Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
CHEMICAL WEDDING - Don't look back

Style : Rock
Support :  CD - Année : 2015
Provenance du disque : Acheté
12titre(s) - 56minute(s)

Site(s) Internet : 
CHEMICAL WEDDING MYSPACE 
CHEMICAL WEDDING FACEBOOK

Label(s) :
Auto Production
 (18/20)

Auteur : Ben
Date de publication : 09/09/16
Rock heavy stoner mélodique
5 ans se sont écoulés avant que le groupe isérois CHEMICAL WEDDING, composé à ce jour par Eric (chant), les frères Serge (guitare) et Christophe (batterie), Yoann (guitare) et François (basse), donne une suite au remarqué Bayou (2010 - cliquez ici). Leur second album s’appelle Don’t Look Back, à nouveau agréablement, chaudement autoproduit. L’artwork (Slava GERJ et Eric STANISLAS) est lui aussi réussi, évoquant l’esprit Grand Ouest américain.
Rien n’est définitif, rien n’est figé, gelé dans l’univers musical de CHEMICAL WEDDING. Ce mariage chimique autorise la collision de molécules affolées d’un rock charnel, heavy, stoner voire progressif. Les mélodies et refrains sont accrocheurs, les rythmes se précipitent ou prennent leur temps, les ambiances peuvent être tour à tour légères ou plombées. La rythmique, travaillée au corps, groove à souhait, les riffs et soli de guitares sont pénétrants, incisifs. Les 2 guitaristes se complètent alors efficacement. Et le chant d’Eric, même s’il a quelque peu perdu au niveau des aigus (époque REST IN PEACE), est authentique, alterne passages grondants et coléreux et passages clairs. Au fil des écoutes, Don’t Look Back et ses 12 compositions se laisse apprivoiser, tel un gros matou bienveillant. Et devient vite addictif. Si les influences souvent évoquées parlent des américains de ALICE IN CHAINS (pour les riffs et le côté heavy hard rock mélodique), quelques réminiscences de Bayou s’entendent ici et là. Malgré ces quelques rapprochements succincts, CHEMICAL WEDDING possède un indéniable « charisme », une forte identité et une bonne dose d’humour, qu’il laisse éclater et partage sans concessions sur scène.
Le charme opère donc, avec un Supercharger au refrain et à l’écriture entraînantes, idéal pour ouvrir un concert. Dead Man Walkin’ décline un passage instrumental harmonique, sur un fond sombre et pesant, alors que Don’t Look Back se fait plus enjoué, avec une rythmique heavy quasi martiale. De nouveau changement de tempo avec A Poor Toy In Your Hands, au chant clair, qui s’arrache sur sa seconde partie avec un chant frontal. Rythmé, The Cherokee fait état aussi d’un chant clair et d’un chant “bourru”, limite coléreux. Et se termine par des mélopées indiennes. Beveaved Soul est la première « ballade » de l’album, où s’entrecroisent chant, guitare acoustique, basse grondante. Elle s’électrise en son centre pour finir sereinement. Save My Soul est rythmé, plus ou moins progressif dans son écriture. Summertime, malgré son petit côté théâtral, limite déjanté / psyché, reste accessible. Space Between Us, autre titre percutant sur scène, est ultramélodique. Introduit par le chant et la guitare acoustique, il s’enflamme en un heavy musclé, avec un solo de guitare délicieux. Those Days, de même généreusement mélodique, possède quelques petites touches pop folk. Goodbye Lenin (qui devient actuellement Goodbye Hollande sur scène !) est un titre costaud, se rapprochant d’un heavy stoner. Efficace aussi en live ! Et puis l’album se clôt sur My Friend, une ballade poignante, pleine d’émotions, rendant un hommage émouvant à Camille, ancien bassiste du groupe disparu accidentellement en 2011.
CHEMICAL WEDDING est finalement tout simplement l’alchimie réussie de 5 musiciens talentueux, partageurs, sincères dans leur démarche artistique. Et toujours prêts à partager sur scène leurs compétences techniques et leur bonne humeur rock’n roll !

Dead Man Walkin’ : cliquez ici

My Friend : cliquez ici

Don’t Look Back :
01 : Supercharger – 02 : Dead Man Walkin’ – 03 : Don’t Look Back – 04 : A Poor Toy In Your Hands – 05 : The Cherokee – 06 : Beveaved Soul – 07 : Save My Soul – 08 : Summertime – 09 : Space Between Us – 10 : Those Days – 11 : Goodbye Lenin – 12 : My Friend



COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
NIRVANA
Unplugged in new york
JULIEN MARTINOÏA
The insight
OZRIC TENTACLES
Technicians of the sacred
ASIA
Omega
FLOWN
Make believe
Chroniques du même auteur
MEHDI ALOUANE
The sound of the incurable disease
BACKTRACK LANE
In fine
INNERCHAOS
Phase inversion
INNERFIELD
Innerfield
VIETCONG PORNSURFERS
We spread diseases
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente