Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DEEP PURPLE - Made in japan

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 1972
Provenance du disque : Acheté
10titre(s) - 76minute(s)

Site(s) Internet : 
DEEP PURPLE MYSPACE 
DEEP PURPLE WEBSITE
DEEP PURPLE - THE OFFICIAL WEBSITE
DEEP PURPLE FACEBOOK

Label(s) :
EMI
 (19/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 20/06/11
oldies but goldies: déluge d'improvisations dévastatrices
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou re découvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.)...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires ! ......
Bon voyage !


Le nouveau line-up de DEEP PURPLE, avec Ian GILLIAN au chant, effectue une entrée fracassante dans la décennie 1970, enchaînant trois albums mémorables : Deep Purple in Rock, Fireball, et surtout Machine Head, acclamé dès sa sortie en 1972 et rapidement hissé au rang de monument du Hard Rock. L’immense formation, désormais surnommée Mark II, figure, aux côtés de LED ZEPPELIN ou BLACK SABBATH, parmi les fondateurs du Hard Rock. Machine Head est aussitôt suivi d’un album live non moins mythique, Made In Japan, remastérisé en 1998. Cet enregistrement demeure un classique du genre, près de quarante ans après sa première parution.

Bien qu’il s’agisse d’un double album, Made In Japan présente un tracklisting resserré. Le concert à proprement parler est contenu dans le CD 1, comprenant sept titres qui forment un répertoire de rêve. En cela, il s’inscrit dans la continuité des productions studio du DEEP PURPLE Mark II, fréquemment constitués de sept plages. Le CD 2 se limite aux trois rappels. Par ailleurs, ce disque montre une grande authenticité puisqu’il est dépourvu d’overdubs, à l’inverse de nombreux live actuels, dont le son est largement élaboré en studio. Par conséquent certaines imperfections demeurent. Ainsi, au début du premier couplet de Speed King, la voix de Ian GILLIAN est quasi inaudible. Ce défaut apparaît cependant comme un détail, au regard de l’interprétation survoltée de ce fameux extrait de Deep Purple In Rock.

Capté au cours de concerts donnés dans plusieurs villes du Japon, Made In Japan condense la plupart des classiques du groupe. Alors des tubes immédiats, ils sont aujourd’hui encore proposés lors de ses tournées récentes. L’auditeur est conquis dès Highway Star, fabuleux extrait de Machine Head qui met en valeur la virtuosité des musiciens : sur un tempo effréné, Roger GLOVER et Ian PAICE tiennent une rythmique bétonnée qui soutient la performance d’un GILLIAN réussissant à allier puissance et hauteur. Quant aux solistes, ils saisissent l’occasion de briller, qu’il s’agisse de Jon LORD à l’orgue Hammond ou de Ritchie BLACKMORE. Le guitariste bougon signe ici un de ses chorus les plus éblouissants.

Après cette belle entrée en matière, le groupe enchaîne les hymnes avec une énergie surprenante. D’autres titres de Machine Head sont présentés dans des versions rallongées, Lazy et surtout Space Truckin’, qui s’étire sur près de vingt minutes. Alors que les cris stridents de GILLIAN semblent annoncer la fin du titre, il se poursuit dans un déluge d’improvisations dévastatrices auquel participent tous les musiciens. Le pilonnage sonore continue jusqu’au deuxième titre du rappel, Speed King. Entre temps, DEEP PURPLE a évidemment interprété son célébrissime Smoke On The Water, sur lequel on retrouve les séduisants roulements de batterie de Ian PAICE. L'intro du titre est légèrement adaptée pour l'occasion.

Le concert comporte cependant de relatifs moments d’apaisement, notamment The MulePAICE exécute un long solo, ce qui rapproche ce titre de Moby Dick, extrait de Led Zeppelin II comportant un long break de John BONHAM. Strange Kind of Woman est introduit par une descente de gamme pentatonique mineure éminemment bluesy. Un autre attrait majeur de ce morceau réside dans le dialogue entre les cris de GILLIAN et les phrases lead de BLACKMORE.

Les débuts de DEEP PURPLE Mark II sont également illustrés, au cours du rappel, par Black Night qui propose un riff efficace. Ce single indiquait la nouvelle orientation Hard Rock du groupe, la formation Mark I se révélant, par exemple sur le classique Hush, une reprise de Joe SOUTH, plus proche du registre Pop. Enfin, l’épique Child In Time, provenant de Deep Purple in Rock, se distingue par les hurlements une nouvelle fois extraordinaires de GILLIAN.

Si DEEP PURPLE livre une remarquable prestation avec Made In Japan, des dissensions ne tardent pas à se faire jour. Who Do We Think We Are, paru en 1973, ne soutient pas la comparaison avec Machine Head, malgré quelques réussites telles que Woman From Tokyo. Excédés par le caractère de Ritchie BLACKMORE, Ian GILLIAN et Roger GLOVER ne tardent pas à quitter le groupe. Bien que la formation Mark III, qui intronise David COVERDALE et Glenn HUGHES dans les rôles respectifs de chanteur et bassiste, ait sorti Burn, album original et inspiré, en 1974, le line-up Mark II demeure indépassable dans le cœur des fans.

Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
luckyfan Le dimanche 13 janvier 2013

Ville : VIEUX-CONDE
Ian GILLAN était déjà dans le groupe en 1969. DE plus il n' était pas le premier chanteur de DEEP PURPLE c' était Rod EVANS et le bassiste était Nick SIMPER. A moins que vous preniez le nouveau LINE UP mais bon il serait dommage de ne pas signaler ces deux musiciens.
Commentaire de Chouman : Je te remercie pour cette intervention qui montre tout l'intérêt que tu portes à DEEP PURPLE ! Effectivement, ma première phrase peut paraître ambigüe : je ne voulais pas dire que la formation Mk II a pris forme au début des seventies, mais qu'elle a signé ses chefs d’œuvre Deep Purple In Rock et Machine Head au début de cette période. Rod EVANS et Nick SIMPER méritaient bien une mention, ne serait-ce que pour l'agréable version de Hush signée Mk I.
Rémifm Le samedi 21 janvier 2012

Ville : Chambéry
Il est Malin le Alain !
Alain Le samedi 6 août 2011
Via internet, il est possible de trouver à un prix modique le "Live In Japan" de DEEP PURPLE (publié en 1993 par EMI à l'occasion du 21ème anniversaire des concerts), soit 3 CDs tirés des concerts d'août 1972 à Osaka et Tokyo : avec l'édition remasterisée et complétée de "Made in Japan", on a ainsi - je crois - l'intégralité de ces premiers et légendaires concerts nippons de DEEP PURPLE.
Rémifm Le mardi 21 juin 2011

Ville : Chambéry
Oui oui oui, ce live est un des meilleurs "live" du Hard-Rock ! (Quoique j'aime bien aussi le Tokyo Tapes de SCORPIONS !) et le meilleur de DEEP PURPLE. Mais c'était dans les années 70 ! Pour avoir vu le pourpre profond sur scène dans sa dernière formation, je dois dire que Ian GILLAN devrait songer à prendre sa retraite... Les autres peuvent encore continuer ! Une pensée pour le groupe de première partie ce soir là, GOTTHARD, quelques mois avant que cet extraordinaire chanteur qu'était Steve LEE ne nous quitte... Belle chronique Chouman !
Commentaire de Chouman : Merci Rémi pour ce commentaire sympa ! Ainsi que pour la pensée pour le regretté Steve LEE qui nous avait tant éblouis au Phare
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
STEEL PANTHER
Balls out
BUFFALO SUMMER
Second sun
TYSON BOOGIE
Second round
GUZZLER
Guzzler
MR JACK
Jack'n'roll
Chroniques du même auteur
COCHISE
118
NOJIA
Solarchitect
SNA-FU GRAND DESORDRE ORCHESTRE
Knives & bells
HANNIBAL
Cyberia
MUNDTOT
Spätsommer
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente