Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
LOU REED & METALLICA - Lulu

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 2011
Provenance du disque : Acheté
10titre(s) - 87minute(s)

Site(s) Internet : 
LOU REED MYSPACE 
LOU REED WEBSITE
METALLICA MYSPACE 
METALLICA WEBSITE

Label(s) :
Vertigo
 (13/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 04/12/11
Intéressant album expérimental, à acheter en connaissance de cause
Lorsque des monstres sacrés collaborent sur un projet, créant par exemple un supergroupe, le résultat ne rencontre fréquemment qu’une indifférence polie. L’annonce de la sortie de Lulu, signé Lou REED & METALLICA, pouvait donc susciter de légitimes craintes, que n’apaisait pas nécessairement le grand enthousiasme affiché par les musiciens. Le chanteur du légendaire VELVET UNDERGROUND n’hésitait ainsi pas à clamer que cette improbable production constituait le meilleur album qu’il ait réalisé. Ses nouveaux camarades se montraient également conquis, Kirk HAMMETT confiant en novembre 2011 à Rolling Stone : « Avec Lou, nous sommes comme deux âmes sœurs. ».

Le rapprochement entre Lou REED et METALLICA s’amorce en 2009, lors d’un show au Madison Square Garden à l’occasion de l’anniversaire du Rock and Roll Hall of Fame, où le combo Thrash tant révéré constitue le backing band du chanteur. Conquis, celui-ci leur propose de réenregistrer certains de ses anciens titres. Lorsque les sessions débutent, au printemps dernier, le projet cède sa place à Lulu, adaptation par REED d’une œuvre de l’auteur expressionniste allemand Frank Wedekind. Les préventions des fans, notamment ceux de METALLICA, semblent confirmées par la critique, qui livre un verdict sans appel. Dans la presse Rock, le disque est présenté, sinon comme un échec, du moins comme un album controversé...

A l’écoute des deux premiers titres, les superbes Brandenburg Gate et The View, on croit cependant à un coup de maître. Le chant fréquemment parlé de Lou REED – une option qu’il avait déjà retenue sur New York, en 1989 - y est soutenu par des rythmiques à vous glacer l’échine. The View s’avère particulièrement abouti, grâce à ses riffs de guitare épurés et à son duo de chant réussi entre James HETFIELD et REED.

En dépit d’une justesse parfois approximative, la voix du New-Yorkais parvient régulièrement à émouvoir l’auditeur. Sur l’intimiste Cheat On Me, en transe, il répète inlassablement le vers « Why do I cheat on me », créant une sorte de mantra. Son interprétation se fait fréquemment accablée, à l’image du déchirant Little Dog. Les textes légitiment parfaitement ce style. Frustration propose par exemple une terrifiante vision de l’amour : « I want so much to hurt you/Marry me/I want you as my wife ».

Malheureusement, trop de morceaux s’égarent dans des ambiances expérimentales ou « bruitistes », familières au New-Yorkais, auteur du peu accessible – voire réputé inaudible - Metal Machine Music en 1975. La longueur des plages n’est pas toujours en cause. Ainsi Mistress Dread, loin de détenir le record en la matière malgré ses quelque sept minutes, ne peut en aucune manière reproduire l’alchimie qui caractérise le groupe sur The View : l’impitoyable section rythmique des Four Horsemen s’active en vain !

On ne peut pas nier que ces plages comportent des passages séduisants, notamment Pumping Blood et ses rythmes Thrash. Cependant, leur structure, qui s’éloigne du schéma classique couplet-refrain, peut dérouter les metalheads. A titre d’exemple, Frustration ne convainc que par intermittences, du fait de l’accompagnement bien trop discret du long monologue déclamé par Lou REED. Lulu ne se résume toutefois pas à ces titres étranges : on peut ainsi saluer Iced Honey, mélodique et doté d’une rythmique presque légère, pour METALLICA s’entend.

Malgré certaines limites, Lulu demeure un album intéressant. Sans qu’il puisse prétendre égaler Berlin (1973), chef d’œuvre de Lou REED en solo, les amateurs d’avant-garde Rock y trouveront leur compte. En revanche, les inconditionnels de METALLICA devront l’acheter en connaissance de cause. Aucun des deux artistes ne doit cependant avoir honte du résultat. D’ailleurs, à ce stade de leurs carrières, que leur reste-t-il à prouver ?
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
evil steel Le dimanche 13 mai 2012

Ville : Québec
Cet album m`inspire 2 mots: Courageux et inécoutable!!
Commentaire de Chouman : Effectivement, Lulu constitue une oeuvre assez particulière, mais Lou REED a fréquemment suscité la controverse. Berlin avait par exemple été très fraîchement accueilli, pour ne pas dire descendu, par le public. Il n'en est pas moins devenu l'album de référence de l'Ange noir new-yorkais. Il est possible que Lulu ne connaisse pas le même sort...
En tout cas, merci pour l'intérêt que tu as porté à nos publications sur les Four Horsemen ! Amitiés
krakal Le jeudi 8 décembre 2011
Je n'accroche pas du tout a cet album, je préfere de loin du bon Lou Reed ou du bon Metallica, mais surtout pas ce potage indigeste....11/20
Alain Le dimanche 4 décembre 2011
Effectivement, cher Chouman, "Berlin" est l'album de référence de Lou Reed, qui ne gagne pas forcément grand-chose dans cette collaboration, si ce n'est des ventes automatiques du fait de la présence de METALLICA. Cela dit, l'album le plus énervé de Reed demeure le féroce live "Rock'n'Roll Animal" (1974), ainsi que le trop méconnu "Live" (1975), tiré du même concert. Quant à METALLICA, leur démarche est courageuse autant que leur recherche de respectabilité devient grotesque. Merci en tout cas pour cette chronique équilibrée.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
M.A.D
3 accords dans ta gueule
DEATH ALLEY
Black magick boogieland
DYNAZTY
Bring the thunder
ELA
Make my day
BAI BANG
Livin' my dream
Chroniques du même auteur
ANDI DERIS & THE BAD BANKERS
Million dollar haircuts on ten cent heads
BLOWSIGHT
Shed evil
DUBLIN DEATH PATROL
Death sentence
NO SKY TODAY
No sky today
ADRENECHROME
Hideous appetites
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente