Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
KEVIN LAWRY - The shadows stole the dawn

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  MP3 - Année : 2016
Provenance du disque : Reçu du label
7titre(s) - 37minute(s)

Site(s) Internet : 
KEVIN LAWRY FACEBOOK

Label(s) :
Auto Production
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 20/11/16
Couronné sur terre
Quand il lança le projet CROWNED IN EARTH en 2008, le guitariste et chanteur Kevin LAWRY ancrait sa musique dans le Doom Metal traditionnel, comme l'illustre le premier album Visions Of The Haunted (chronique ici : cliquez ici). Mais la suite de la discographie montra une tendance toujours plus nette vers le Rock progressif des années 70 : A Vortex Of Earthly Chimes (2012) et surtout Metempsychosis (2015, chronique ici : cliquez ici).

Histoire de tourner une page et d'assumer définitivement l'abandon des éléments Metal, Kevin LAWRY se présente désormais sous son nom propre et s'adonne à un Rock progressif privilégiant non pas la démonstration technique mais la mélodie et les ambiances mélancoliques. Mis à part le titre éponyme en clôture d'album qui passe le cap des huit minutes, les autres compositions demeurent relativement concises et assez classiquement structurées. Par ailleurs, Kevin semble vouloir concilier deux époques du Rock progressif. L'omniprésence de claviers aux sonorités très 70's (Mellotron et compagnie) renvoie de manière quasi-automatique à l'âge d'or du genre. Cependant, la démarche de notre homme ne s'inscrit pas dans la veine technique et grandiloquente des YES, KING CRIMSON ou ELP. On pencherait plutôt pour le versant CARAVAN et GENESIS.

La concision relative des compositions et l'approche relativement modeste (notamment ce chant assez grave, modulé mais assez peu puissant, plutôt dépressif ou désabusé) fait davantage penser à la vague néo progressive du début des années 80, moins pompeuse, moins lyrique mais plus angoissée aussi. Car, même si les guitares en son clair ou acoustiques éclairent relativement cet album, c'est sur un mode clair obscur.

Doté d'un son correct pour une autoproduction (un mixage plus puissant apporterait cependant plus de relief), The Shadows Stole The Dawn gagne à être exploré par les amateurs de progressif ou plus généralement de musique personnelle et sincère.

Vidéo de Tale Of A Drowning Man : cliquez ici
Vidéo de Fracture : cliquez ici
Vidéo de The Bitter Wind : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
DARK QUARTERER
Symbols
KINGCROW
In crescendo
TRANSBOHÊM
Déserts
OPRAM
Live
ATLANTYCA
To nowhere and beyond
Chroniques du même auteur
MERCYLESS
Pathetic divinity
UNCLE ACID AND THE DEADBEATS
The night creeper
MESSENGER
See you in hell
SAMSARA BLUES EXPERIMENT
One with the universe
BLACK LABEL
Blood money + live in berlin
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente