Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
YES - Heaven and earth

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  MP3 - Année : 2014
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 52minute(s)

Site(s) Internet : 
YES WEBSITE
YES FACEBOOK

Label(s) :
Frontiers Records
 (12/20)

Auteur : Web-Maestro
Date de publication : 23/07/14
Tales from soporific oceans
Cela fait 45 ans cette année que YES a sorti son premier album. Ce groupe unique a toujours évolué au gré de allées et venues de ses musiciens, dont seul l'amiral Chris SQUIRE (basse, chant) est resté à la barre du navire et apparaît sur tous les albums du groupe : ce ne sont pas moins de 4 guitaristes, 4 chanteurs, 2 batteurs et 7 claviers qui se sont succédés. YES a commencé avec du Rock Psychédélique mâtiné de Jazz, a évolué ensuite vers le Rock Progressif avec les classiques Fragile, Close To The Edge et Tales From Topographic Oceans (double album avec un morceau par face) pour ensuite revenir à des morceaux plus courts. Dans les années 80, YES a connu un immense succès auprès du grand public avec l'album 90125 et le tube planétaire Owner Of A Lonely Heart puis a quitté progressivement le haut des "hit" parades en continuant à sortir des albums de qualités inégales.

Heaven And Earth est leur 21ème album studio. Benoît DAVID, le chanteur du très réussi album précédent Fly From Here (qui représente pour moi la suite de leur album Drama paru en 1980) ne fait plus partie du groupe. Le nouveau chanteur est Jon DAVISON (et non pas Jon ANDERSON, malheureusement). Geoff DOWNES (THE BUGGLES, ASIA ainsi que les albums Drama (1980) et Fly from Here (2011)) est de nouveau aux claviers. Les autres musiciens, outre Chris SQUIRE (basse et chant) sont Steve HOWE à la guitare et Alan WHITE (depuis 1973) à la batterie.

La pochette de l'album, signée Roger DEAN, est magnifique. Quand est-il du contenu ? Après un album précédent plutôt réussi grâce à la production de Trevor HORN, ce nouvel opus est produit par Roy Thomas BAKER (qui a produit QUEEN, Ozzy OSBOURNE, FOREIGNER JOURNEY, Alice COOPER, THE CARS et la calamiteuse session d'enregistrement du successeur de l'album Tormato de YES en 1979, qui s'est suivie du départ de Jon ANDERSON et de Rick WAKEMAN). Autant dire que je piaffe d'impatience...

Force est de constater que le chanteur possède à peu prêt le même timbre de voix que le chanteur historique de YES : Jon ANDERSON. Mais le son est bâclé : la batterie est étouffée et l'ensemble est paresseux. Aucun clavier flamboyant, pas de solo de guitare innovant et la ligne de basse de Chris SQUIRE frise souvent l'électroencéphalogramme plat, lui qui a influencé des générations de musiciens avec son jeu et ses changements de rythmes. La batterie ressemble parfois à une boite à rythmes de synthétiseur bas de gamme. Les harmonies vocales qui font pourtant parties du son "YES" au même titre que la Rickenbacker de Chris SQUIRE sont malheureusement gâchés par le mixage et la production. Les synthétiseurs de Geoff DOWNES ressortent mal, lui qui nous a habitué à un "mur du son". C'est mélodique, mais qu'est ce que c'est mou. Chris SQUIRE se réveille un peu à la basse par moment, les chansons sont mélodiques, mais qu'est ce que l'ensemble est mou ! Heaven And Earth me donne l'impression que YES a totalement perdu son inspiration et ne souhaite plus prendre de risques.

Heaven And Earth n'est pas le meilleur album de YES. Même l'apport de sang neuf avec l'arrivée de Jon DAVISON au chant ne suffit pas à relever l'ensemble. Les chansons ont à mon humble avis été composées au bord de la piscine du paquebot de Cruise To The Edge, avec des cocktails, du calme et du soleil. Une ambiance paresseuse de farniente plane au dessus de cet album sirupeux et soporifique. Un seul mot pour définir Heaven And Earth me vient à l'esprit : l'ennui. Les chansons s'oublient aussitôt écoutées, il n'y a aucun futur classique dans cet album. La prochaine tournée de YES fera très peu promotion de Heaven And Earth, le groupe se concentrant sur les classiques Fragile, Close To The Edge dans leur intégralité, quelques "Greatest Hits" et des extraits de ce nouvel album. Même le groupe n'a pas confiance dans don dernier opus et va effectuer une énième tournée de rentiers.

D'un autre coté, il se murmure sur internet que Jon ANDERSON, Rick WAKEMAN et Trevor RABIN, tous trois anciens membres de YES, vont enregistrer un album ensemble. Comme batteur, Mike PORTNOY serait le complément idéal (Jon ANDERSON a joué récemment avec TRANSATLANTIC, une des nombreux groupes de Mike PORTNOY) et à la basse, rêvons un peu : Nick BEGGS (Steve HACKETT, Steve WILSON). Décidément, Heaven And Earth m'a bien endormi pour que je rêve de ce super groupe. Bonne nuit, les enfants...

YES :

Jon DAVISON : chant, guitare acoustique
Chris SQUIRE : basse, chant
Steve HOWE : guitare, chant
Geoff DOWNES : claviers
Alan WHITE : batterie

Tracklist :

1. Believe Again
2. The Game
3. Step Beyond
4. To Ascend
5. In A World Of Our Own
6. Light Of The Ages
7. It Was All We Knew
8. Subway Walls
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
clemthi Le mardi 5 août 2014

Ville : St-Georges-de-Luzençon
Ce disque donne l'impression que le groupe s'éteint doucement, mais continu pour prouver qu'il est encore en vie. Ça s'écoute, mais ça s'oublie très vite. Pas de morceau exceptionnel. C'est pourtant très bien joué, mais il manque un éclair au niveau de l'inspiration, passé les deux premiers morceaux on s'ennuie très vite. A écouter le soir avant de s'endormir paisiblement...
Commentaire de Web-Maestro : C'est vrai : c'est bien joué... mais trop vite oublié. Peut être le début de la fin de ce groupe légendaire ?
64marillion50 Le jeudi 24 juillet 2014

Ville : Issy les moulineaux
Les changements de personnel sont presque devenus une marque déposée chez Yes ; le groupe ne réussissant que très rarement à maintenir un line-up stable plus de deux albums consécutifs. Aussi, après le convaincant (à défaut d’être brillant) « Fly from here », Yes revient avec un nouveau chanteur (exit Benoît David) et un 21e album, « Heaven & earth ». Si l’œuvre précédente laissait entrevoir, ça et là, une certaine filiation avec « Drama », en revanche, ce qui frappe d’emblée avec cet album, co-composé majoritairement par Jon Davison (nouveau clone andersonien), c’est le peu de similitudes avec le grand Yes ou bien le Yes west. Formé de titres pop et très légèrement vêtus d’enluminures progressives, l’album s’écoute certes sans déplaisir (« Believe », « In a world of our own »), mais pas de quoi s’extasier non plus, l’ambition attendue ayant cédé la place à une écriture simplifiée, voire simpliste (« The game »). Rassurez-vous, on est tout de même loin du naufrage « Open your eyes », album criard et surproduit. Non, « Heaven & earth » place l’auditeur dans une aimable torpeur ponctuée de polis bâillements (« To ascend »). Seul Howe, à travers quelques jolis soli (mais hélas trop courts) parvient à tirer son épingle du jeu, et de façon plus manifeste sur le dernier morceau « Subway walls », où le groupe retrouve enfin la cohérence qui lui faisait tant défaut jusqu’alors. S’il ne sera pas une pièce maîtresse dans la longue discographie du groupe, l’album n’est pas si désagréable, lorgnant vers une pop progressive à la manière d’un Asia, avec lequel la consanguinité se fait de plus en plus ressentir… 10/20,ni oui, ni non en somme !
Commentaire de Web-Maestro :  Fly From Here a été développé sur une des deux chansons qui n'ont pas été enregistrées pour l'album Drama. Le titre original était "We Can Fly from Here" et une version enregistrée au Madison Square Garden en 1980 se trouve dans le coffret The Word Is Live, avec le deuxième titre "Go Throught This". Sinon, nous sommes d'accord concernant Heaven and Earth : YES manque d'inspiration et endors ses auditeurs.
Alain Le jeudi 24 juillet 2014
Cela fait quelques décennies maintenant que YES galvaude sa légende à coup de changements de line up intempestifs et de tournées passéistes. Reste effectivement l'artwork de Roger Dean... même si lui non plus n'évolue plus trop dans on style si unique. En tout cas, j'adore le titre de la chronique !
Commentaire de Web-Maestro : Je les ai vu 3 fois en concert, dont une le jour des 51 ans de Steve HOWE. C'était dans un gymnase au Luxembourg. On a célébré ça avec une poignée de fans et le groupe nous a rejoint à l'arrière de la salle de concert. C'est un souvenir inoubliable. Si tu écoutes ce nouvel album, tu comprendras pourquoi j'ai donné ce titre à la chronique (bâillements) ...
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
THE TANGENT
Down and out in paris and london
YES
In the present - live from lyon
LOST IN THOUGHT
Opus arise
ROYAL HUNT
A life to die for
THRESHOLD
Critical mass
Chroniques du même auteur
METALLICA
Ride the lightning
MEKONG DELTA
Intersections
LACUNA COIL
Dark adrenaline
SAGA
20/20
QUEENSRŸCHE
Frequency unknown
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente