Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
QUEENS OF THE STONE AGE - Songs for the deaf

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 2002
Provenance du disque : Acheté
15titre(s) - 60minute(s)

Site(s) Internet : 
INTERSCOPE WEBSITE
QUEENS OF THE STONE AGE MYSPACE 
QUEENS OF THE STONE AGE WEBSITE

Label(s) :
Interscope
 (18/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 04/10/11
oldies but goldies: classique stoner
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou re découvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.)...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires ! ......
Bon voyage !


QUEENS OF THE STONE AGE naît à Palm Desert, en Californie, au milieu des années 1990, à l’initiative du guitariste chanteur Josh HOMME. Actif dès la fin de la décennie précédente, il a officié au sein de KYUSS. Cette formation culte a largement contribué à l’émergence du courant Stoner Rock, alliant des fondamentaux hérités du Hard Rock et du Metal – ambiances plombées et musique répétitive pouvant évoquer BLACK SABBATH – à une multitude d’autres influences telles que le psychédélisme. La nouvelle formation opte d’abord pour le nom de GAMMA RAY, mais doit se rebaptiser QUEENS OF THE STONE AGE sous la menace de poursuites du célèbre groupe de Metal allemand du même nom.

Les deux premiers efforts de QUEENS OF THE STONE AGE, un album éponyme en 1998, puis Rated R (2000), sont chaleureusement accueillis par la critique. Arrivé dans les bacs des disquaires deux ans plus tard, Songs For The Deaf crée un engouement exceptionnel. La nouvelle locomotive du mouvement Stoner devient si populaire qu’on la désigne déjà couramment par l’acronyme QOTSA. Le magazine Entertainment Weekly salue le disque comme le meilleur album Hard Rock de l’année 2002. Quelques années plus tard, il est généralement considéré comme l’un des classiques des années 2000.

Songs For The Deaf est porté par ses singles d’une grande efficacité mélodique, qu’il s’agisse de No One Knows, doté de riffs de guitare imparables, ou encore de Go With The Flow, soutenu par des claviers nerveux. La plupart des morceaux sont crédités à Josh HOMME et au bassiste Nick OLIVERI, un duo dont l’inventivité est largement reconnue. Il ne faudrait cependant pas réduire Songs For The Deaf à ces futurs hymnes de stades. Le disque comporte des compositions de haute tenue, chacune d’entre elles méritant d’être citée.

QUEENS OF THE STONE AGE démontre en effet sur l’album la diversité de ses influences. Si son premier extrait, le fameux No One Knows, pouvait faire croire à un album Pop Rock, la réminiscence Hardcore You Think I Ain't Worth A Dollar But I Feel Like A Millionaire rappelle dès l’ouverture les racines du mouvement Stoner. Le groupe explore fréquemment ces orientations via des titres lourdement saturés, A Song For The Dead ou encore Six Shooter, qui voit OLIVERI – le bassiste assure le chant lead sur quelques plages de l’album - s’égosiller. Quant à l’excellent God Is In The Radio, il exprime une tendance Hard Blues, qu’on retrouverait en 2009 sur l’album du side-project de HOMME, THEM CROOKED VULTURES.

Par ailleurs, le groupe possède un véritable talent pour créer des climats entêtants. La basse tendue et très présente de l'intro de First It Giveth le prouve indéniablement, de même que le refrain oppressant de A Song For The Deaf. L’effet opère de manière plus spectaculaire encore sur The Sky Is Fallin’, dont les rythmes martiaux ensorcèlent rapidement l’auditeur.

Songs For The Deaf bénéficie de surcroît de nombreuses participations. Mark LANEGAN (SCREAMING TREEES, MAD SEASON) apporte ainsi à nouveau sa contribution au chant, après avoir été intégré à QUEENS OF THE STONE AGE sur la tournée Rated R. Pour l’enregistrement du disque, le groupe accueille également un membre particulièrement célèbre, Dave GROHL. Revenu à la batterie, le meneur des FOO FIGHTERS met en valeur la puissance de sa frappe.

Après ce superbe album, QOTSA confirme son statut de groupe phare avec la publication en 2005 de Lullabies To Paralyse qui bénéficie de bonnes critiques, même si Josh HOMME n’éprouve pas une grande estime pour cet album. L’accueil réservé deux ans plus tard à Era Vulgaris s’avère plus mitigé. Un nouvel album est annoncé pour 2012, alors que le groupe ne compte plus que son leader comme membre originel. OLIVERI a été renvoyé en 2004, suite à des violences exercées contre sa compagne. Quant à GROHL, il a cédé sa place à Joey CASTILLO.

Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
HUSH
Department of faith
GIRLSCHOOL
Legacy
BIG STEEL SHIT
Shit happens
COLDSPELL
Frozen paradise
BORGOGNA
Something to lean on
Chroniques du même auteur
GROSS GROLLAND
What doesn’t kill me makes a big mistake
GUNS N' ROSES
Use your illusion ll
TOOL
Aenima
BLACK SABBATH
Paranoid
BIG STEEL SHIT
Shit happens
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente