Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Dossiers
Live report :  HELLFEST 2014 - CLISSON, les 20, 21 et 22 juin 2014 – Plus de 150 groupes sur 6 scènes !!!
Date de publication : 06/07/14
Auteur : NOCTUS
VENDREDI 20 JUIN 2014

Je vous propose la chronique de mon septième Hellfest consécutif et ma troisième pour metal-integral.com. Je dois remonter à 2008 pour retrouver un temps aussi beau et chaud, mes anciens collègues sans crème solaire ni casquette en avaient fait les frais…(façon de parler !)

Voici mon parcours de cette année :

Je veux voir BLOCKHEADS car dans ce style si extrême, le Grindcore, les français sortent clairement du lot : puissance revendicative, énergie punk, morceaux de 1minute 30, du pur grind quoi ! Une bonne entrée en matière.

Juste à côté, sur la scène Temple, se produit GEHENNA, groupe de Black Metal norvégien existant depuis 1993. Ne connaissant peu leurs compostions, j’avoue avoir un peu de difficultés à apprécier leurs titres dans un tempo plutôt lent. Je sens une certaine maîtrise néanmoins.

Avec mon complice de METAL NOCTUS nous allons à l’espace presse prendre en photo Rob ZOMBIE et son guitariste John 5.

Nous sommes attirés par le Thrash Metal teinté de core des américains de TRIVIUM sur la Mainstage 2. Matt HEAFY, chanteur guitariste, capte toute l’attention d’un public mobilisé. Un bon concert, doté d’un son précis.

Impossible de louper la légende NOCTURNUS, un groupe que j’affectionne énormément et qui a donné mon pseudo NOCTUS et le nom de mon émission radio. NOCTURNUS a été le premier groupe de Death Metal technique à incorporer des synthés dans leur musique extrême dans le but de créer des atmosphères spatiales et horrifiques. Autour de son leader, chanteur, batteur (!) Mike BROWNING, NOCTURNUS a sorti deux albums cultes de Techno (comprendre technique) Death Metal : The Key (1990) et Thresholds (1992). Mike a aussi enregistré le premier album de MORBID ANGEL, Abominations Of Desolation (1986) avec Trey AZAGTHOTH… Pour des problèmes de droit, c’est NOCTURNUS A.D. qui se produit, soit Mike BROWNING et son autre groupe AFTER DEATH. Quelle prouesse de reprendre The Key dans son intégralité et dans l’ordre, surtout pour Mike au chant et derrière les fûts. Les connaisseurs regretteront l’absence des fines gâchettes Mike DAVIS et Sean McNENNEY, partis vers d’autres aventures, car NOCTURNUS propose des parties de guitares ultra techniques. Je prends quand même beaucoup de plaisir à écouter ces compositions live. En fin de concert, deux morceaux de MORBID ANGEL sont interprétés : The Gate / Demon Seed et Angel Of Disease.
Malheureusement, faute de temps, l’interview avec Mike BROWNING ne peut se faire, je la ferai donc par mail ultérieurement…

Nous décidons de nous restaurer et se reposer un peu avant d’apprécier au maximum IRON MAIDEN sur la Mainstage 1 à 21H. Le Maiden England 2014 Tour passe par Clisson cette année avec tout l’attirail du Seventh Tour Of A Seventh Tour. C’est donc un décor glacé qui servira de toile de fonds aux anglais. Cela démarre comme prévu par Moonchild et le son s’avère déplorable, truffé de grésillements. Heureusement, les techniciens "son" font rapidement leur boulot et tout s’améliore progressivement. Les Hits deuxième période, de Powerslave à Seventh Son Of Seventh Son s’enchaînent et alternent avec quelques classiques plus vieux de The Number Of The Beast ou Piece Of Mind. The Trooper en live fait toujours son effet. Une sorte de best of. IRON MAIDEN propose aussi des visuels variés dont je ne me lasse pas : Eddie, drapeaux gigantesques, The Beast… Pour moi les musiciens sont en forme même si Bruce DICKINSON n’atteint plus certains aigus. Par exemple, Aces High se retrouve littéralement massacré ! Mais le monsieur reste un immense frontman et en fan de foot qu’il est nous parle de l’évolution du score en Coupe du Monde : « La Suisse 0, la France 5 ! » Hilarant. Sanctuary clôt les débats, IRON MAIDEN au Hellfest c’était une première.

Sans Jeff HANNEMAN (décédé et remplacé par Gary HOLT) et sans Dave LOMBARDO (remplacé par Paul BOSTAPH), SLAYER affiche une attitude impressionnante. Paradoxalement, les Thrasheurs n’ont jamais sonné aussi bien. La machine de guerre fonctionne, je sens Tom ARAYA et Kerry KING hyper impliqués. Une grosse baffe cette année.

J’ai envie d’aller voir le tribute band de DEATH, DEATH TO ALL constitué majoritairement par des membres de CYNIC. Ces musiciens très doués respectent les œuvres originales de Chuck SCHULDINER autant sur le technique Symbolic que sur le furieux Zombie Ritual de Scream Bloody Gore (1987). Un bel hommage.

Alors que SABATON clôture cette première journée, nos rentrons tranquillement nous coucher car la deuxième journée sera chargée…


SAMEDI 21 JUIN 2013

Je parviens à voir BENIGHTED qui se produit à une heure matinale 12H15. Content car mon interview qui a lieu trois heures après sera complète. Grosse boucherie, quelle prestation. Les morceaux de Carnivore Sublime passent super bien l’épreuve du live. La communication avec le public s’avère excellente, les échanges se faisant dans les deux sens. Julien au chant fait preuve de beaucoup d’assurance : « je dédicace ce morceaux à certaines personnes qui auraient du se couper les couilles au lieu de faire des enfants ». Il nous expliquera plus tard qu’il voit beaucoup de problèmes d’éducation dans son métier d’infirmier psychiatrique…L’un des meilleurs concerts Death Metal du festival sur tous les points !

SKID ROW de Rachel BOLAN (basse) et Dave SABO (guitares), sans Sebastian BACH, joue la carte de la facilité en reprenant beaucoup de titres de Skid Row (Youth Gone Wild, Eighteen And Life) et Slave To The Grind (Monkey Business). Nous avons droit aussi à quelques nouvelles chansons de leurs bons récents travaux. Des musiciens expérimentés, une bonne prestation mais ayant vu BACH et SKID ROW au Hellfest à un an d’intervalle, je me dis que ne pas reformer le vrai SKID ROW au complet reste du gâchis…

Ensuite j’enchaîne avec deux interviews :
TEMPLE OF BAAL (Black Metal, France) avec Amduscias (guitares), Arkdeamon (basse), Skvm (batterie).

BENIGHTED (Brutal Death Metal, France) avec Kevin FOLEY (batterie) et Julien TRUCHAN (chant).

J’avais souligné EXTREME dans mon programme donc à 16H50 direction la Mainstage 1. Comme je le pressentais le génial album de Hard Funk Metal Pornograffitti (1990) est largement exposé : Decadence Dance en ouverture, le funky Get The Funk Out, la célèbre ballade More Than Words, l’énergique It ‘s A Monster), l’acoustique Hole HeartedGary CHERONE chante très bien, dommage qu’il ne communique pas plus avec la foule. Mention particulière à Nuno BETTENCOURT. Je savais que c’était un sacré guitariste mais alors en live, quelle démonstration, quel son, quelle finesse, quel toucher, énorme. Et ce monsieur chante presque aussi bien… Le guitariste de ce Hellfest !

Un petit tour vers la scène Temple pour voir le SHINING de Niklas une bouteille de Jack à la main jouant un Black Metal torturé et vraiment original avec des soli heavy. A l’image du personnage, imprévisible, le groupe quitte les planches 10 minutes avant la fin, laissant un public perplexe…

Heureux de voir la légende STATUS QUO interpréter les tubes In The Army Now, Caroline, Whatever You Want ou Down Down. La foule très dense ce samedi à 19H adhère complètement.

Il fait chaud, très chaud à Clisson, la bière coule à flots. 2.50 Euro pour la première qualité (3.50 pour la bière belge renommée Grim) l’addition grimpe au fil du festival ! Une petite me fait du bien avant mon interview essentielle avec Bill STEER, fondateur, compositeur de CARCASS. Content de partager quelques moments avec le guitariste qui m’a procuré de superbes émotions Death Metal dans les années 90 ! Et en plus Bill reste simple et se conduit comme un vrai gentleman anglais.

Nous voulons voir DEEP PURPLE une dernière fois, tant que la légende vit…Le public a ses classiques : Black Night, Smoke On The Water, Lazy. Ian GILLIAN n’oublie pas quelques titres du dernier album. Je déplore néanmoins deux soli longs et inutiles de batterie et de claviers grignotant trop de temps sur un set d’à peine une heure. J’aurai préféré écouter Burn ou Highway StarIan PAICE frappe toujours aussi fort, quand à Roger GLOVER, il reste fidèle à lui-même et change peu avec le temps.

22H55 nous sommes prêts pour AEROSMITH. Je ne les ai jamais vu, je ne suis pas un spécialiste, n’appréciant que la période Pump et Get A Grip. Je vais passer sur la souffrance subie au début : mais bon dieu, c’est pas parce qu’on a été le premier groupe de (Hard) Rock à se frotter au Rap sur Walk This Way, qu’il faut balancer cette minable intro de Rap, irritante au possible ! Le show à l’américaine reste bien rodé, le son parfait, les musiciens en forme : Joe PERRY est un guitariste de grande classe et Steven TYLER un immense frontman. Quand je compare à Ozzy qui a le même âge, 66 ans… A travers cette prestation, je comprends pourquoi AEROSMITH a eu cette carrière et connu un énorme succès. Ce groupe au line up stable demeure excellent en concert, on ne s’ennuie pas, beaucoup de professionnalisme. J’ai beaucoup aimé ! Surtout les hits des deux albums appréciés, moins fan des ballades parfois mielleuses…C’était aussi l’anniversaire du batteur Joey KRAMER, petit gâteau et chansonnette, toujours sympa.

Bien qu’un peu fatigué, je parviens à retrouver de l’énergie pour le concert de CARCASS. Buried Dreams (Heartwork, 1993) et ses guitares brûlantes ouvre le bal, suivi du mythique Corporal Jigsore Quandary (Necroticism, Descanting The Insalubrity, 1991). Quel enchaînement, quel son, rien à redire. Après avoir discuté avec certains fans, ce fut l’un des tout meilleurs live de CARCASS. L’heure passe très rapidement, toutes les périodes musicales sont abordées, le pied. La tête d’affiche Death Metal de ce samedi a tenu son statut. Bonne nuit.


DIMANCHE 22 JUIN 2013

Dernière journée et toujours ce sentiment que tout est passé très vite… Nous nous rapprochons de POWERWOLF qui rassemble une foule assez compacte à 14H20. Malgré son patronyme peu original (à ne pas confondre avec POWERWORLD, POWERGOD ou POWER QUEST dans le style), le groupe allemand propose un Heavy metal avec chœurs et textes religieux. Décors et maquillage soignés, un concert qui fonctionne bien, plutôt sympa !

Nous nous empressons de rejoindre l’espace presse car MANIGANCE nous attend pour une interview. Ne se produisant pas au Hellfest cette année (leur dernière participation remonte à 2007 !), les béarnais sont de promo pour la sortie de Volte-Face le 25 août sur Verycords. Je décide de parcourir toute la discographie de MANIGANCE en visionnant les différentes pochettes. François MERLE me donne des anecdotes croustillantes comme la conception maison de la couverture de la démo Signe de Vie, son aventure avec feu NTS, les origines du nom à trouver chez SORTILEGE, son désarroi face au business de l’industrie musicale… Il est accompagné de Guillaume, le nouveau batteur de MANIGANCE. Il nous annonce un nouvel album assez direct avec quelques surprises comme des chants growlés…A suivre de près !

Le début du concert ANGRA achève notre entretien, MANIGANCE, comme nous, ne veut pas louper le groupe brésilien de Heavy Metal avec au chant, Fabio LEONE (ex RHAPSODY). Nothing To Say et Angels Cry font mouche, le son est bon et clair. Avec leurs lances puissantes, les pompiers aspergent la foule et la rafraîchissent, du jamais vu.

Cet après midi reste chargé en interviews pour notre équipe. Nous rencontrons NICK HOLMES, chanteur de PARADISE LOST qui répond à toutes nos questions comme un vrai gentleman anglais.

Puis, nous avons la chance de rencontrer les polonais de BEHEMOTH qui s’affirme comme l’un des tout meilleurs groupes de Death Metal au monde… Pas très bavards, INFERNO (batteur) et ORION (bassiste), fidèles lieutenants de NERGAL (qui ne donne pas d’interview aujourd’hui) répondent plutôt scolairement. L’atmosphère se détend lorsque je montre à ORION différents billets de concert. A sa grande surprise, la date du 27 juin 2003 à Limoges est particulière car c’est son tout premier concert avec BEHEMOTH (avec en première partie un certain GOJIRA…). Plutôt ému, il me demande s’il peut conserver ce ticket et je lui offre avec beaucoup de plaisir…

Enfin, nous rencontrons Dirk VERBEUREN (batteur) et Sylvain COUDRET (guitares) de SOILWORK. Entretien décontracté, en français, sincère, naturel, très convivial, des mecs hyper sympas et des musiciens doués.

La puissance de BEHEMOTH live demeure unique, une prestation hyper rodée, un son puissant mais limpide, toujours très impressionnant même sur une grande scène comme la Mainstage 2. Un horaire plus tardif aurait peut être mis plus avant leur pyrotechnie et lights

PARADISE LOST joue un best of de toutes leurs périodes, Gothic, Death ou Doom, les classiques sont au rendez-vous (Gothic, So Much Is Lost, Say Just Words,…), c’est primordial dans un festival ! Manque peut être un As I Die, titre le plus souvent joué mais dont le groupe en a un peu marre parfois…

En 1994 sortait In The Nightside Eclipse du groupe norvégien EMPEROR. Un album qui deviendra un classique dans l’histoire du Black Metal, un disque de violence symphonique totalement maîtrisée qui m’a fait aimer ce courant extrême du métal. Il aura donc toujours une saveur particulière pour moi. FAUST (batterie) et SAMOTH (guitare, chant) reforment ainsi EMPEROR en 2014 afin de célébrer les 20 ans de cette œuvre devenue culte. Je suis agréablement surpris du rendu live assez proche de la version studio, les claviers omniprésents arrivent à trouver leur équilibre dans ce déluge Black Metal ultime. Superbe.

A 23H10 BLACK SABBATH, la dernière grosse tête d’affiche prend possession de la Mainstage 1. Après HEAVEN & HELL, OZZY OSBOURNE, je peux affirmer que les organisateurs du Hellfest apprécient ce groupe. Pour quelqu’un qui n’a jamais entendu War Pigs, Black Sabbath, N.I.B. , Iron Man ou Paranoid en concert, ce moment reste magique car voir cette légende du Metal avec la formation d’origine (il manque juste Bill WARD, le batteur) va devenir rare dans les années à venir. Car pour moi Ozzy est malheureusement usé par des années d’excès, il tremble et chante parfois à côté, hélas c’est vrai ! Heureusement le maître Tony IOMMI tient la baraque, Monsieur riff éclabousse la scène de toute sa classe avec des parties de guitares uniques : la forge du Heavy Metal, c’est bien lui.
Fin pour nous.

En conclusion : une édition complètement réussie, favorisée par une météo splendide. Ce festival progresse d’année en année. Il y a 7 ans, nous étions 10 000 par jour au maximum, maintenant plus de 50 000… Forcément le Hellfest attire plus large et devient plus mainstream : moins de déguisements loufoques, moins d’extravagances, plus de variété dans le public (pas que des métalleux), plus de filles (c’est bien !), trois générations (20-30,30- 40 et 50 ans). L’organisation du Hellfest maîtrise cette croissance car les infrastructures restent bien pensées et adaptées (pavage, coins à l’ombre, toilettes, points nourritures et boissons bien localisés). A noter un problème d’eau potable (quelques pannes) dans les axes d’amélioration. Même l’espace VIP qui accueille plus de 500 journalistes venant du monde entier a été réajusté avec plus d’espace. Soyons fiers de ce festival français digne des plus grands !


Merci d’avoir lu jusqu’au bout. Vous l’aurez compris, j’y serai encore en 2015 !!!
NOCTUS


REMERCIEMENTS

Organisation espace presse : Roger, Olivier.
Season Of Mist : GunnaR, Tristan.
Nuclear Blast : Valérie, Isabelle, Julien (Carcassman !).
H.I.M. Media : Charles, Elodie.
Roadrunners Records : Karine.
Verycords: Elodie et Sabrina.
François et Guillaume de MANIGANCE.
BEHEMOTH, PARADISE LOST, CARCASS, SOILWORK, TEMPLE OF BAAL et BENIGHTED.

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur le dossier
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Rémifm Le lundi 7 juillet 2014

Ville : Chambéry
Excellent report Noctus ! Merci ! Tchuss.
Commentaire de NOCTUS : Ton compliment me fait bien plaisir Rémifm, A+
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur le dossier
Enregistrer le dossier au format .PDF
Afficher la version imprimable du dossier
Envoyer le dossier par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur le dossier
Signaler une erreur
Dossiers du même type (Live report)
- Live report Concert SABATON + NIGHTMARE Lyon
- BLACK LABEL SOCIETY live à Paris (le Bataclan, 26/02/2015)
- SONATA ARCTICA + GUESTS AU TRANSBORDEUR
Dossiers du même auteur
- CHILDREN OF BODOM au Rocher de Palmer, Cenon, près de Bordeaux – mercredi 4 novembre 2015
- TOTO, patinoire de Mériadeck, Bordeaux, dimanche 31/01/16
- Concert IN FLAMES à Bordeaux le 10/10/14 !
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente