Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
THE ANGELS - Liveline

Style : 80's & 90's Re-releases
Support :  CD - Année : 1999
Provenance du disque : Acheté
34titre(s) - 154minute(s)

Site(s) Internet : 
THE ANGELS WEBSITE

Label(s) :
Axe Killer
 (20/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 08/03/2021
Le plus vivant des lives !
En ces temps asphyxiés de pandémie "post-pangolinique" doublée de diète culturelle, nos nuques se sclérosent, nos oreilles se nécrosent, nos pieds s’ankylosent et nos sourires se décomposent. En cinq maux comme en sang : « Les concerts nous manquent, b*rdel ! »
Je n’ai pas ma dose et avant que je n’explose, c’est bien peu de chose mais je propose de délier ma prose en causant d’un album live de très grande facture : Liveline de THE ANGELS.

Nombreux sont les très bons albums live dans le Hard Rock : Live Killers (QUEEN), Made In Japan (DEEP PURPLE), Strangers In The Night (UFO), Live And Dangerous (THIN LIZZY), Tokyo Tapes (SCORPIONS), etc. De tous, Liveline est mon préféré. Je vous conseille la version remasterisée sortie en 1999 chez Shock ou Axe Killer Records et allongée de dix bonus, oui madame ! Soit 14 morceaux de plus que le double LP vinyle initialement publié par Mushroom fin 87.

Dans les années 80, le groupe était connu en Europe et aux USA sous le nom d’ANGEL CITY pour éviter la confusion (et les procès) avec THE ANGELS (groupe de Hard FM américain). Musicalement, il s’agit de pur Hard Rock à la sauce australienne (AC/DC, ROSE TATOO) c’est-à-dire du bon riff électrique plaqué en 4 temps sur un mode bluesy et dans une forme relativement dépouillée. Les atouts du combo fondé à Taperoo (banlieue d’Adelaïde) reposent sur un frontman d’exception (Doc NEESON) et la capacité d’accoucher de mélodies qui s’impriment à vie dans les mémoires.

En plus de la pureté de son Hard Rock, de la spontanéité de l’interprétation beaucoup plus pêchue qu’en studio, et d’un mixage à couper le souffle, Liveline offre deux avantages : d’une part le choix des 34 morceaux constitue quasiment un best of des huit premiers albums studio, d’autre part ce live permet de mesurer l’incroyable symbiose qui existe entre le groupe et « son » public australien – c’est un pur régal que d’entendre la manière dont le public reprend les refrains et sentir comme les réactions de la salle influent sur ce qu’il se passe sur scène – totale interaction ! À noter que Liveline n’est pas la restitution d’un seul concert car, même si le cœur de l’album provient d’un show de 1987 à Sidney, s’y intercalent des captations qui datent de ‘81 et ‘83.

Concernant mes incontournables de ce double CD, j’ai un gros faible pour la version enragée de Comin Down en ouverture. La participation du public est tellement géniale sur After The Rain que celui-ci mériterait d’être crédité parmi les interprètes. Small Price provient de mon album préféré du groupe Two Minute Warning (à égalité avec Face To Face) et son interprétation est magistrale. City Out Of Control qui dure un peu moins de 6 minutes en studio, grimpe jusqu’à près de 10 minutes en public grâce à une intro totalement déjantée. Talk About You, c’est la définition de l’adjectif « efficace » et la voix de Doc qui déraille mais ils gardent la prise parce que le live c’est ça, et chez THE ANGELS la sincérité prime. I Ain’t The one, j’adore ce titre parce que c’est l’avant-premier morceau du double album – en effet, comme il est placé à la fin c’est toujours celui que j’écoute juste avant de reprendre depuis le début…

Comme note, je mets un 20 tout rond et je peux l’expliquer. Si demain je rencontrais un extra-terrestre qui me demandait de lui définir le rock, je prendrais Liveline, je lui ferais péter à fond, je le regarderais droit dans son œil pédonculé et lui dirais :
« Le rock ? c’est ça ! En revanche, Gari, si un jour tu écris quelque chose à propos de Marseille, t’avises pas de le faire comme ces kangourous et ne mets pas d’s à la fin. Tu m’as compris, teste d’aï ? »


Marseilles : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
HELLIAS
Revenge of hellias
MANILLA ROAD
Spiral castle
NOISEHUNTER
Rock shower
MASS
War law
TOKYO
Fasten seat belts
Chroniques du même auteur
10,000 YEARS
||
PATERIKON
Under the mountains
ELEKTRADRIVE
Due
CANYYN
Canyyn
SNAKE BITE WHISKY
Black candy
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente