Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
FORTRESS - Don’t spare the wicked

Style : Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 28minute(s)

Site(s) Internet : 
FORTRESS FACEBOOK
FORTRESS BANDCAMP

Label(s) :
High Roller Records
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 22/01/2022
Heavy metal mélodique très attachant
Parmi le régiment de groupes ayant choisi le nom de FORTRESS, celui qui nous occupe présentement est originaire de Californie et voue une admiration sans bornes au Hard & Heavy traditionnel, des années 70 au début des 80. Fondé en 2016 par le guitariste Fili BIBIANO, le groupe a déjà commis en 2018 un EP quatre titres, mais se révèle pleinement avec ce premier album concis (moins d’une demi-heure au compteur). Adepte d’un Heavy Metal racé, le répertoire de FORTRESS peut globalement être rapproché des répertoires respectifs de RAINBOW, RIOT, VIRGIN STEELE, Yngwie MALMSTEEN et PRETTY MAIDS.

Qu’y-a-t-il de commun entre ces groupes référentiels et FORTRESS ?
Tout d’abord, un recours à des riffs nerveux, soutenus par une section rythmique agile, puissante et véloce. Entre des tempos médium et plus enlevés, on sent toute l’aisance d’un bassiste – Damian REJON – au son trapu mais au jeu alerte, et de son collègue batteur – Rob DURAN – capable de ponctuer lourdement le tempo, tout autant que d’emballer les événements en développant un volume de jeu plus étoffé, avec un recours fructueux aux cymbales, à la grosse caisse et aux toms.

Sur cette assise énergique et remuante, deux dimensions permettent de différencier quelque peu FORTRESS de la masse innombrable de groupes se revendiquant d’influences analogues. En premier lieu, les solos du guitariste Fili BIBIANO s’apparente à la longue tradition des funambules combinant technicité, concision, feeling, sens mélodique, influences tirées des musiques baroques et classiques. On peut sans honte invoquer les mânes de Ritchie BLACKMORE (DEEP PURPLE, RAINBOW), Yngwie MALMSTEEN (continuateur du précédent), de Michael SCHENKER et de Randy RHOADS (merveilleux combinateurs d’une impeccable technicité et d’un touché de cordes éminemment subtil et sensible).
Et puis, le quartette bénéficie des prestations de haut vol de Chris Scott NUNEZ, chanteur aussi puissant qu’expressif, impérial dans un registre médium, mais capable de monter très haut, tout en préservant justesse et impact.

Si l’on ajoute des arrangements de claviers vintage (fin 70’s, début 80’s), il souffle un vent épique sur ces compositions brèves, ramassée, mais d’une grande efficacité mélodique. D’un point de vue stylistique, FORTRESS se montre convaincant sur les morceaux rapides (susceptibles de plaire aux fans de Speed mélodique) mais également sur les mid-tempos accrocheurs Dans la catégorie des formations adeptes d’une approche rétro, on peut affirmer que FORTRESS s’impose dans le peloton des talentueux qui apposent leur marque et se font fort de développer une personnalité, à partir d’héritages qui peuvent s’avérer écrasants. Seuls reproches : un son un peu rêche et un mixage un brin étriqué. Sinon, que du bon.

Vidéo de Children Of The Night : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
LONEWOLF
Made in hell
PHARAOH
Ten years
MANIGANCE
Machine nation
DENIED
Dawn
WISZDOMSTONE
Rise
Chroniques du même auteur
EVANGELIST
Deus vult
MIDNIGHT RIDER
Manifestation
FATES WARNING
Darkness in a different light
AVENGER
Blood sports
MAMMOTH MAMMOTH
Kreuzung
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /