Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
REVELATION - For the sake of no one

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  CD - Année : 2009
Provenance du disque : Reçu du label
7titre(s) - 46minute(s)

Site(s) Internet : 
REVELATION MYSPACE 

Label(s) :
Shadow Kingdom
 (16/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 07/01/10
Rêve et élévation
Ancien groupe des écuries Rise Above et Hellhound dans les années 90, le trio américain REVELATION a fait un retour certes discret, néanmoins très intéressant avec l’album Release en 2008. A ses débuts, le groupe cotoyait des camarades de labels comme UNORTHODOX, WRETCHED, IRON MAN, INTERNAL VOID, formations qui déclinaient avec brio l’héritage de SAINT VITUS et THE OBSESSED.

De son côté, REVELATION faisait entendre une petite musique différente puisque, tout en assumant l’héritage métallique de ses aînés et plus généralement du Metal des années 70, le trio ajoutait une légère touche de progressif par le biais de structures souvent changeantes, de cassures de rythmes intéressantes.
A la toute fin de 2009, le trio expose à nouveau sa conception d’un Heavy Doom sans concession d’aucune espèce par le biais de For the Sake of No One.

Complètement en dehors des modes, des tendances, des règles préétablies, REVELATION persiste à pratiquer une musique lente, lourde, très marquée par les années 60 et 70. Guitariste et chanteur sur les deux premiers albums du groupe, de retour après une éclipse, John BRENNER apporte un jeu très inspiré de Tony IOMMI, très bluesy, riche en harmoniques. Peu technique, voire assez fragile, son chant met en oeuvre une voix blanche, dépressive, jamais agressive ni lyrique, qui n’en apporte pas moins une patine fantômatique du meilleur effet.

Une mention spéciale doit être accordée au jeu de basse de Bert HALL, rond et gras, ne se contentant pas de suivre les riffs mais jouant quasiment en lead, à la manière des grands maîtres des 60’s et 70’s (Jack BRUCE, Geezer BUTLER, John ENTWISTLE). Seul membre permanent du groupe depuis ses débuts, le batteur Steve BRANAGAN tient la baraque avec une sobriété et une pertinence de bon aloi.

La production un rien cotonneuse, assurément live et sans fioritures, contribue à l’étrangeté de l’ensemble. Beaucoup peineront à pénétrer ce son si particulier et ces compositions sinueuses, aux structures plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord. For the Sake of No One se mérite et nécessite de se laisser porter, contrairement aux album de Metal forts en gueule, qui s'imposent brutalement.

Cela sent bon l’artisanat, la pratique pour le plaisir pur. Pour être honnête, cet album intéressera fort peu le « grand public » métallique mais attirera je l’espère les amateurs invétérés de musiques obscures et sincères.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
SAPATA
Satanibator
VOID MOON
On the blackest of nights
CORRUPTION
Devil's share
DARK COVENANT
Eulogies for the fallen
SILVER CYPHER
Yesturday's tomorrow
Chroniques du même auteur
THE MIGHTY N
Retribution
LEASH EYE
Hard truckin' rock
ARGUS
Boldly stride the doom
DARK SANCTUARY
Metal
MANILLA ROAD
Out of the abyss
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente