Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
RAPTOR KING - Dinocracy

Style : Heavy Metal
Support :  CD promo - Année : 2015
Provenance du disque : Reçu du label
5titre(s) - 21minute(s)

Site(s) Internet : 
RAPTOR KING WEBSITE
RAPTOR KING FACEBOOK

Label(s) :
Auto Production
Dooweet Agency
 (14/20)

Auteur : Ben
Date de publication : 31/12/15
Sa majesté raptor king !
L’univers de RAPTOR KING, power trio français formé par Raptor V, Nightsmoke et Don Coco, est peuplé de dinosaures, tyrannosaures et autres vélociraptors (merci les gars, cela nous change du matraquage Star Wars des dernières semaines !). Ils nous souhaitent la bienvenue dans ce monde fossilisé, où ces grosses bestioles régnaient en maître, en nous offrant un premier EP 5 titres, le bien nommé Dinocracy.
Ces trois gaillards sont aussi agressifs, affamés qu’un troupeau de T.rex, fonçant mâchoire au vent à la poursuite d’une proie innocente. Avec en fond sonore, le déferlement de vagues déchaînées de Heavy Metal mêlé de Trash, Death, Hardcore, voire une certaine urgence Punk, que s’emploie à faire rugir RAPTOR KING. Si le propos musical peut rappeler les 70’s (The Campaign où comment MOTÖRHEAD se retrouve sous amphétamines), le son de Dinocracy est moderne. Les refrains sont percutants, les riffs virils et la rythmique bouillonnante, voire tonitruante. Puissantes, rapides (speedées ?), énergiques pour ne pas dire énervées, ces 21 minutes vous percutent le cortex et vous envoient bouler, groggy, au fond de votre caverne. RAPTOR KING, pour se faire entendre vocalement, combine deux types de chant. L’un, puissant et grave [non sans rappeler Lemmy (RIP…)], poussant quelques growls, affronte les hurlements belliqueux du second. Affaire de goût comme toujours, j’avoue que ce chant hurlé vient vite saturer ma capacité d’écoute.
Il n’empêche, sous un vernis « ère secondaire » gentiment déjanté, sans se prendre la tête, les 3 énergumènes de RAPTOR KING délivre 5 titres sérieux, solides et puissants, proposant un assemblage de styles dédié à la scène.

Da Fuck Where I Just Lend vidéo : cliquez ici

Dinocracy :
01 : Da Fuck where I Just Lend – 02 : The Campaign – 03 : Jugular – 04 : Acolytes – 05 : In Your Face



COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
I COMPAGNI DI BAAL
I compagni di baal
ATLAS & AXIS
Confrontation
UNISONIC
Unisonic
KRYZEES
Unchained
FROZEN TEARS
Nights of violence
Chroniques du même auteur
AFTER MANY DAYS
After many days
INEPSYS
The chaos engine
DAGYDE
Paranoid circus
GLASS WOLFE
Xotica
SPLEEN ARCANA
The field where she died
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente