'avenir du groupe ? Car la suite, incarnée par The Best Is Yet To Come (puis de Send Me An Angel et du superbe Holiday), ne concerne, espérons-le, pas que le concert dont seul le très heavy Hit Between The Eyes semble moins séduire le public.

Pour le reste... James KOTTAK se fend d'un solo de batterie qui ressemble plus à une leçon de Rythm and Fun d'une rare efficacité, aidé par les écrans qui projettent de petits films où le batteur / acteur comique est incrusté illustrant nombre d'albums sur lesquels il n'a jamais joué comme Lovedrive, Fly To The Rainbow ou Love At First Sting. Un grand moment. D'autres gimmicks suivront, comme la guitare fumante de Rudolf SCHENKER masqué comme la victime de la pochette de Blackout ou les attitudes quelque peu taquines du chanteur qui se croit au music hall.

Après plus d’une heure trente d'un spectacle mémorable, les cinq offrent un rappel composé de l'inévitable Still Loving You (à la suite duquel certains spectateurs commencent à quitter les lieux) suivi de Wind Of Change et de toujours aussi émouvantes images de la chute du mur de Berlin avant de conclure avec un dantesque Rock You Like A Hurricane. L'heure est désormais aux adieux, et c'est une standing ovation qui vient saluer, de longues minutes durant, ce groupe mythique. Etant donnée la forme affichée par les gaillards, on peut légitimement se demander si l'heure de la retraite a vraiment sonné.

Auf Wiedersehen, SCORPIONS ? Ich weiss nicht...

Setlist SCORPIONS: Sting In The Tail, Make It Real, Is There Anybody There, The Zoo, Coast To Coast, Loving You Sunday Morning, The Best Is Yet To Come, Send Me An Angel, Holiday, Raised On Rock, Tease Me Please Me, Hit Between The Eyes, Solo batterie, Blackout, Six String Sting, Big City Nights. Rappel: Still Loving You, Wind Of Change, Rock You Like A Hurricane
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la galerie
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Rémifm Le samedi 1 décembre 2012

Ville : Chambéry
Ca fait tout bizarre de voir les gens assis !!! En tout cas, même spectacle que Lyon et je pense Chambéry... Un groupe qui n'attirait plus les foules dans les années 90 et qui n'arrête pas de terminer sa tournée d'adieu en rajoutant moult dates... Comme quoi, quand la musique est bonne, ça rempli !!! La France a besoin de Rock'n'Roll !!! Médias nationaux, faîtes votre boulot !!! Super photos et report MP !!! Tchuss
Commentaire de metalmp : Eh, oui, il est comme ça le public orléanais, assez surprenant. Klaus a eu beau hurler "OOORRRLEANS !" , difficile de se réchauffer! Rien à voir avec ceux qui fréquentent les petites salles. De beaux adieux, malgré tout
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente