Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
HIGH FIGHTER - High fighter live at wdr rockpalast

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s)

Site(s) Internet : 
HIGH FIGHTER FACEBOOK
HIGH FIGHTER BANDCAMP

Label(s) :
Argonauta
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 31/10/2021
Live irradié
Discrètement annoncé en 2014 par le EP cinq titres The Goat Ritual, le quintette originaire de Hambourg s’est révélé en 2016 avec un premier album de Doom Stoner superbe, Scar & Crosses (relire ici :cliquez ici), avant de révéler en 2018 un visage plus brutalement Sludge avec l’impérieux Champain (2019, relire ici : cliquez ici). Même si le quintette a pris soin d’espacer ses publications, on le sentait en pleine expansion… une dynamique qui se trouva forcément entravée par la pandémie de Covid-19. Fort heureusement, le groupe eut la chance d’être sélectionné par la télévision allemande WDR qui souhaita ajouter à sa fort longue tradition de captations de concerts (depuis 1974) un dispositif ambitieux de prestations effectuées dans les conditions du live, à cette exception près qu’elles s’effectuèrent en l'occurrence en l’absence de tout public.

On pourrait craindre une captation à bon marché, à l’heure où certains groupes d’envergure n’hésitent pas à fourguer des captations réalisées à partir de paramètres similaires, mais loin d’être optimales et indispensables. Là où la WDR a fait très fort, c’est qu’elle a transcendé les contraintes pour aboutir à un format optimal. En effet, respectant amplement les consignes sanitaires (distanciation, aération), la prestation de HIGH FIGHTER s'est trouvée réalisée sur une plate-forme d’un site industriel à l’abandon, ce qui permit de multiplier les plans d’ensemble spectaculaires et au plus près, grâce à des caméras miniatures embarquées sur les instruments (visionnez les treize morceaux de ce concert hors normes ici : cliquez ici).
Outre le plaisir des yeux, la qualité technique impressionnante de l’enregistrement sonore permet au label Argonauta aujourd’hui de proposer une édition vinyle et numérique d’une sélection – forcément frustrante - de ce concert si particulier. Et je vous prie de croire qu’il ne s’agit pas d’une offre au rabais, tant au niveau formel que de l’interprétation. Sur le premier niveau, le son se révèle d’une puissance implacable, sans jamais sacrifier ce qui fait le sel de la musique de HIGH FIGHTER, à savoir l’art des contrastes, la brutalité la plus crue n’ayant de sens que confrontée à des postures plus troubles (psychédéliques), voire plus nuancées. Sur le second niveau, les cinq membres de HIGH FIGHTER ont sérieusement préparé l’événement et offrent un visage à la fois très maîtrisé – la concentration des musiciens et de la chanteuse est maximale - et explosif – quelle maestria !

Pour ce qui est du répertoire représenté dans cette édition tronquée, on salue la présence d’un titre rescapé de The Goat Ritual (Black Waters), trois issus de Scars & Crosses, les quatre compositions restantes émanant de Champain. Hormis la frustration de ne pas pouvoir bénéficier de l’entièreté de la prestation du groupe, il faut bien avouer que l’échantillon retenu concentre le meilleur de toutes les facettes identitaires de HIGH FIGHTER, transcendé par une interprétation littéralement au taquet. La section rythmique se montre tout autant impitoyable que pourvoyeuse d’un groove aussi ample que lourd. Les deux guitaristes alternent en permanence arpèges mélodiques, leads bluesy et psychédéliques, riffs monumentaux, au rendu crasseux, soutenus par des lignes de basse métalliques au possibles (en parfaite concordance avec le paysage industriel).
Quant à la prestation vocale de Mona MILUSKI, elle s’avère absolument bluffante, oscillant entre un registre medium nuancé et des dégagements extrêmes entre Black Metal, Hardcore et Screamo. Concernant ce dernier aspect, n’attendez pas un naufrage bruitiste mais constatez plutôt une maîtrise vocale absolue et sidérante. A vrai dire, je ne vois pas actuellement de comparaison valable, couvrant l’ensemble du spectre couvert avec une maîtrise totale par Mona, c’est vous dire le niveau de compétence et de spécificité.

Visionnez ou achetez une relique, peu importe : à mes yeux, cette captation représente à ce jour une occasion idéale de découvrir la lame de fond HIGH FIGHTER.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
MASACRITIKA
Raza de kaín
BELZEDUH
Lost & found
GRASS
Fresh grass
PATERIKON
Under the mountains
UNIVERSE 217
Change
Chroniques du même auteur
BRASS OWL
Brass owl
CLOVEN HOOF
Who mourns for the morning star
URIAH HEEP
Live in armenia
FUNERAL
To mourn is a virtue
UNIVERSE 217
Change
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /