Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
ECHOLOT - Curatio

Style : Rock
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
4titre(s) - 38minute(s)

Site(s) Internet : 
ECHOLOT INSTAGRAM
ECHOLOT FACEBOOK

Label(s) :
Sixteentimes Music
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 09/11/2022
Echolot envoie la sauce
Le trio ECHOLOT a d’ores et déjà reçu un accueil positif sur notre site pour ses deuxième et troisième albums, Volva (2017, cliquez ici) et Destrudo (2020, cliquez ici). Aucune raison ne s’impose pour qu’il n’en soit pas de même avec CURATIO, troisième album à l’énigmatique pochette, exempte de toute mention.

De fait, la musique proposée par le groupe se prête assez peu aux catégorisations faciles, évidentes et définitives. ECHOLOT continue à creuser un sillon profond, complexe et exigeant, reposant notamment sur des compositions d’un gabarit appréciable : Wildfire et Resilience Of Floating Forms dépassent les huit minutes, tandis que Countess Of Ice et et Burdens Of Sorrows enjambent les dix minutes.

Bien évidemment, ces longues distances favorisent les développements structurels de type progressif, avec des montées dramatiques, ou, au contraire, des séquences très contrastées, entre finesse et délicatesse d’une part, violence rêche et mathématiquement appliquée d’autre part. Dans ces entrelacs de clair-obscur, mis en relief par un son tout autant organique que détaillé et cinglant, l’auditeur peut faire relâche lors de fréquentes plages au cours desquelles la section rythmique s’apaise, la guitare s’éclaircit et simplifie ses motifs, et le chant évolue posément en registre clair (avec cependant un certain déficit en matière de diversité et de variété).

En parfait contraste, ECHOLOT se laisse aller à des explosions de puissance, techniquement relativement acrobatiques. Certains de ces pics d’intensité évoquent même franchement des influences Black Metal, avec une batterie qui part en vrille, des riffs de guitare en trémolos et des vocaux écorchés. Plus que jamais, le trio fait montre d’éclectisme dans ses emprunts extrémistes, puisqu’on peut relever des traces de Black Metal, de Death metal, de Post Metal et de Prog Metal.
Peut-être un brin moins prégnantes qu’auparavant, les effluves psychédéliques demeurent cependant latentes, enrichissant le spectre développé par ECHOLOT, dont ce nouvel opus s’avère tout aussi recommandable et fertile que les albums précédents.

Vidéo de Burdens Of Sorrows : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
PAUL GILBERT
Behold electric guitar
BEGGARS & THIEVES
We are the brokenhearted
EXILE PARADE
Hit the zoo
MINERALS
White tones
BRIAN ROBERTSON
Diamonds and dirt
Chroniques du même auteur
JOHN GARCIA
The coyote who spoke in tongues
SIDUS ATRUM
Spiral of life
ATALA
Shaman's path of the serpent
EL ROYCE
Black saints of bourbon street
SAFFIRE
From ashes to fire
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /