Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
POWERWOLF - Bible of the beast

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  CD - Année : 2009
Provenance du disque : Acheté
11titre(s) - 47minute(s)

Site(s) Internet : 
POWERWOLF FACEBOOK
POWERWOLF WEBSITE

Label(s) :
Metal Blade
 (18/20)

Auteur : Raskal
Date de publication : 09/12/09
The number of the wolf

Première chronique d'Eric un ami de longue date ! Merci à lui de nous apporter sa pierre ! Et bienvenue parmis nous HELVERIC (certains reconnaitront son pays d'origine) !


C'est avec un oeil totalement neuf que j'ai découvert l'album 2009 de POWERWOLF Bible Of The Beast, vu que je ne connaissais absolument pas ce groupe jusqu'alors, malgré deux albums antérieurs au compteur. Cet album devrait susciter des réactions contrastées, allant du dédain le plus complet aux avis enthousiastes, mais ne laissant que très peu de place à l'indifférence.

Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié cet album que l'on peut globalement qualifier de "Heavy-Gothique", qui allie avec succès puissance, mélodie et ambiances plutôt Dark.

Cette sorte de concept album metalico-religieux ouvre sur un titre que je qualifierais de "cinématographique", mêlant son de cloches lugubres, hurlements de loups et ambiances angoissantes, pour enchaîner sur l'excellent Raise Your Fist, Evangelist, qui mêle riffs Heavy et claviers "organiques", presque grandiloquents, sans être toutefois trop "pompeux".

Moscow after Dark sonne plus gothique, tout en restant puissant, avec certains phrasés gutturaux qui m'évoquent des groupes comme OOMPH ! ou RAMMSTEIN, mais aussi des parties plus "lyriques" qui évitent le piège du "sirupeux", pour un titre intéressant au niveau des chœurs.

Panic In The Pentagram donne dans des riffs à la IRON MAIDEN (période "Somewhere In Time" ou "7th Son Of A 7th Son"), avec des chorus "Oooh Oooh Oooh" qui me semblent taillés pour le live, pour un titre qui flirte aussi avec des parties de guitares que ne renieraient pas des groupes comme RUNNING WILD ou GRAVE DIGGER, par exemple.

Catholic In The Morning... Satanic At Night regorge de riffs acérés et de chorus qui me font penser à des vieux albums d' ACCEPT par instants, le tout soutenu par une rythmique béton, teinté de passages plus mélodiques en latin et de riffs plus Speed, tel un Helloween satanique soutenu par des parties d'orgue assez prenantes en background.

Seven Deadly Saints donne dans le Heavy-Speed "couillu", enrichi de quelques passages inquiétants, syncopés, presque narratifs, toujours soulignés par de chœurs puissants et travaillés.

Wherewolf Of Armenia donne la part belle à une mélodie "à la Russe", peu originale mais magnifique pour qui aime le genre, pour un titre qui fait initialement penser à Trainride In Russia de UDO, sur l'album Thunderball de 2004, le titre contenant aussi des parties plus Heavy et d'autres tantôt presque grandiloquentes, tantôt plus martiales ou "binaires" (Ah, ces choeurs directs et puissants "ouh, aah !!!"...), tantôt plus "Métal-Opéra".

We Take The Church By Storm est une bonne composition Speed mélodique, pour un titre également teinté d'expressions latines et allemandes (peut-être le groupe ne devrait-il pas en abuser..), avec toujours un sens aigu des chorus, renforcé par un break à la IRON MAIDEN bien trouvé.

Resurrection By Erection résonne plus Heavy-Rock "US" à mes oreilles (certains riffs à la MOTLEY CRUE des débuts, par exemple).

Midnight Messiah met plus en avant les riffs de guitares et donne la part belle aux solis, avec une fin de titre plus Heavy mid-tempo aux roulements de drums imparables.

Le Heavy-Speed mid-tempo St Satan's Day est plus direct et efficace, tandis que Wolves Against The World conclut cet excellent album avec un titre de Epic-Heavy à la MANOWAR.

En résumé, avec cet album. POWERWOLF me semble être la face sombre du Hollywood Metal de RHAPSODY, en plus Heavy, mais avec un même souci d'orchestration et d'ambiances. On peut déplorer un certain manque d'originalité sur la longueur de l'album mais l'unité du disque tient la route. POWERWOLF flirte à la limite de l'autoparodie, voire presque du ridicule par instants, mais il déjoue de justesse et avec succès le piège du plagiat ou du "pompeux, dans un exercice d'équilibrisme Heavy qui ne devrait pas laisser indifférent.

Pour ma part, je pense que la devise We Are Wolves Against The World qui figure dans le dernier titre résume l'album ; à vous de voir de quel côté votre cœur métallique penchera, entre le rejet pur et simple et l'accroche immédiate

HELVERIC

Nb : A noter que l'album est sorti en édition limitée avec un DVD d'un concert sympa enregistré en 2008 au Wacken Open Air.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
ENTHRAL
Obtenebrate
GODSLEEP
Coming of age
SKAARV
Skaarv
ABYSMAL GRIEF
Reveal nothing...
OBOLUS
Lament
Chroniques du même auteur
KEEL
The right to rock
GRAVESTONE
Victim of chains
PHOENIX REIGN
Destination unknown
POMPEI NIGHTS
Rather die than living in boundaries
KACHANA
The plains of illyricum
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente