Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
HANNIBAL - Cyberia

Style : Heavy Metal
Support :  CD - Année : 2012
Provenance du disque : Reçu du label
13titre(s) - 52minute(s)

Site(s) Internet : 
HANNIBAL WEBSITE
HANNIBAL FACEBOOK

Label(s) :
Echozone Music
 (17/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 01/07/12
Remarquable production power metal
Lorsque HANNIBAL voit le jour, en 2003, son chanteur Alex « Hannibal » BALAKAKIS dispose déjà d’une réputation pour le moins enviable dans le milieu Metal grec. Au sein de SPITFIRE, il a ainsi écumé les scènes aux côtés de bien des monstres sacrés, notamment IRON MAIDEN (1996), SCORPIONS (2009) ou encore SAXON (2011) ! C’est donc en parallèle de son premier groupe qu’Hannibal mène ce projet, dont les débuts se matérialisent en 2006 par le fort bien accueilli This Is U. Echozone a récemment publié son successeur, Cyberia.

Précédé d’une longue attente, due en particulier au calendrier chargé de son frontman, ce nouvel album pouvait susciter de grands espoirs. La patience des fans n’aura pas été vaine : Cyberia réunit des compositions d’une efficacité redoutable. HANNIBAL évolue majoritairement dans un registre Power Metal, comportant des guitares acérées (l’introductif Burn Me Alive). Sur certains titres, l’instrumentation se fait plus légère, ce qui permet au chant d’Hannibal de s’exprimer pleinement. Tel est le cas de Angelryche, qui tire un intéressant parti des claviers, ou encore de Where Do We Go, consacré à des interrogations métaphysiques (« Where do we go after life ? »).

Le groupe sait cependant s’abreuver à d’autres sources, comme en témoigne Somebody Wake Me. Ce titre, une des plus belles réussites de Cyberia, se distingue par des riffs proches du Grunge, en particulier lors d’une intro dont certaines sonorités évoquent aussi, dans une moindre mesure, le Metal industriel. On peut par ailleurs retenir les effluves orientales d’Insane, ainsi que le poignant instrumental Cyberia (The Fall) qui clôt l’album.

Enfin, il convient de souligner la qualité de la palette vocale offerte par HANNIBAL. La prestation du chanteur convient parfaitement au registre du groupe. Sur Sacred Alphabet notamment, elle apparaît impressionnante. Les chœurs, assurés par Herc, méritent aussi une mention particulière : des titres majeurs, dont Burn Me Alive, bénéficient de sa voix éraillée. Les autres musiciens ne sont pas en reste, à commencer par les guitaristes solistes Steve SOVO - membre du groupe - et Dimmu - intervenant sur l’album - auteurs de plans révélant une réelle virtuosité (Into The Water). La formation grecque, aujourd’hui basée à Londres, livre donc la remarquable production que le pedigree de Hannibal, avec SPITFIRE, laissait imaginer.

Line-up :

Hannibal : chant / guitare rythmique
Steve SOVO : guitare lead
Herc : claviers / chœurs
Hulk : basse
Doctor : batterie
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
DARK MIRROR
Visions of pain
ARGUS
Boldly stride the doom
RITUAL STEEL
Invincible warriors
MIDNIGHT IDÖLS
Sworn to the night
STONELAKE
Marching on timeless tales
Chroniques du même auteur
NIFLHEIM
Personae
DAYS WE ARE EVEN
Himalaya
SEBASTIAN BACH
Kicking & screaming
HYPERDUMP
Syncretism
DEVIL'S TRAIN
Devil's train
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente