Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
THE GATES OF SLUMBER - The wretch

Style : Epic Heavy Metal
Support :  CD - Année : 2011
Provenance du disque : Acheté
8titre(s) - 56minute(s)

Site(s) Internet : 
THE GATES OF SLUMBER MYSPACE 

Label(s) :
Rise Above
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 06/06/11
Plus sombre que jamais
Dès son second album, Suffer No Guilt (2006), THE GATES OF SLUMBER avait accolé à son Doom traditionnel (entendez à la SAINT VITUS ou THE OBSESSED) une imagerie guerrière tirée de l’Heroic Fantasy. Au-delà de l’imagerie, les deux albums suivants, Conqueror (2008) et Hymns Of Blood And Thunder (2009), proposaient des compositions moins strictement Doom, empreintes d’un Heavy Metal guerrier à la MANOWAR des débuts. D’où un début de buzz dans un contexte de revival généralisé.

Avec The Wretch, le trio mené par le guitariste et vocaliste Karl SIMON referme la porte en proposant un album de pur Doom Metal, absolument lent (à l’exception de l’enlevé et impérial Coven Of Cain), ultra lourd et surtout très sombre. Au revoir les guerriers musculeux, retour à la pourriture, à la morbidité. Karl SIMON alterne riffs secs et saccadés avec des coups de massue écrasants (Iron And Fire, The Wretch, Bastards Born), tandis que ses soli émargent toujours à l’école du sieur IOMMI : ça tranche, ça sature, c’est concis et mortel. Son chant est toujours aussi peu technique et démonstratif ; à l’instar des parrains Ozzy ou Scott « Wino » WEINRICH (SAINT VITUS, THE OBSESSED), il affectionne un timbre désincarné et sinistre, les variations limitées et âpres, les registres glauques et menaçants. Ses deux comparses de la section rythmique sont aussi à l’aise dans l’exercice pachydermique que dans les tentatives plus mobiles et variées héritées des années 70.

A noter d’ailleurs un morceau qui fait figure d’ovni rescapé du début des années 70, Castle Of The Devil, sorte de Doom Blues hypnotique, objectivement effrayant et profondément psychédélique (un mauvais trip les gars ?). En ces temps de Metal ultra formaté, que c’est bon d’entendre un groupe oser se payer une jam bluesy en plein milieu d’un titre !

THE GATES OF SLUMBER remporte la plame de l’intégrité en même temps qu’il signe un album 100% Doom, de haute volée.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
AMON AMARTH
Twilight of the thunder god
DOOMSWORD
The eternal battle
SACRED BLOOD
Alexandros
VIRGIN STEELE
Nocturnes of hellfire and damnation
MANILLA ROAD
The deluge
Chroniques du même auteur
GUDARS SKYMNING
Till detta var jag nödd och tvungen
GOV'T MULE
The tel-star sessions
PAGAN ALTAR
The time lord
PATH OF SAMSARA
The fiery hand
ELEAZAR DE WÖRMS
Grito en la niebla
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente