Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
THE SONIC OVERLORDS - Last days of babylon

Style : Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
9titre(s) - 45minute(s)

Site(s) Internet : 
THE SONIC OVERLORDS FACEBOOK

Label(s) :
M-Theory
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 20/11/2021
Heavy metal puissant et racé
Last Days Of Babylon est certes un premier album mais il n’a pas été enfanté par des débutants, son géniteur principal se nommant Morgan ZOCEK, guitariste actif au sein du combo Stoner SIDEBURN depuis la fin des années 90 (ayant par ailleurs joué sur scène avec Tony MARTIN, ancien chanteur de BLACK SABBATH). Entouré de trois acolytes, ce relatif vétéran se propose de laisser libre cours à son amour invétéré pour le Hard Rock 70’s, à la fois mélodique et épique, à la RAINBOW (époque DIO), pour le Heavy Metal épique de BLACK SABBATH (ères DIO et Tony MARTIN) ; sont également citées dans la biographie, le Doom épique de CANDLEMASS, Yngwie MALMSTEEN, SCORPIONS et MSG. Bref, le meilleur des deux mondes Hard & Heavy se trouve invoqué…

… et se retrouve peu ou prou dans les faits dans ce premier album on ne peut plus solide. Même si le quartette ne peut objectivement pas prétendre révolutionner ni le Hard Rock, ni le Heavy Metal, il n’en demeure pas moins un interprète habile, sincère et inspiré de référentiels anciens. L’influence principale me semble évidente : BLACK SABBATH lors du premier passage de Ronnie James DIO, entre 1980 et 1981. Même goût pour les riffs d’airain, autant tranchants que pesants, qui alternent avec des passages plus mélodiques et aériens, pour un chant ample et porteur d’une dramaturgie fantasmatique, pour des ambiances dramatiques, parfois épiques. Les solos de guitares semblent partagés entre un feeling Heavy Blues typique de Tony IOMMI (y compris avec ces notes aiguës et précipitées) et des notes tenues, typiques du jeu d’un Ritchie BLACKMORE. Les quelques gammes néoclassiques exécutées avec dextérité à l’occasion justifient l’invocation de ce dernier, ainsi que du nom fétiche de MALMSTEEN. Quand les rythmiques se font ostensiblement lourdes et tendues, on comprend davantage pourquoi CANDLEMASS se trouve mentionné parmi les influences officielles du groupe.

Le registre clair, puissant, légèrement voilé de Marcus ZACHRISSON RUBIN combine l’ampleur, ô combien évocatrice de Ronnie James DIO et du fort mésestimé Tony MARTIN, avec le souci d’efficacité de la mélodie dans l’énergie expressive, caractéristique des performances anciennes de Gary BARDEN et Graham BONNET. Objectivement impactante et mélodique, une composition comme Shine charmerait sans coup férir nombre de fans de Hard mélodique, au premier rang desquels les mordus indéfectibles de PRETTY MAIDS. Comme s’il fallait des arguments objectifs, notons que le titre Eternal Heroes (Last Days Of Babylon) évoque autant Children Of The Sea ou Heaven And Hell (BLACK SABBATH), que Gates Of Babylon (RAINBOW). Avec, tout au long de l’album, ces allusions volontaires ou non à tous les projets tournant autour de CANDLEMASS, incluant autre chose qu’une simple dimension Doom (KRUX, DOOMSDAY KINGDOM, AVATARIUM). Cette multiplicité d’influences se trouve concentrée de manière tout à fait maîtrisée, tant du point de vue de la composition que de l’interprétation, et concourt à faire de Last Days Of Babylon un album, certes fortement et ouvertement inspiré par le passé, mais totalement actuel dans sa restitution des héritages. La participation vocale de Tony MARTIN sur le titre In My Darkest Room ne fait que confirmer la filiation respectueuse et fructueuse propre à THE SONIC OVERLORDS.

Vidéo de Past The End Of Time : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Alain Le samedi 20 novembre 2021
Je vois ce que tu veux dire, citrouille, mais ces arrangements font partie intégrante à la fois du Heavy épique et du Hard mélodique et musclé. Ensuite, on aime ou pas, on est d'humeur ou pas. Mais on peut tout à fait se retrouver autour de choses puissantes et simples à la SMOOTH MOTION.
Pumpkin-T Le samedi 20 novembre 2021

Ville : MARSEILLE
De mon côté, je trouve pas mal de qualités à cet album mais un habillage trop maniéré. Grande voix, certes, mais trop de chichis. Les chœurs grandiloquents et nappes de synthé m'énervent aussi un peu. Parfois on dirait qu'ils veulent se barrer dans un trip opéra-rock en additionnant tout un tas de recettes préfabriquées ce qui sonne putassier. Je suis peut-être dans une période où je recherche des choses plus primitives et vraies.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
ARMORED SAINT
Punching the sky
OZZY OSBOURNE
The ultimate sin
OUTLAW
Marauders
TARCHON FIST
Tarchon fist
IRON MAIDEN
Flight 666 the film
Chroniques du même auteur
KING GOAT
Conduit
MASTER MASSIVE
The pendulum
BUFFALO
Dead forever...
SEA
The grip of time
HERZEL
Le dernier rempart
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /