Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
IRON MAIDEN - Somewhere in time

Style : Heavy Metal
Support :  CD - Année : 1986
Provenance du disque : Acheté
8titre(s) - 50minute(s)

Site(s) Internet : 
IRON MAIDEN WEBSITE

Label(s) :
EMI
 (18/20)

Auteur : metalmp
Date de publication : 24/06/11
Oldies but goldies : maiden au top
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou re découvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.)...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires !
Bon voyage !


Après une tournée mondiale qui a vu le groupe se transformer en monstre sacré du Metal, IRON MAIDEN revient en force avec son sixième album studio. La formation inchangée depuis maintenant 1983 propose avec Somewhere In Time un de ses albums de référence, un disque aux sonorités désormais identifiables entre mille. C’est simplement le résultat du travail d’une équipe de neuf personnes (au bas mot) désormais stable. Car au-delà des musiciens – il s’agit du troisième album studio sans changement - les autres « services » demeurent également identiques: on trouve toujours aux commandes de la destinée du groupe le duo composé de Rod SMALLWOOD et Andy TAYLOR, la production est toujours confiée aux bons soins de Martin BIRCH tandis que l’illustration, véritable jeu de piste représentant cette fois un Eddie envoyé dans un futur lointain truffé de références au passé d’IRON MAIDEN, est encore signée par Derek RIGGS.

Les morceaux de bravoure côtoient, sur Somewhere In Time, les titres épiques qui deviennent la marque de fabrique d’IRON MAIDEN. Pas moins de trois chansons dépassent les 7’ : le titre d’ouverture, Caught Somewhere In Time (7’22), l’indispensable Heaven Can Wait (7’24) et le morceau de clôture, Alexander The Great (8’35) dont les envies de conquêtes ici retracées pourraient facilement être comparées à celle des Anglais.

Si IRON MAIDEN semble vouloir associer son Heavy à l’esprit du metal progressif (ce qui se confirmera avec l’album suivant), il reste pour l’heure foncièrement « traditionnel » et direct malgré quelques touches discrètes de claviers. Les mélodies et refrains imparables sont partout, faisant de chaque chanson un moment à reprendre en chœur en concert.

Composé presqu’exclusivement par Steve HARRIS (qui signe quatre chansons) et Adrian SMITH (3 chansons), l’album ne souffre qu’un morceau de moindre envergure, le seul composé à quatre mains, Déjà Vu, signé par Dave MURRAY et Steve HARRIS. Les autres entrent tous dans la légende Maidenesque. S’enchaînant à un rythme soutenu, les six premiers morceaux transforment rapidement ce nouvel album en un des derniers grand classiques d’IRON MAIDEN grâce aux mélodies imparables de Wasted Years, au groove déterminé de Stranger In A Strange Land ou à la folie développée sur Sea Of Madness. Ces trois morceaux signés Adrian SMITH sont plus introspectifs que ceux écrits par le bassiste.

Plus épiques dans l’esprit et la construction, les chansons de Steve HARRIS abordent des thèmes historiques qui lui sont chers : The Loneliness Of The Long Distance Runner pourrait aussi bien s’appliquer au passé qu’à l’actualité des ces coureurs de fond qui ont un message à transmettre. Alexander The Great, longue pièce épique, conclue merveilleusement cet album qui trouve refuge en 3ème position des charts anglais et grimpe à la 11ème place du Billboard. IRON MAIDEN a depuis belle lurette décidé de ne pas faire ce que les médias US pourraient attendre d’eux, et c’est très bien ainsi, car le groupe conserve toute sa dynamique et sa rage, même si le succès en estompe quelque peu les contours.

L'auditeur ressent clairement une chose: il a bien à faire ici à un groupe, une unité. Bruce DICKINSON est plus en voix que jamais, s'imposant dans le trio de tête des plus grands chanteurs du genre. Steve HARRIS propose de plus en plus de mélodies de basse qui accompagnent efficacement les guitares aériennes et affûtées des amis Dave MURRAY - l'indétrôable - et Adrian SMITH. Nicko McBRAIN, enfin, est plus qu'un simple batteur, un faiseur de rythme au dynamisme incomparable.

Désormais confortablement installé sur les plus hautes marches du podium, IRON MAIDEN peut se permettre tous les excès visuels et faire mieux encore – ou en tous les cas tenter de faire mieux – que sur le World Slavery Tour. La musique est là, le spectacle aussi. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter…


Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Rémifm Le mercredi 29 juin 2011

Ville : Chambéry
Pour ma part, Somewhere In Time est un de mes albums préférés de MAIDEN... J'adore Wasted Years, Alexander The Great etc. Plutôt donc d'accord avec toi metalmp ! Belle chro, comme d'hab ! Tchuss...
Commentaire de metalmp : Et j'adore cet esprit futuriste, SF, et la chasse aux indices de la pochette, chasse qui avait comméncé avec Powerslave (rappelez-vous Mickey sur la pyramide...). Du grand Derek Riggs.
Volumenbrutal Le vendredi 24 juin 2011

Ville : LE HAILLAN
Jamais aimé ce disque et même j'ai été très déçu après le gigantesque powerslave.
Commentaire de metalmp : Je place également Powerslave avant Somewhere in time. MAIDEN trouvait au milieu des années 80 sa vitesse de croisière, ainsi que le son qui le rend identifiable entre mille. Mais ce Somewhere reste très particulier à mes oreilles, comme tu l'as certainement compris...
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
EXILED
Fortune teller
CROSSWIND
Beyond
RAMPART
Warriors
VOLTAX
Voltax
ECHOES OF ETERNITY
As shadows burn
Chroniques du même auteur
SAXON
Heavy metal thunder - the movie
SAXON
Battering ram
MIKE TRAMP
Cobblestone street
FIVE FINGER DEATH PUNCH
The wrong side of heaven
GANG
Inject the venom
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente